Piratage automobile : et s'il se généralisait ?

Thomas DROUART      23 Août 2015       Vie pratique Sécurité

Piratage automobile : et s'il se généralisait ?

Le sujet est récent mais concerne déjà deux modèles en un laps de temps très court. Le piratage automobile consiste à s'introduire dans le circuit électronique d'une voiture afin d'en prendre le contrôle. Quels modèles sont concernés et comment s'en prémunir ?

Comment procèdent les hackers ?

Les voitures d'aujourd'hui, à de rares exceptions font une part belle à la technologie embarquée à bord. Autrefois synonyme de simplicité, la Twingo 3 adopte par exemple le système R link, se présentant sous la forme d'un écran multimédia qui peut chercher des informations, en recueillir et en faire transiter un certain nombre. Bluetooth, GPS, Wi Fi, 3G, 4G, les voitures n'ont jamais été aussi connectées. Dès lors, il ne semble pas illogique que ces ondes puissent être interceptées et utilisées à mauvais escient.

Les pirates n'ont plus alors qu'à trouver le canal offrant le plus faible taux de protection et de sécurité pour s'introduire dans ce vaste réseau électronique cumulant à lui seul plusieurs kilomètres de cables. La prise en main par ces pirates peut concerner tant des éléments sans grande incidence, comme la radio ou la ventilation mais peuvent aussi prendre totalement le contrôle du véhicule. Les modèles équipés d'un dispositif pour connecter un smartphone semblent plus fragiles.

Les voitures à risque

Pour l'instant, seuls deux modèles auraient été touchés. Les expériences, réalisées avec des cobayes, a montré d'importantes faiblesses dans les systèmes embarquées des Jeep Cherokee de dernière génération. Mais ce n'est pas tout ! General Motors serait également en ligne de mire de ces pirates à cause d'un système, lui aussi, assez faiblement protégé. Tesla est aussi concernée, à cause de son système pour connecter un iPhone ainsi que Volkswagen qui aurait des faiblesses à plusieurs niveaux dans son électronique.


Cette liste n'est malheureusement pas exhaustive et la généralisation de cet embargo technologique ne pourrait difficilement faire autre chose qu'exploser.

Tous concernés ?

Le piratage automobile n'est pas un phénomène si inattendu puisque la majorité des technologies se trouvent affectées par les pirates. Ce fut le cas pour l'informatique, c'est le cas pour les smartphones. Il n'est donc pas étonnant que les voitures bourrées d'électronique subissent le même sort mais il est plutôt effrayant de constater que les constructeurs se livrent à une telle débauche de technologie embarquée sans se soucier d'éventuelles intrusions.

Surtout que contrairement à un ordinateur, dans une voiture, votre vie peut être en danger. En l'attente de système de protection plus abouti, la meilleure façon de s'en prémunir et de ne pas utiliser constamment ces gadgets. Conduire est à la voiture connectée ce que téléphoner est au smartphone : une fonctionnalité pourtant essentielle mais supplantée par d'autres éléments. Après tout, est-il fondamental de disposer d'une tablette connectée à internet sur le tableau de bord alors que des GPS proposent un calcul de l'itinéraire tout aussi efficace ? A-t-on absolument besoin de connecter son iPhone à la voiture ? Le Wi Fi est-il si indispensable alors que vous disposez probablement comme 99 % de français d'une connexion internet à la maison, au travail et même depuis votre smartphone ?

Et vous, craignez-vous ces hackers ?


Commentaires