Retour des petites sportives : objectif plaisir !

Thomas DROUART      19 Décembre 2015       Actualité

Retour des petites sportives : objectif plaisir !

Après des périodes marquées d'austérité, avec un parc automobile plutôt morose et pas vraiment sympa, il semblerait que les constructeurs souhaitent de nouveau réconcilier les français avec l'Automobile. Oui, automobile avec un grand A. Quels sont ces modèles qui signent le renouveau des petites sportives ?

"Light is right" affirmait Anthony Colin Chapman, fondateur de la marque Lotus. Un concept tombé en désuétude des suites d'une course conjointe entre équipement, confort et puissance. Aujourd'hui, des constructeurs ressuscitent le concept d'une petite voiture légère, faiblement motorisée au regard aux productions actuelles mais capables d'offrir un véritable plaisir de conduite.


Trente ans de barquettes

L'automobile est passée dans de multiples facettes. Au début du XXè siècle, en pleine construction de son image, elle se devait d'être statutaire. Et plutôt massive pour impressionner mais aussi asseoir l'image d'une réussite personnelle et/ou professionnelle. On a alors pu assister à une véritable course à la puissance qui se soldait par des cylindrées hautes, très énergivores et des moteurs sans cesse plus complexes, à l'image des V12 et V16. Puis le prix du baril de pétrôle à commencé sa fulgurante ascension, condamnant ces "limousines" et incitant à revenir vers des modèles plus raisonnables.

Ce virage a été pris majoritairement en plein cœur des années '50 et '60 avec des modèles à la fois plus légers, plus compactes et au final plus performants, agiles et plaisants. Colin Chapman a même poussé ce concept à son paroxysme en dévoilant des modèles au rapport poids/puissance toujours plus intéressants. La course à la puissance se met progressivement en stase. Des matériaux plus légers font leur apparition et se répandent rapidement. Les "petites" voitures entrent sur le marché et l'occupent. Les 2CV prennent la place des DS tandis que la 4CV succèdent à des modèles anciennenement plus longs d'un à deux mètres. C'est ce que la population souhait. Et les chiffres de vente l'ont attesté.


Déclin puis retour

Puis à l'aube des années '80, un nouveau revirement de situation a conduit les constructeurs a augmenté de nouveau le gabarit de leurs modèles sur l'autel de la sécurité et des normes américaines. Les barquettes prennent de l'embonpoint régulièrement. Rares sont les modèles dîts légers, à l'image de la Mazda MX-5 anciennement Miata. Ces starlettes également évoluent alors rapidement, se dotant d'accessoires et d'équipements qui rajoutent de la masse et obligent les constructeurs à monter en puissance. Il n'y a guère que Lotus qui est parvenue tant bien que mal à contenir le poids de ses modèles. Mais la troisième mouture de l'Elise, en vente depuis 2010, a terni le bilan.

Inévitablement, les modèles légers sont progressivement évincés. On découvre des sportives de plus en plus radicales mais également plus lourdes, qui ont tendance à gommer les sensations. L'automobile telle que les puristes l'assimilent change. Les modèles sportifs se conduisent davantage qu'ils ne se pilotent, à coup d'aides à la conduite omniprésentes qui aseptisent ces cocons rapides.


Les nouvelles

Mais il semblerait que les constructeurs actuels retrouvent progressivement l'envie de reproposer des modèles au caractère un brin plus trempé. Fiat compte réssusciter sa célèbre 124 Spider avec une masse largement sous la tonne et à peine plus de 100 chevaux, un chemin suivi parrallèlement chez Mazda avec un gabarit et un poids en baisse. Toyota, réputée pour des modèles sportifs dans les années '80 renoue avec son passé avec la future S-FR. D'autres constructeurs devraient suivre la donne avec des bilans plus ou moins mitigés car ces modèles ne s'adressent qu'à un public très spécifique pour qui le suréquipement n'est pas une priorité.

Renault s'y est bien essayé avec la Wind mais l'ensemble manquait de cohérence, c'était un entre-deux qui avait du potentiel mais qui n'a pas été exploité. Toujours est-il que ce genre d'initiative est assez promoteur pourvu qu'il soit bien exploité. Enfin, ces modèles plus légers ont l'avantage de ne pas consommer beaucoup de carburant tout en offrant de vraies sensations de conduite. Duo gagnant ?



Quelques chiffres

Retour des petites sportives : objectif plaisir !
Retour des petites sportives : objectif plaisir !
Retour des petites sportives : objectif plaisir !

Les modèles sur le marché

La Fiat 124 Spider s'apprête à revenir sur le devant de la scène, avec un poids sous la tonne.

La Fiat 124 Spider s'apprête à revenir sur le devant de la scène, avec un poids sous la tonne.

Parmi les vétérantes, la Mazda MX-5 de quatrième génération voit son poids diminué pour plus de plaisir.

Parmi les vétérantes, la Mazda MX-5 de quatrième génération voit son poids diminué pour plus de plaisir.

Dans la pure tradition des modèles d'autrefois, la S-FR proposera un rapport poids/puissance très plaisant.

Dans la pure tradition des modèles d'autrefois, la S-FR proposera un rapport poids/puissance très plaisant.

Le design de l'Ariel Atom ne fait pas l'unanimité mais son rapport poids/puissance et ses 500 chevaux au maximum lui garantissent des performances décoiffantes.

Le design de l'Ariel Atom ne fait pas l'unanimité mais son rapport poids/puissance et ses 500 chevaux au maximum lui garantissent des performances décoiffantes.

Avec ses 240 chevaux pour 800 kg, le KTM X-Bow est aussi efficace que rare...

Avec ses 240 chevaux pour 800 kg, le KTM X-Bow est aussi efficace que rare...

La Lotus Elise S3, en version Club Racer bénéficie d'un allègement et ne pèse que 876 kg pour 136 chevaux.

La Lotus Elise S3, en version Club Racer bénéficie d'un allègement et ne pèse que 876 kg pour 136 chevaux.

Et vous, que pensez-vous du retour de ces modèles légers ?


Commentaires