30 faits marquants sur la Citroën 2CV

Thomas DROUART      2 Mars 2016       Vie pratique Informations

30 faits marquants sur la Citroën 2CV

On connaît tous la 2CV, on a même souvent une histoire à raconter avec ! Produite pendant plus de 40 ans, le moins que l'on puisse dire, c'est que la deuche a marqué les esprits. Voici 30 anecdotes et fait marquant à propos de la plus emblématique des voitures françaises.

 

# 1. Elle n'a pas de joint de culasse
La Citroën 2CV fait partie des rares modèles sur le marché à ne pas avoir de joint de culasse.
Construite dans un but économique et dans le but d'une bonne fiabilité, les ingénieurs ont fait
en sorte de se passer de cette pièce fragile en utilisant des goujons pour maintenir le carter
à la culasse.
# 2. Double moteur

La 2CV dîte Sahara est la seule voiture de série dotée de deux moteurs, un sur le train avant
et l'autre sur le train arrière afin d'offrir une vraie transmission intégrale. La cylindrée totale
grimpe ainsi à 850 cm3 et la puissance fiscale à 5CV. Au volant, deux clés de contact.
Esthétiquement, la 2CV Sahara se reconnaît à sa roue de secours sur le capot, ses bouchons
de réservoir dans les portes avant et ses roues arrière moins carénées.

# 3. 2CV Katya
Bernard Faller a un certain goût pour le détournement. À la fin des années '90, il réalise
depuis une 2CV des années '60 une sorte de 2CV hommage, dénommée Katya et revêtue
d'une élégante livrée noire laissant croire à un prochain modèle Citroën, prévu pour 1999
afin de célébrer les 50 ans de la deuche. Mais tout cela n'est qu'un pastiche, savamment
orchestré qui ne donna aucune suite.
# 4. Deux ou trois chevaux ?
Initialement nommée TPV pour Très Petite Voiture lorsqu'elle était à l'état de projet,
notre deuche nationale a finalement arboré le nom de 2CV, en référence à sa puissance
fiscale. Mais en 1970, Citroën propose un moteur plus puissant, grimpant à 602 cm3
et dont la puissance fiscale passe à... 3CV ! De nombreux puristes ont par ailleurs
pesté ce changement qui malgré tout offrait de bien meilleures attitudes à la 2CV.
# 5. Triste finalité
La toute dernière 2CV vendue a malheureusement connu une fin malheureuse. Cette 2CV 6
est restée strictement d'origine et précieusement conservée avec seulement
5 kilomètres au compteur. Jamais bougée ni immatriculée, elle fut volée et retrouvée
incendiée le 13 mars 2012. Estimée à plus de 110 000 €, son propriétaire depuis toujours
ne s'en est jamais remis et décéda une dizaine de jours après. L'épave incendiée a trouvé
preneur aux enchères à près de 11 000 €.
# 6. Avec ou sans trémas ?
Initialement, André Citroën, fondateur de la marque éponyme n'avait pas de trémas
sur Citroën, c'est en arrivant au lycée qu'une erreur est commise et que ces deux points
sont venu coiffer le "e". André Citroën a alors choisi de les conserver, à faire modifier
en conséquence. Et l'on retrouve ainsi ces trémas sur tous les sigles automobiles de la marque !
Une 2CV Dolly. Source image : www.pieces-2cv-4l.com/

