AC74 • McLaren 12C coupé '12

Thomas DROUART      7 Avril 2016       McLaren V8 Anglaises Années '10

AC74 • McLaren 12C coupé '12

Bien que la notion de supercar soit tout à fait subjective, la McLaren 12C entre pleinement dans cette catégorie. En bonne sportive, elle affiche un rapport poids/puissance de premier ordre et une ligne savamment travaillée. Mais a-t-elle le potentiel pour rivaliser avec une concurrence toujours plus offensive ?

 

Fiche technique
 Modèle McLaren 12C coupé
 Moteur 3.8 V8 biturbo 600 chevaux
 Dimensions 4,50 x 1,91 x 1,20 mètre
 Masse 1 301 kg
 Commercialisation 2011 - 2012
 Côte moyenne 160 000 €
 0 à 100 km/h 3"2
 Vitesse max 331 km/h
 Consommation 11,7 l/100 km
 Date et lieu 13 juin 2016, Le Mans
AC74 • McLaren 12C coupé '12

McLaren. L'histoire de McLaren remonte à 1985. Mais à cette époque pas si lointaine, l'automobile n'était qu'un des domaines exploités par la marque anglaise qui développait des technologies de pointe dans différents domaines. L'automobile n'arrivera qu'au début des années '90, avec la célèbre F1 qui triompha notamment aux 24 Heures du Mans de 1995. Puis la marque tomba en sommeil quelques années avant de reprendre vie dans les années 2000 avec l'envie de renouver avec la sportive d'exception. McLaren a toujours tissé des liens très forts avec Mercedes, on se souviendra notamment de la Mercedes SLR, qui a bénéficié de l'expérience de la marque britannique. Sans surprise, c'est dans le sens inverse que la nouvelle McLaren verra le jour, en faisant appel à une mécanique empruntée chez le constructeur à l'étoile.

AC74 • McLaren 12C coupé '12

Aucune excentricité. Auparavant, les McLaren F1 étaient des modèles assemblés artisanalement, et tout à la main. Cela appartient désormais au passé. Le constructeur anglais ne vise plus l'ultra prestige mais des modèles sportifs un brin plus accessibles. C'est donc une toute nouvelle usine qui voit le jour, suréquipée et dotée des dernières technologies de pointe. En 2011, la McLaren MP4-12C est présentée au public. Un nom au modèle un peu barbare qui sera rapidement nommé plus simplement 12C en 2012. La ligne en elle-même est relativement classique, très fluide, presque impersonnelle au premier abord. Mais en y regardant de plus près, la première impression est rapidement gommée. Les traits sont esquissés avec soin et se répondent les uns les autres. Tout est savamment dessiné et mis en scène, avec des portes en élytres et un arrière assez inédit. Tout a été fait dans le subtilité, aucune vulgarité, aucune excentricité. Tout le savoir-faire est là.

AC74 • McLaren 12C coupé '12

Plaisir d'essence. Pour McLaren, la 12C représente un pari audacieux : il n'est en effet pas gagné d'avance de parvenir à séduire le public. Déjà parce que l'image de la marque est principalement associée aux modèles de Formule 1 et au modèle F1, au tarif élitiste mais aussi parce que cette clientèle relativement fortunée est généralement habituée à une marque, qu'il s'agisse d'Aston Martin ou Jaguar pour les conversateurs, Porsche, Ferrari ou Lamborghini pour une autre bonne partie. Comment séduire dans ce cas ? En jouant la carte du compromis parfait. La 12C mise en effet beaucoup sur le plaisir et les sens. La vue, avec cette ligne incroyable, l'ouïe, avec un V8 très démonstratif, le toucher, avec des portes qui s'ouvrent simplement en les effleurant, l'odorat avec un mélange cuir/alcantara qui sent le neuf. C'est vrai, il manque le goût. Mais il suffit de tourner la clé d'un quart pour se mettre en appétit : la 12C n'est pas là pour faire de la figuration.

AC74 • McLaren 12C coupé '12

Un bon feeling. Pour créer la 12C entièrement, les ingénieurs McLaren ont eu carte blanche. Ils ont pensé la voiture en fonction de son pilote. Elle est volontairement plutôt légère, en recourant massivement à la fibre de carbone et affiche un poids total dépassant à peine les 1,3 tonne. En renonaçant à la climatisation et divers éléments de confort, il est possible de gagner encore une trentaine de kilo. Le châssis en carbone offre un excellent ressenti avec une excellente rigidité. Les suspensions ont été raffermies afin d'offrir à la 12C une bonne polyvalence et faire en sorte qu'elle soit utilisable tant sur circuit que sur route ouverte. La direction est très précise et la belle enchaîne les courbes sans jamais rechigner. Le freinage est lui aussi mordant, avec quatre disques ventilés et perforés en fonte, plus légers. Les disques en céramique sont possibles, à condition d'opter pour une option dont le montant est à cinq chiffres...

AC74 • McLaren 12C coupé '12

L'efficacité prime. Faire d'une sportive un modèle à sensation est de plus en plus compliqués avec l'embonpoint constant des modèles. Mais pour McLaren, c'était une priorité. Les amortisseurs disposent d'une liaison hydrauliques qui répond à un double besoin : pas de barre anti-roulis (trop lourd) et supprimer tout roulis possible. Ce système permet ainsi de gagner en efficacité et de bénéficier de reprises éclairs à tous les régimes. La rivale directe de notre 12C, c'est la très efficace Ferrari 458 Italia dont l'image est très forte. À côté, la McLaren semble bien plus sage esthétiquement et ne laisse pas présager ce qu'elle renferme sous sa lunette arrière. Comme la cousine italienne, notre belle anglaise se veut exclusive, seuls deux points de vente en France proposent de passer commande. Et comme chez Ferrari, le catalogue des options est long. Très long. Un exemplaire personnalisé intégralement peut faire grimper la note de 40 % ou plus.

