Qu'en est-il de la Tata Nano ?

Thomas DROUART      12 Juillet 2014       Actualité

Qu'en est-il de la Tata Nano ?

Annoncée et dévoilée en 2009, la Nano de la firme Tata a davantage séduit les amateurs de blagues pas drôles que les acheteurs potentiels. Qu'en est-il actuellement de celle qui devait être vendue dès 1 800 € ?

 

La voiture, symbole d'accession sociale

 

En Inde, marché de lancement de la Nano de première génération, le succès prédit fut en réalité un échec cuisant. Affichée à partir de 1 800 € (150 000 roupies), la première mouture était dépouillée et l'image qu'elle donnait était contraire au pays émergent qu'est l'Inde où la voiture est surtout vue comme un symbole d'accession sociale. Alors qu'une commercialisation en Europe faisait l'objet de rumeurs, vite calmées par des crash-tests désastreux, cela n'est plus d'actualité : l'ultra low-cost, ce n'est pas encore pour maintenant.

 

Pour pallier à cela, Tata Motors joue sa dernière carte : la Nano Twist, sorte de Nano plus fun (tout est relatif), mieux équipée (tout est relatif) et beaucoup plus chère (relatif aussi !) puisque le prix culmine à 236 000 roupies, soit 2 800 €. Bien que modernisée et esthétiquement améliorée, l'image d'ultra low cost poursuit la Nano, restreignant la possibilité d'augmenter les volumes de ventes.

Qu'en est-il de la Tata Nano ?

Course au low-cost

 

En décembre 2013, seules 554 Nano furent vendues, soit un recul de 75 %, difficile à accepter. Présentée comme une innovation et un véritable pavé dans la mare des automobiles pas chères, elle s'est soldée par une Nano souffrant d'un déficit d'image sévère, qui n'a séduit qu'un public trop restreint. En France, Lada suit un parcours similaire bien que l'ordre de prix soit différent aussi, tout en ayant une image de marque assez mauvaise.

 

Il faut se rendre à l'évidence, à force de vouloir suivre l'exemple de Dacia dans sa course du low-cost et en poussant le concept à son paroxysme comme l'a fait Tata Motors, c'est un échec qui est récolté. Les automobilistes, même les plus radins, préfèrent s'orienter vers des modèles plus cossus et restent attachés à l'image de leur voiture !

 

En revanche, ne vous inquiétez guère de ce qui adviendra de Tata Motors. La firme est propriétaire de Jaguar, Land Rover, Daewoo et Hispano...

 

Source images : motoroids.com


Commentaires