Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...

Thomas DROUART      15 Avril 2015       Vie pratique Insolite

Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...

Les mesures visant à améliorer la sécurité routière n'en finissent plus de pleuvoir. Si elles ont tendance à plutôt s'appliquer au "décor", d'autres visent l'automobile en elle-même. Nous avons imaginé une problématique : et si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire ? Nous verrons pourquoi une telle mesure pourrait être cohérente et ce qu'elle améliorerait.

À quoi sert-il concrètement ?

 

L'essuie-glace arrière ne répond pas à un besoin de la sécurité routière direct. Mais au même titre que le second rétroviseur extérieur, il permet de reculer sereinement. Surtout s'il pleut. Ce dispositif s'est rapidement imposé, d'abord proposé en option avant de se généraliser. Néanmoins, il ne concerne pas tous les modèles. Les berlines et coupés en sont généralement exemptés. Quelques fois, il est même proposé en option, souvent assez peu choisie en raison de son inesthétisme parfois déconcertant...

Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...

Pourquoi certaines voitures n'en ont pas ?

 

Sur ce point, différents facteurs rentrent en jeu. Voici quelques motifs :

Ils dénaturent la ligne. C'est pour cela que les voitures sportives ou encore les berlines n'en ont pas. Cela peut être handicapant mais la ligne en patirait.

Il n'y a pas d'utilité. Les modèles les plus compacts, sans malle, en cas de pluie, peuvent avoir des retours d'eau qui viendraient salir la lunette arrière. Ce n'est pas le cas des véhicules d'une taille supérieure dont la malle empêche la vitre arrière d'être mouillée.

Ce sont des bas de gamme. C'était surtout vrai à l'époque des Renault 5 et Peugeot 205 dont les versions les plus populaires l'omettait, au même titre que le rétroviseur droit ou les enjoliveurs de roue.


C'est une option. Peugeot proposait l'essuie-glace arrière en option sur ses 306 Berline et 406 phase 1, une option bien peu appréciée en raison de la ligne sacrifiée. Mais encore aujourd'hui, il demeure en option sur les Porsche 911 et Panamera par exemple, moyennant plus de 300 €.

Et si c'était obligatoire...

 

SI l'essuie-glace arrière était obligatoire, tout le parc automobile (ou presque) devrait s'y conformer. Certes, les modèles à moteur arrière "envahissant" comme les Lamborghini Aventador pourraient s'en passer mais d'autres n'y couperaient pas. Et finalement, on est plutôt content qu'une telle mesure ne soit qu'illusoire.

Et vous, avez-vous une réelle utilité de l'essuie-glace arrière ?

Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...
Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...
Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...
Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...
Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...
Si l'essuie-glace arrière devenait obligatoire...

Commentaires