Ces modèles allemands essence restés dans l'ombre

Thomas DROUART      1 Août 2015       Vie pratique Informations

Ces modèles allemands essence restés dans l'ombre

Homogène globalement, le parc automobile français a longuement préféré le diesel pour sa consommation basse. De plus, les modèles allemands ont eu aussi promu le carburant gras. Dès lors, une allemande à motorisation essence n'est pas courante. Nous leur rendrons donc hommage ici.

Ces modèles allemands essence restés dans l'ombre

À partir des années '80, les moteurs diesel commencent à se répandre rapidement sous le capot des voitures. Les modèles allemands principalement, adoptent massivement le carburant gras qui promet de belles économies. Puis les temps changent mais pas les habitudes et les ventes de diesel continuent de croître. En France, après une part de marché allant jusqu'à 73 % des ventes en 2012, les ventes de mazout chutent drastiquement. Toutefois, certaines catégories, comme celles des 4 x 4 ou des routières sont toujours vendues majoritairement avec des moteurs diesel. La raison ? Une désinformation du public mais aussi le vieil adage qui insinue le coût inférieur d'un moteur diesel sur le plan consommation. C'est pour cela qu'un Audi Q5 à moteur 2.0T est très rare dans nos contrées où les TDI de 140 et 177 chevaux sont rois. Ce moteur développe 211 chevaux et convient parfaitement au gabarit de l'imposant SUV.

Pourcentage d'Audi Q5 essence en occasion : 2 %

Ces modèles allemands essence restés dans l'ombre

Au début des années 2000, la gamme Volkswagen carbure essentiellement au diesel. Les Passat et Touran essence représentent à peine 1 % de part de marché. Autant dire que la probabilité de voir une Passat 2.0 essence comme ici est moindre ! Avec 115 ou 130 chevaux, ce bloc est plaisant et aurait mérité plus de succès. En Angleterre, il a été beaucoup plus choisi par les acheteurs et on comprend mieux pourquoi face à des TDI bruyants à la sonorité très agricole. Un prix d'achat inférieur mais une consommation supérieure aura laisé champ libre aux versions diesel.

Pourcentage de Volkswagen Passat essence en occasion : 8 %

Ces modèles allemands essence restés dans l'ombre

Chez Audi comme chez Volkswagen, le diesel domine. Largement promu par les victoires à répétition aux 24 Heures du Mans, le TDI a bonne presse et image mais n'égale pas le plaisir des versions essence. Cette version a moteur 2.0 litres essence de 200 chevaux convient totalement à l'A4 (B7) et lui offre des performances à la fois suffisantes, raisonnables et agréables, le tout avec une consommation mixte raisonnable. Largement esquissé par des ventes massives en TDI 140 et 170, on ne peut que regretter la rareté du 2.0T dans l'hexagone.

Pourcentage d'Audi A4 essence en occasion : 3 %

Ces modèles allemands essence restés dans l'ombre

Chez BMW, le bilan n'est pas plus glorieux. Les Série 3 essence, comme ici avec cette 328I sont rares et sont majoritairement vendues dans les versions les plus cossues, à l'instar des 330 et 335I. Toutes déclinaisons confondues, les Série 3 coupé (E92) et cabriolet (E93) sont celles qui accumulent le plus de versions essence même si elles ne sont pas majoritaires. Avec seulement 7 % de Série 3 fonctionnant à l'essence sur le territoire français, les côtes en occasion sont soutenues et les configurations généralement plus sympathiques que leurs homologues diesel.

Pourcentage de BMW Série 3 essence en occasion : 7 %

Ces modèles allemands essence restés dans l'ombre

Vers un retour à l'équilibre ?

Un retour plus massif de ces motorisations essence est possible, surtout pour les modèles "raisonnables", comme les Série 1. Les modèles plus massifs sont généralement choisis par diesel par défaut, et toujours en vue d'une éventuelle revente, ce qui est paradoxal puisque bon nombre de ces véhicules sont financés en Location Longue Durée. Sur le marché de l'occasion, les configurations originales tiennent la côte tandis que les standardes peuvent être davantage bradées.


Commentaires