Les cabriolets français n'attirent plus

Thomas DROUART      4 Juillet 2015       Actualité

Les cabriolets français n'attirent plus

Souvent déclamés, les cabriolets proposés par nos trois constructeurs français majeurs n'attirent plus. Aucun ne figure dans le top 20 des ventes et ces modèles dérivés des berlines compactes manquent d'argument pour séduire. Nous verrons ici le pourquoi de la désertification de ces cabriolets.

 

 

Pas fun

 

Le premier point qui fâche : elles n'ont rien de fun. Alors que la crise continue de faire des siennes, les français veulent rêver et pouvoir s'évader. Rouler cheveux au vent, c'est sympa, certes, mais les cabriolets français ne font pas rêver. La Mégane 3 CC a un nouveau faciès mais qui l'identifie toujours comme une "Mégane". Et la 308 CC, toujours pas renouvelée commence sérieusement à accuser le poids des ans. Autre désavantage : elles n'attirent pas les jeunes. Il n'y a qu'à regarder dans la rue pour en faire le constat. Lourdes visuellement et proposées dans des teintes pas franchement fun, elles s'autolimitent.

Les cabriolets français n'attirent plus

Prenons le cas de la Mégane CC, elle ne dispose que de six couleurs au choix, dont le Bleu Malte, avec un bon rendu, c'est certain, mais pour ceux qui n'aiment pas le bleu, ce sera forcément noir, gris ou blanc. Comme 90 % du parc automobile hexagonal.

À partir de là, difficile de cultiver l'image de l'originalité ni même de ressentir le besoin de rouler différamment, ces modèles restent ancrés dans le temps... Renault a bien tenté de "relancer" la Floride en rebadgeant simplement une Megane 3 CC et en lui offrant une teinte exclusive, mais c'est assez maigre et pas vraiment convainquant.

Les cabriolets français n'attirent plus

Moteurs blasants

 

Même si les avis diffèrent sur ce point, un cabriolet se doit d'avoir un moteur plaisant, tant au niveau des performances pures qu'au niveau de la sonorité. Hors si on regarde ce que proposent par exemple Peugeot et Renault en essence, il s'agit majoritairement de petites motorisations, hormis les THP qui vont jusqu'à 200 chevaux chez le lion mais seulement 130 chevaux chez la marque au losange. C'est maigre.

En revanche, en diesel, la palette est beaucoup plus large, ce qui fait que la majorité des exemplaires sur le marché de l'occasion roulent au diesel, ce qui là encore n'envoie absolument pas de rêve. En neuf, ces modèles sont affligés d'un malus écologique si une motorisation essence est choisie. Alors, à moins d'opter pour le THP de 122 chevaux ou l'unique TCE de 130 chevaux, le reste devient vite hors de prix et incite à se rendre chez la concurrence.

 

Lourdeur quand tu nous tiens

 

Renault et Peugeot ont fait le choix de la capote en dur. Un choix pratique pour passer d'un cabriolet à un coupé en quelques secondes mais qui alourdit considérablement ces modèles et occupe une grande partie du coffre. Et puis niveau ligne, ce n'est pas ce qu'il y a de plus harmonieux...

Avec des masses comprises entre 1,5 et 1,7 tonnes, ces modèles sont lourds et souvent bien moins agiles que leurs homologues coupés ou berlines. Cette fois encore, les choix opérés ne vont pas dans le sens du plaisir de conduite, clairement pas.

 

Source photo : Peugeot.ch

Source photo : Peugeot.ch

Quels sont leurs atouts ?

 


Après réflexion, je n'en vois qu'un : la possibilité de rouler cheveux au vent. On pourrait parler aussi du fait qu'ils soient aisément convertibles en coupé, mais cela se fait au détriment du poids et de la ligne, ce n'est plus vraiment un avantage.

Peugeot n'ose pas sortir une déclinaison CC pour sa 208 et on le comprend bien, elle souffrirait des mêmes maux que sa grande sœur. Seule Citroën tire son épingle du jeu en préférant la découvrable au cabriolet sur ses C1 et DS3.

Il est regrettable de constater que nos constructeurs continuent de produire des cabriolets exclusivement basés sur du "déjà-existant". La Wind, même si le succès n'a pas été au rendez-vous avait montré la voix. Mais depuis, il n'y a plus rien. Comment ne pas avoir envie de se tourner vers la concurrence dès lors ?


Commentaires