Pollution Diesel : 5 infos à retenir du rapport

Thomas Drouart      13 Août 2016       Actualité Motorisation Diesel

Pollution Diesel : 5 infos à retenir du rapport

Clûturé le 29 juillet et mis à disposition du public le 8 août (le week-end du chassé-croisé des vacances) avait tout pour passer le plus inaperçu possible. Mais nous avons souhaité en savoir un petit peu plus. Nous avons lu et analysé ce rapport et voici ce que nous en avons tiré 5 informations intéressantes.


Un programme de contrôle complet

 

C'est après la fraude à grande échelle révélée aux États-Unis du groupe Volkswagen que Ségolène Royal, ministre de l'Environnement et de l'Énergie a souhaité lever le doute sur les modèles vendus en France. Une commission indépendante a été créée dans le but d'analyser les rejets émis par une centaine de véhicules à moteur Diesel. Dans les faits, 86 auront été testés. Ces voitures ont subi des tests d'émission de polluants réalisés par l'UTAC. Point positif : la ministre a demandé à ce que les tests soient élargis un maximum, avec notamment des mesures de CO2 en plus des tant controversés NOx. Convenons-en, c'est plutôt une bonne initiative, mais aussi une sacrée prise de risque qui demande une confiance accrue en nos constructeurs nationaux ! Renault a par ailleurs, fermement démenti avoir truqué ses moteurs.

Cette affaire de moteurs Diesel truqués chez Volkswagen (et donc Audi) est l'occasion de renverser partiellement le mythe de la voiture allemande. Voici une belle occasion pour redorer l'image de la voiture française. Et c'est justement sur ce point que cette commission a été créée. Étant indépendante, elle livrera des résultats factuels et réels qui auront à coup sûr un impact sur les achats futurs des français, qui restent malgré tout bien trop attachés au moteur Diesel. Les modèles ont été testés à la fois en laboratoire (D1 et D2) et en conditions réelles de circulation (D3).


1. Un large panel de tests

85 voitures Diesel ont été testées. Il s'agit de modèles de grande diffusion, parmi les plus vendus dans l'hexagone. Un modèle peut avoir été testé avec plusieurs moteurs Diesel proposés. Un modèle essence a été testé, à titre de comparaison, il s'agit d'un Renault Captur TCE 90. Il y a tant des modèles français qu'allemands, japonais, anglais ou même coréens. Certains répondant à la norme €6, d'autres à l'€5. Il y a des boîtes de vitesses manuelles et des automatiques.


2. Tous dépassent les limites !

Alors que le gouvernement continue d'attribuer des bonus "écologiques" aux Diesel rejettant le moins de C02, c'est la douche froide. L'intégralité des Diesel testés dépassent les seuils maximaux, allant de 5 % jusqu'à 51 %.


3. Certains constructeurs incriminés ne feront rien

Chaque constructeur a eu connaissance des résultats de l'enquête et a été amené à s'expliquer. Ils ont aussi pu trouver des solutions à mettre en place sur le parc existant mais aussi sur les futurs modèles. Cela donne une idée globale de l'intérêt porté par le constructeur sur ses modèles. Ford ne fera rien car une "mise à jour des véhicules existants dans le parc n'est envisageable". Mercedes, dont certains moteurs proviennent de chez Renault, ne fera rien non plus, mais travaillera sur des motorisations plus propres. Pire encore, Volkswagen n'a pas daigné fournir d'informations sur les actions à entreprendre pour régler les anomalies.


4. Des tests remis en cause

Peugeot et Nissan, notamment, remettent en cause les conditions des tests qui ne favorisent pas le déploiement des dispositifs anti-pollution, comme l'EGR. Est-ce un excuse pour ne pas remettre en cause les technologies employées ? De la mauvaise foi ou tout simplement une réelle méconnaissance de ces informations ? Difficile à dire. Toujours est-il que pour la première fois, les constructeurs sont mis face à une réalité dont la pilule a visiblement du mal à passer ! Il est également spécifié que Volvo a pour habitude de faire passer ses tests directement avec le second rapport de la boîte de vitesse et non le premier !


5. Et certains assument !

Renault a pris le parti pris d'opérer un rappel sur certains moteurs pour corriger cela. Des mesures pour l'avenir ont aussi été annoncées. Globalement, les constructeurs ont admis leurs erreurs, volontaires ou non afin de corriger les résultats pour l'avenir. De toutes manières, c'est une nécessité car ce rapport met l'accent sur un point très sensible.


L'heure du bilan...

Téléchargez le rapport de la commission indépendante pour les résultats détaillés.

Sans surprises, les constructeurs ont tous des résultats qui ne concordent pas avec les chiffres annoncés. Les tests qu'ils effectuent par eux-mêmes sont des conditions illusoires et bien loin de la réalité. On en retiendra la nécessité de faire valider ces tests par des commissions indépendantes et qui offrent des informations réelles.


Commentaires