Histoires de constructeurs automobiles #2

Thomas DROUART      13 Octobre 2015       Actualité Informations Histoires de constructeurs

Histoires de constructeurs automobiles #2

Pour beaucoup, créer sa propre marque de voiture est un vieux rêve. Certains l'ont concrétisé. Je vous propose de découvrir l'histoire pas comme les autres de constructeurs automobiles. De leur passion, de leur détermination mais aussi de leur caractère ! Et vous, avez-vous l'âme d'une de ces personnes ?
 

Dans chaque article Histoires de constructeurs, vous découvrirez le portrait de fondateurs de quatre marques automobiles. Ces hommes et ces femmes sont parvenus à concrétiser leur rêves... Le plus intéressant est de connaître leur motivation et le pourquoi. Vous le verrez, il y a parfois des surprises ! Dans ce second numéro, les portraits des auteurs des marques Hommell, Hyundai, Lamborghini et Pagani.

Histoires de constructeurs automobiles #2

Dates
Né le 20 février 1944 à Nancy.

Sa passion
Passionné par l'automobile depuis tout petit, Michel Hommell publie son premier magazine Échappement à 24 ans. Toujours publié de nos jours, il créera plus d'une vingtaine de titres touchant également aux loisirs. Sa passion le pousse à participer au renouveau du circuit de Lohéac où il importe de l'Angleterre en 1976 le rallycross dont la première manche se déroula à Lohéac. Collectionneur de voiture depuis ses 18 ans, il aménage toujours à Lohéac le Manoir de l'Automobile, reconnu comme l'un des plus beaux musées consacrés à l'automobile et comprenant plus de 400 modèles.

Sa marque

Mais Pierre Hommell a aussi été constructeur automobile en fondant la marque automobile à son nom. Il s'agit de barquettes reprenant des pièces de chez Peugeot-Citroën mais offrant un rapport poids/puissance plaisant. La gamme s'étoffe jusqu'en 2003 où la production doit cesser pour cause de raisons financières. Les Hommell sont aujourd'hui très recherchées.

Ses secrets pour réussir
L'envie de vivre sa passion au maximum, de faire plaisir, d'offrir un modèle absent sur le marché.


Anecdote
Pour choisir le modèle qu'il allait créer, Pierre Hommell proposa un sondage aux abonnés de Échappement. Cest donc une barquette sportive qui vit le jour en 1994 et portant le nom de son magazine.

Histoires de constructeurs automobiles #2

Dates
Né le 25 novembre 1915 et mort le 21 mars 2001.

Sa passion
Fils de paysan, Chung Ju-yung arrête ses études tôt et exerce différents métiers : marchand, ouvrir et réparateur de voiture. Cette dernière activité le passionne et le conduit à créer plus tardivement le groupe Hyundai. L'entrepreneur coréen connaît un vif succès grâce à ses modèles conçu à son image : simples et efficaces. Il vit chichement et parcours jusqu'à un âge avancé les cinq kilomètres qui le sépare de son bureau à pied.

Sa marque

Chung Ju-yung ne vise pas l'automobile passion, il préfère miser sur l'automobile utile. Ses modèles sont simples de conception et accessibles au plus grand nombre. Inéluctablement, les ventes sont nombreuses et les profits importants. Bien que son mode de vie soit volontairement réduit, il s'engage au politique, récoltant 16 % des suffrages mais se fit épingler pour détournement de fonds de Hyundai. Engagé pour la liberté et désireux de répandre le bien, il fit l'objet de controverses.

Ses secrets pour réussir
L'envie de démocratiser l'automobile, le souhait de rendre service et de vivre sa passion pour l'automobile de la manière la plus simple.


Anecdote
Aujourd'hui, le groupe Hyundai fondé par
Chung Ju-yung a fait des petits. Le sixième constructeur automobile mondial officie également en pétrochimie, dans les appareils de télévision, la mécanique et même la construction navale.

Histoires de constructeurs automobiles #2

Dates
Né le 28 avril 1916 et mort le 20 février 1993.

Sa passion
Très vite, Ferruccio se passionne pour la mécanique. Ses parents étant agriculteurs, il peut s'imprégner de la mécanique et en comprendre les principes. Il décide d'explorer plus en détail ce domaine en faisant ses études à l'Institut de Technologie de Bologne dont il sort diplômé. Mobilisé par la guerre, il est alors mécanicien manutentionnaire pour l'automobile et l'aviation. Deux domaines qui le passionnèrent.

Sa marque
Ferruccio Lamborghini ouvre à la fin de la guerre un petit garage dans sa ville natale où il transforme en tracteur agricole d'anciens véhicules de l'armée abandonnés. Ce secteur en plein essor lui garantit de belles recettes et la société Lamborghini Trattori prospère. Il se teste dans l'aviation et la course automobile mais abandonne après un accident. Il possède de nombreuses voitures de prestige et critique fréquemment les Ferrari et son créateur qui le dédaigna. Ferruccio Lamborghini décida alors de construire ses propres automobiles à moteur V12. Une grande lignée débuta...

Ses secrets pour réussir
L'audace, le désir de
donner un coup de jeune à l'automobile, de réaliser le modèle de ses rêves.

Anecdote
Chaque modèle de Lamborghini prend le nom d'un célèbre taureau de combat. Pour la Countach, il ne s'agit pas d'un animal célèvre mais d'une expression signifiant l'admiration prononcée par Ferruccio en visionnant le premier croquis de celle qui deviendra Countach !

Histoires de constructeurs automobiles #2

Dates
Né le 10 novembre 1955.

Sa passion
Fils de boulangers, Horacio se passionne très jeune pour l'automobile. Il conçoit des modèles en bois et en résine à douze ans aujourd'hui exposés dans le hall de l'entrée de l'usine. Il restaure quelques années plus tard des motos et construit à seulement 17 ans un buggy sur base de Renault Dauphine qu'il fait breveter. Après ses études, il ressort ingénieur et travaille sur des projets de camping-cars avant de créer ses premiers modèles de compétition grâce à une bourse d'étude. Ingénieur chez Lamborghini, il quitte la firme en 1988 pour créer sa propre firme.

Sa marque
Désireux de créer ses propres modèles, Horacio Pagani met tout en œuvre pour offrir un vent nouveau à la catégorie et ainsi concevoir une supercar efficace et innovante. Son expérience acquise chez Lamborghini lui sert fortement : il sait où il va et ce qu'il veut. La Zonda, initialement prévue pour s'appeler Fangio du nom du pilote de Formule 1, voit le jour en peu de temps et évolua. Horacio Pagani continue de visiter les salons et discuter avec les passionnés d'automobile en tout genre.

Ses secrets pour réussir
L'envie de participer à l'histoire de l'automobile, le souhait d'un modèle correspondant à ses goûts, le besoin de partager ce qui lui semble être le graal automobile.


Anecdote
Alors qu'il ne parlait aucunement italien, Horacio Pagani, d'origine argentine parvient à se hisser au sommet de la hiérarchie !


Commentaires