Histoires de constructeurs automobiles #3

Thomas DROUART      23 Décembre 2015       Actualité Informations Histoires de constructeurs

 Histoires de constructeurs automobiles #3

Pour beaucoup, créer sa propre marque de voiture est un vieux rêve. Certains l'ont concrétisé. Je vous propose de découvrir l'histoire pas comme les autres de constructeurs automobiles. De leur passion, de leur détermination mais aussi de leur caractère ! Et vous, avez-vous l'âme d'une de ces personnes ?
 

Dans chaque article Histoires de constructeurs, vous découvrirez le portrait de fondateurs de quatre marques automobiles. Ces hommes et ces femmes sont parvenus à concrétiser leur rêves... Le plus intéressant est de connaître leur motivation et le pourquoi. Vous le verrez, il y a parfois des surprises ! Dans ce troisième numéro, les portraits des auteurs des marques Citroën, Land Rover, Mastretta et Tucker.

 Histoires de constructeurs automobiles #3

Dates
Né le 5 février 1878 et mort le 3 juillet 1935 à Paris

Sa passion
André Citroën est avant tout un grand littéraire, passionné de Jules Vernes et admirateur de Gustave Eiffel. Diplômé à Polytechnique en 1898, il part en pologne où il dirige une usine utilisant des engrenages à double chevrons, un procédé révolutionnaire et très efficace. Il devient en 1906 administrateur général des automobiles Mors où il parvient à redresser l'entreprise grâce à sa bonne écoute des clients et à son organisation. L'automobile devient rapidement une passion qui lui donne envie de s'investir. Il crée alors Citroën, Hinstin et Cie avec deux camarades, qui connaît un grand succès. Citroën verra le jour réellement en 1919, dans un contexte difficile.

Sa marque
Travaillant d'abord avec deux amis de lycée avant de créer sa marque, André Citroën vivait simplement, sans excès et toujours avec passion. Pendant la guerre, il propose d'appliquer en France des principes inspirés du fordisme afin d'augmenter les cadences. Son usine croît alors rapidement, récupérant de prestigieuses commandes, comme pour l'état avant de se consacrer pleinement à l'automobile dès son déménagement dans son usine du quai de Javel. Il ose alors s'intéresser à un domaine délaissé : les voitures à prix plus modestes pour toucher un public plus large.

Ses secrets pour réussir
André Citroën s'est laissé guider par sa passion avec une bonne dose de confiance en soit. Il a pris le pari de relever des défis et d'améliorer l'accession à l'automobile même pour les bourses plus restreintes. Une écoute très attentive des besoins de ses clients lui a permis de prospérer rapidement.


Anecdote
Les trémas présent sur le "E" de Citroën ne sont pas présents sur son acte de naissance. C'est en arrivant au lycée qu'une erreur est commise et que les trémas sont accidentellement mis. Il décida de conserver ces trémas.

 

 Histoires de constructeurs automobiles #3

Dates
Né le 19 août 1904 et mort le 8 septembre 1963.

Sa passion
Maurice Wilks a toujours apprécié l'automobile. C'est donc tout naturellement qu'il s'est dirigé, en 1926, à 22 ans, vers une usine automobile pour commencer sa carrière. Chez General Motors, il participe à l'assemblage de voiture. Un métier qu'il quitte pour rejoindre l'Angleterre, son pays natal. Il travaille alors chez Rover et devient ingénieur en chef. À la fin de la guerre, il récupère pour son usage personnel une Jeep Willys réformée de l'armée. Devant la difficulté pour trouver des pièces détachées, il cherche une remplaçante... Qu'il ne trouva jamais. Il discute alors avec son frère Spencer de la construction d'un tel engin.

Sa marque

Les deux frères s'attèlent alors à l'étude d'un véhicule qui pourrait servir à la fois de tracteur agricole et d'utilitaire léger. Après étude et découpage de deux châssis de Willys, il parviennent à créer celui du Land Rover, signifiant littéralement "vagabon terrestre". Le premier prototype vit le jour en 1947 avec un poste de conduite au centre pour satisfaire les pays où l'on roule à gaucge et ceux à droite. Pas pratique en tout-terrain, cette initiative est abandonnée et une première série de 50 voitures voit le jour. Le public est conquis, la production démarre en grande pompe et ne s'arrêta... Plus jamais alors !