AC74 • McLaren 12C coupé '12

Démente. Les écopes latérales ont pour mission de refroidir le V8 biturbo qui sommeille en position centrale arrière de notre McLaren 12C. Ce bloc d'une cylindrée de 3.8 litres fait ainsi appel à la suralimentation. Ce n'était pas le choix de la passion, non, mais celui de la raison. Avec des normes en matière de plus en plus strictes, il devenait difficile de proposer un moteur atmosphérique d'une telle puissance à cause notamment de coûts de développement prohibitoires. Mais pas de déception hative. Chez McLaren, le plaisir et l'efficacité priment. Le V8 dérive de celui monté sur les Nissan R390 GT1, qui ont courru aux 24 Heures du Mans de 1998. Il y a pire comme référence surtout quand on sait que ce bloc moteur est relativement léger, avec moins de 200 chevaux. Tout a été savamment étudié afin d'offrir un maximum de plaisir et une sonorité... démente ! La puissance atteint 600 chevaux et même 625 pour les exemplaires produits à partir de juin 2012.

AC74 • McLaren 12C coupé '12

Graziano. Un poids raisonnable, une puissance plus que confortable, un châssis affûté... Tous les ingrédients semblent réunis pour faire de la McLaren 12C une sportive de premier ordre. Le 0 à 100 km/h ne demande que 3,2 secondes. Les 600 chevaux sont bien présents ainsi que les 600 Nm de couple, qui offrent une poussée continue jusqu'à 7 000 tr/m. Les échappements en inox, reliés à des catalyseurs puis sur un silencieux dont on perçoit les deux sorties à l'arrière offrent du rêve. Une sonorité rauque, puissante et agréable. Docile à conduire, la 12C est proposée avec une unique boîte automatique à double embrayage et sept rapports, dénommée SSG. Elle permet trois modes de conduite et offre même des palettes au volant, fixes pour opérer soit même le passage des vitesses comme n'importe quelle transmission manuelle. Notons également que cette boîte provient de chez Graziano, un spécialiste des transmissions qui est l'auteur de celle de la Lamborghini Aventador, entre autres.

AC74 • McLaren 12C coupé '12

Aérodynamique. L'habitacle mêle carbone et alcantara avec harmonie. L'ensemble est très bien assemblé, rigoureux et personnalisable. Les commandes sont placées judicieusement sans excès. L'équipement est bon et permet même une régulation de la climatisation différée pour le conducteur et son passager. L'intérieur de la McLaren 12C est dynamique et joue le contraste entre les matériaux. Cela respire la qualité et invite à prendre le volant. Autre point structurant et devenu une marque de fabrique de la marque : cet arrière. Il inclut dans un bandeau noir ajouré les feux, constitués de bandes de led, mais aussi la double sortie d'échappement. Un choix pplutôt original et cohérent, qui rajoute une touche unique supplémentaire. L'aileron s'incline suivant la vitesse. L'aérodynamique, sans surprise, est relativement bonne mais cela n'est guère surprenant.

AC74 • McLaren 12C coupé '12

Retour en force. Vendue à plus de 209 000 €, les ingéniers McLaren ont calqué le prix de la 12C sur celui de la Ferrari 458 Italia. Très personnalisable, les options peuvent lourdement faire augmenter le prix de revient de l'ensemble. Au final, il ressort la sensation d'un vent nouveau lorsque l'on ausculte ce modèle qui signe de le renouveau de la marque. Par rapport à ses concurrentes, elle offre un compromis intéressant : la rigueur d'une allemande au prestige d'une italienne ou en ayant l'élégance d'une anglaise... Et avec un V8 qui n'a rien à envier à une américaine. L'ensemble est cohérent, plaisant et force l'admiration. Rarement un retour, treize ans plus tard, n'avait été aussi brillant. Passée à 625 chevaux en juin 2012, la 12C s'est retiré définitivement en 2014 au profit de la 650S, encore plus impressionnante... Comptez 160 000 € sur le marché de l'occasion pour acquérir une 12C. Pour l'entretien, c'est encore compliqué, à moins d'habiter à Paris ou à Monaco.

AC74 • McLaren 12C coupé '12
Faut-il acheter une McLaren 12C coupé ?


Faire un retour dans le segment des berlinettes à moteur V8 était un pari audacieux pour McLaren. Mais l'essai a été transformé. La 12C est un modèle qui ne manque pas d'attraits et qui témoigne d'un équilibre phénoménal. Bien sûr, elle n'est pas exempte de défauts, mais elle collectionne les superlatifs dans de nombreux domaines. Et pour un premier jet, c'est assez remarquable. Il ne reste plus qu'au résau à se développer pour offrir une qualité de service similaire à ses concurrentes.
 

3 arguments
3 contre-arguments
Exclusivité
Très équilibrée
Performante
Réseau peu développé
Chère en occasion
Options très coûteuses


Référence article : AC74 • Version 3.1


Commentaires