Une 2CV Dolly. Source image : www.pieces-2cv-4l.com/

# 7. Un seul phare !
Les ingénieurs Citroën reçoivent un cahier des charges très strict où les économies
doivent être partout ! Dans un premier temps, l'avant de la Très Petite Voiture s'inspire de celui
de la Traction, avec une grande calandre grillagée renfermant un unique phare. Finalement,
la 2CV A de 1939 arborera l'unique phare également mais placé à l'emplacement actuel.
# 8. Une fourgonnette pas si récente
Si la 2CV Fourgonnette ou (2CV AU) n'a été présentée et commercialisée qu'à partir de 1951,
elle est tout sauf un modèle développé à la va-vite. Dès 1939, les ingénieurs du Quai de Javel
pensaient déjà à une version utilitaire léger pour la 2CV. La guerre a malencontreusement
condamné ce projet durant plus d'une décennie.
# 9. FAF
L'ambition de Citroën ne s'arrêtait pas à l'échelle nationale. Au début des années '70,
un prototype voit le jour : la FAF, pour "facile à fabriquer". Une découvrable économique
destinée au marché africain également déclinable en limousine, c'est-à-dire un break
très lumineux et compact peu coûteux et facile d'entretien. Malheureusement, la fabrication
des FAF est jugée trop onéreuse sur place et le projet est avortée après une dizaine d'exemplaires.
# 10. Capote descendante
Si le fait que la 2CV soit une découvrable fait l'unanimité, il faut savoir que jusqu'en
1957, la capote descendait jusqu'au pare-choc arrière. Pour accéder au coffre, il suffisait
de débâcher la partie basse, sans clé. Tout le monde pouvait ainsi accéder au contenu
du coffre ! À partir de 1957, une porte en tôle fermable à la clé prendra la relève.
# 11. Objectif 300 km/h
Deux mécaniciens italiens férus de mécanique ont décidé de modifier une 2CV afin
de lui permettre d'atteindre les 300 km/h. La base choisie est une fourgonnette qui fut
équipée de nombreuses pièces d'origine Ferrari afin d'optimiser au mieux la petite française.
Sans parvenir toutefois aux 300, ils ont atteint à bord la vitesse impressionnante de 289 km/h.
# 12. Star du cinéma
La Citroën apparaît dans pas moins d'une quarantaine de films. Elle y joue souvent
un rôle clé, comme dans les films de Louis de Funès. Mais on la retrouve aussi dans
des films très divers, comme Boule & Bill, Destination Finale et même Red 2.
Une 2CV AZL de 1957

Une 2CV AZL de 1957

# 13. Record du monde
Le 9 juillet 2009, un concours insolite a eu lieu sur la route du Tour de France. Il consistait
à accumuler un maximum de personnes à bord d'une 2CV. 21 personnes ont réussi l'exploit
de tenir à bord avec pas moins de 4 personnes dans le coffre et 9 à l'arriière. La pauvre 2CV
trop généreusement chargée a même pu être démarrée afin d'homologuer le record.
# 14. 2CV Cocorico
En 1986, pour soutenir l'équipe de France de football, Citroën ose une audacieuse
version Cocorico sur la 2CV. Cette dernière utilise une base de 2CV blanche sur laquelle
sont montées des ailes rouges et un dégradé du bleu au rouge sur chaque côté.
Cette édition a été limitée à 1 000 exemplaires mais n'a pas eu le succès attendu.
# 15. Histoire d'image
Alors ministre sous François Mitterand, Laurent Fabius a été aperçu à plusieurs reprises
au volant d'une rutilante Ferrari 400, un modèle peu en adéquation avec l'image d'un ministre.
De nombreuses rumeurs prétendent qu'il stationnait sa belle italienne sur le parking
d'un Novotel avant de monter à bord de sa 2CV Charleston pour rejoindre Matignon !
# 16. L'unique option !
La 2CV fourgonnette doté du moteur 425 cm3 est nommée AZU. Seule une option est proposée
aux acheteurs de ce modèle : le siège passager. Il faudra patienter jusqu'en 1960 pour qu'enfin,
le siège passager s'impose en série. Cela s'avère bien pratique et permet de gagner
en polyvalence... Et de pouvoir enfin voyager à deux en 2CV fourgonnette !
# 17. Un accueil mitigé
Au Salon de l'Auto de 1948, les visiteurs sont à la fois enthousiastes
et choqués par la ligne de la 2CV, très en avance sur son temps et novatrice.
Parmi les critiques recensées : "quelle est laide", "on dirait du carton pâte",
"est-ce que Citroën fournit l'ouvre-boîte avec ?" et même "on dirait un chameau".
# 18. Sans moteur ?
Toujours au Salon de l'Auto de 1948, la 2CV est amenée au Grand Palais
par une fenêtre dérobée pour éviter les photographes. Particularité des modèles
exposés : leur absence de moteur, simplement remplacés par des poids, tandis
que les capots avaient été bloqués en position fermée. Le bloc de 375 cm3
n'arrivera que l'année suivante !
Une 2CV AZU de 1974, avec ses phares avant rectangulaires

