À chaque constructeur sa branche sportive !

Thomas DROUART      17 Décembre 2014       Vie pratique

À chaque constructeur sa branche sportive !

Il y a encore cinquante ans, les constructeurs avaient tendance à investir un secteur bien particulier dans le domaine de l'automobile. De nos jours, surtout en période de crise, une gamme large est synonyme de pérénité. De plus en plus de constructeurs développent ainsi une branche sportive, à la dénomination bien particulière.

 

 

Quel interêt ?

 

C'est avant tout une question d'image. Une marque ne peut plus se restreindre à un type de véhicule. Pour se démarquer, les constructeurs doivent toucher un maximum de catégorie. Et celle des sportives et de premier choix, puisqu'elle peut s'appliquer à de nombreux modèles. C'est le cas notamment chez Mercedes, qui décline son label sportif AMG sur quasiment toute la gamme.

Cela permet donc de fidéliser les clients à une marque sans obliger à aller chez la concurrence. Par exemple, avant la R8, il était presque impératif de partir de chez Audi pour obtenir une  sportive. Maintenant, la firme aux anneaux touche une clientèle beaucoup plus large... et élitiste quand il s'agit de haut de gamme.

Désormais, on assiste à un phénomène assez particulier : les modèles haut de gamme ont tendance à se confondre avec les plus sportifs, instaurant une cassure dans la gamme, avec d'un côté des modèles plutôt "bon marché" et d'autres plus chers, mais aussi plus puissants et mieux équipés.


 

Une image plus clinquante

 

Qui dit modèle sportif dit plastique adaptée. Ces modèles "à part" font office de vitrine et donnent une image plus moderne et raffinée de la marque. Bien que les modèles à "bas prix" demeureront les plus vendus et sont les plus représentatifs en terme de volume de vente.

Les constructeurs misent donc beaucoup sur ces modèles "hauts". C'est pour cela qu'ils apparaissent comme des modèles bien spécifiques, donnant l'impression aux propriétaires d'être uniques, privilégiés. Bien sûr, cela n'est pas désinstéressé, car les gens ont tendance à associer ces modèles "hauts" au reste de la gamme.

Quand on parle d'une "BMW" à quelqu'un qui ne s'y connait pas forcément en voiture, il imaginera une voiture luxueuse, performante et chère, presque inaccessible. Peu importe qu'il s'agisse de la dernière Série 1 14d de 95 chevaux ou de la M5.


 

Tellement désirables...

 

Ces modèles sont l'occasion pour les constructeurs de tirer des marges intéressantes tout en améliorant l'image de marque auprès de la clientèle. Autant dire que d'un point de vue esthétique, ils y mettent leur maximum. Les modèles AMG se parent de nombreux appendices, comme de grosses jantes ou encore des pare-chocs larges et bien ouverts pour renforcer l'aspect agressif.

Chez Citroën, la branche DS, maintenant différenciée du reste de la gamme, joue la carte du haut de gamme en proposant des modèles dans des finitions moyennes ou hautes. La palette de moteurs est large et la personnalisation possible pour se démarquer.


Commentaires