Ses secrets pour réussir
L'audace, l'envie de satisfaire des besoins et de proposer un véhicule différent.


Anecdote
Maurice Wilks n'était jamais à court d'idée, il a également travaillé sur le projet d'une voiture dotée d'une turbine dès 1949. Il conduisit le prototype mais n'en donna pas suite.

 Histoires de constructeurs automobiles #3

Dates
Né en 1953 à Puebla, au Mexique.

Sa passion
Daniel Mastretta (et son frère Carlos) sont passionnés d'automobile. Mais lorsqu'ils ont commencé leur activité de conception de châssis en 1987, leur clientèle ne leur demandait que des pièces pour bus et minibus dédiés à la ville de Mexico. Ils conçoivent en 1998 une première voiture, vendue en kit sur base de Coccinelle et nommée MXA au tirage très confidentiel. Courageux et désireux d'atteindre leur objectif, les deux frères réfléchissent à un projet plus ambitieux : la voiture de sport qui correspondrait le mieux possible à leur rêve.

Sa marque
Les deux frères créèrent en 2011 la MXT, l'aboutissement d'un vieux rêve de passionnés de voiture. Une sportive de 250 chevaux à moteur Ford d'à peine plus d'une tonne. Malgré des ventes correctes mais pas exceptionnelles, Daniel et Carlos Mastretta sont parvenus à donner vie à leur utopie à quatre roues. Malencontreusement, des difficultés avec leur fournisseur de pièces a engendré des difficultés financières et des conflits, à tel point que l'on se demande si la marque ne vit pas ses dernières années...

Ses secrets pour réussir
L'a
udace, l'envie de faire toujours mieux et aussi l'envie de se faire plaisir ! Mais tout en restant vigilant aux à-côtés, comme les fournisseurs et l'état du carnet des ventes...

Anecdote
Toujours en quête de ramassage de superlatifs, les deux frères souhaitaient faire évoluer leur Mastretta MXT en remplaçant le 2.0 Duratec Ford de 250 chevaux par sa version EcoBoost de 285 chevaux dans le but de percer en Europe. Malheureusement, il y a peu de chances que le projet aboutisse...

 Histoires de constructeurs automobiles #3

Dates
Né le 21 septembre 1903 au Michigan et mort le 26 décembre 1956 dans l'Ypsilanti.

Sa passion
Preston Thomas Tucker a débuté très jeune dans l'automobile chez Cadillac, en distribuant le courrier. Il part pour Détroit fonder une famille avec le rêve secret de concevoir la meilleure voiture du monde. Bien vite, la grange attenante à sa maison se transforme en bureau d'études. Sa passion le pousse d'abord à réaliser un prototype pour l'armée, rejeté à cause de sa vitesse excédant les 50 km/h. Sa passion dévorante le conduit à rédiger un cahier des charges extrêmement précis de ce qui pourrait devenir la voiture de ses rêves.

Sa marque

Preston Tucker veut mettre toutes les chances de son côté. C'est pour qu'il souhaite que son modèle soit plébiscité par les administrations et la défense. Il avance bon nombre d'arguments concernant la sécurité de son modèle, la Tucker 48, qui dispose de trois phares dont le central est directionnel, de ceintures de sécurité, d'un pare-brise éjectable... Le comité qui reçoit Tucker lui confie une gigantesque usine de 15 000 m2. En seulement 60 jours, il parvient à assembler le premier exemplaire, avec l'aide de toute sa famille...

Ses secrets pour réussir
La niaque, l'envie de concrétiser ses rêves, une très grande force de caractère.


Anecdote
Malgré sa bonne volonté, c'est dans une casse que Preston Tucker et son épouse ont réuni des pièces. Bien vite, les investisseurs et le FBI se retournent contre l'ingénieur pour détournement de fonds et escroquerie. 47 voitures sont alors produites sur les 50 minimum exigées... En moins d'un mois, il parvient à assembler les trois manquantes et évitent les 155 ans de prison annoncés. Innocenté, il n'a toutefois pas l'autorisation de continuer son activité. Malgré d'autres projets, il décède prématurément à 53 ans.


Commentaires