Loi Ferrari : qu'est-ce ?

Thomas DROUART      7 Janvier 2016       Vie pratique Informations Législation

Loi Ferrari : qu'est-ce ?

Nous verrons aujourd'hui une "loi" au nom de l'une des plus célèbres marques automobiles italiennes. Il s'agit en fait davantage d'une dérogation permettant aux modèles les plus puissants sur le marché de pouvoir émettre quelques décibels de plus. Mais comment cela est-il déterminé ?

Comme pour les émissions polluantes ou bien la sécurité, le bruit émis par nos voitures est un composant indispensable à l'homologation d'une voiture sur le marché. Des normes de plus en plus strictes régissent ces émissions. Mais pour certains, il est possible de gagner jusqu'à 3 décibels, ce qui n'est pas négligeable.


La pollution sonore

Loi Ferrari : qu'est-ce ?

Depuis les années '70, des organismes sont chargés de mesurer les émissions sonores de tout nouveau véhicule sur le marché. Pour cela, chaque véhicule devait sur une période de 20 mètres, accélérer le plus fort possible à partir de 50 km/h. Des microphones enregistraient les fréquences qui devaient être inférieures à 82 puis 74 décibels. Néanmoins, il s'est avéré que ce type de test n'était pas représentatif.

C'est pour cela que depuis 1996, les tests sont composés en deux parties, une accélération partielle à 50 km/h en fonction du rapport poids/puissance du véhicule et un second à vitesse constante de 50 km/h. Les microphones sont placés à 50 centimètres des sorties d'échappement. Désormais, les seuils d'émissions sonores sont propres au rapport poids/puissance de chaque voiture. Cette dérogation dont le calcul est détaillé ci-dessous prend le nom Ferrari en raison du fait que les modèles de cette marque sont tous concernés !


Les seuils

Loi Ferrari : qu'est-ce ?

Pour calculer le seuil d'émission maximal autorisé, il suffit de diviser le poids en kilo du véhicule par sa puissance en chevaux. Plus ce rapport est faible, plus les seuils sont élevés et meilleure est donc la tolérance.

• Inférieur ou égal à 4,6 kg/ch > 75 décibels maximum
• Entre 4,6 et 6,1 kg/ch > 73 décibels maximum
• Plus de 6,1 kg/ch > 72 décibels maximum

Ce sont donc les modèles les plus performants qui disposent de ces trois décibels de tolérance supplémentaire. Il faut savoir que les décibels suivent une courbe exponentielle et que, par conséquent, trois décibels de plus n'ont rien d'anodin !
Notons également que les seuils seront fréquemment abaissés afin de diminuer les nuisances émises par le bruit des moteurs.


Comment font les constructeurs ?

Loi Ferrari : qu'est-ce ?

Les constructeurs automobiles n'ont pas eu d'autre choix que de se conformer à ces règles d'émissions sonores. Des vannes électriques sont fréquemment utilisées sur les modèles sportifs afin de ne pas excéder la limite des 75 décibels. Les silencieux ont gagné en volume afin d'atténuer les sonorités trop voluptueuses, tandis que les Diesel, particulièrement générateurs de désagréments auditifs, ont vu leur bruit réduit par les filtres à particules et autres dispositifs destinés à leur faire passer les tests anti-pollution.

Les technologies hybrides et électriques permettront aux constructeurs automobiles de réduire davantage encore ces émissions car les moteurs thermiques atteindront rapidement leur limite dans les années à venir. Surtout en 2022 et 2026 où les restrictions seront encore plus incisives... Et à ce sujet, les constructeurs essaient continuellement de prendre de l'avance en réduisant drastiquement les bruits moteurs de leurs modèles.


Commentaires