Une 2CV AZU de 1974, avec ses phares avant rectangulaires

# 19. Chaque jour, un pare-choc
Toujours au Salon de l'Auto de 1948, les visiteurs s'amusent des suspensions
très molles des  2CV, certains essayant même de les tester jusqu'à leurs limites.
Bien qu'elles soient très résistantes, ce n'était pas le cas des pare-chocs
qui devaient être remplacés chaque matin avant l'ouverture.
# 20. Suspensions très visibles
Afin d'offrir un meilleur amortissement, les 2CV type AZ et AZU se dotent de suspensions
à ressorts apparents, largement perceptibles sous la caisse, dès décembre 1954.
Mais dès mai 1955, ce choix technique est abandonné en raison des risques de projection
qui endommagent prématurément les suspensions. Très peu de 2CV de cette époque
subsistent encore de nos jours.
# 21. Portes suicide
Jusqu'en 1964, les 2CV disposaient de porte de type suicide, c'est-à-dire que l'ouverture
se faisait dans le sens inverse la marche, afin de faciliter l'accès à bord. Par raison
de sécurité mais aussi de praticité, l'ouverture se fera dans le sens traditionnel
après 1964.
# 22. Un étrange concours
Lors d'une exposition à la Cité des Sciences à Paris, un concours plutôt original était proposé.
Il fallait démonter intégralement une 2CV 4, passer les éléments à travers une fine fenêtre et
remonter entièrement la 2CV derrière par équipe de 4 ! L'auto devait être démarrée, faire une
marche avant et arrière avec les quatre participants à bord. Le record est d'une heure seulement.
# 23. Budget communication restreint
La 2CV n'a pas eu un budget communication très élevé. Hormis de nombreux prospectus,
ce sont les différents modèles de 2CV engagés par des particuliers et professionnels
sur divers raids et rallyes qui ont popularisé et renforcé l'image de la deuche auprès
du grand public ! Un double avantage pour la marque aux chevrons !
# 24. La 2CV pour partir en week-end
Assemblée en Belgique, la 2CV AZUL est une version presque familiale de la 2CV. Basée
sur la fourgonnette AZU, elle dispose d'un plus grand vitrage arrière et d'une banquette arrière.
Seule ombre au tableau, l'absence de porte latérale arrière, l'accès se faisant exclusivement
en rabattant le siège passager. Bon point cependant, le coffre conserve un bon volume
et le plancher demeure intégralement plat.
La 2CV Charleston, un modèle cher dans le cœur des passionnés

La 2CV Charleston, un modèle cher dans le cœur des passionnés

# 25. Charleston jaune et noir
La 2CV Chaleston fut initialement produite dans un biton Rouge Delage et noir. Seul le millésime
1982 proposait un biton jaune et noir à la Charleston. Une association qui n'a malheureusement
pas connu le succès escompté mais qui est très recherchée désormais. La Charleston
sera également éditée en gris et noir, une association classique mais qui a ses adeptes.
# 26. Mieux vaut tard que jamais
À la fin de l'année 1950, les commandes de 2CV affluent fortement. L'usine de Levallois
est débordée et la faible production de 1 000 voitures par an contraint certains clients
à près de six ans d'attente pour prendre possession de leur 2CV !
# 27. Serge Gevin
Serge Gevin est un artiste peintre qui a fortement influé l'évolution de la 2CV. En 1976,
il esquisse la 2CV Spot et dès 1980, il dessine en seulement un week-end la ligne de
la Charleston, que Citroën mettra en série sitôt fait ! On lui doit également le prototype
Space Cab qui n'a malencontreusement pas été mis en série, ainsi que la Trèfle, la Suroît
et même Rosalie. Les idées ne manquaient pas !
# 28. Une fin à tout
La dernière 2CV est assemblée en 1988 mais ne sera vendue qu'en 1990. Les normes
de pollution et de sécurité étant de plus en plus strictes, la 2CV ne peut plus suivre
et nécessiterait d'évolutions très importantes qui ne seraient ni rentables ni dans l'esprit
de la 2CV initiale. Décision est alors prise de stopper la carrière de la belle après 41 ans.
# 29. Le Prix Citroën

Jacques Wolgensinger, Directeur des Relations Publiques chez Citroën, crée en 1957
le Prix Citroën. Celui-ci récompense le possesseur de 2CV qui ramènera le plus beau reportage photo de son voyage. Ouvert à tous, quelle que soit la nationalité du participant,
jusqu'à 500 000 Francs étaient mis en jeu chaque année.

# 30. La 2CV, autrement
De nombreuses déclinaions ont vu le jour sur base de 2CV. Jean Dagonnet a notamment réalisé
d'élégants coupés au milieu des années '50, retouchant avec beaucoup de subtilités
cette base pour aboutir à un modèle totalement novateur et touchant un public tout autre !
Jean-Marie De Pontac ira même jusqu'à métamorphoser la 2CV en une barquette radicale aboutie.

Commentaires