L'écobonus, c'est bientôt fini ! C'est le moment d'acheter une hybride

Thomas Drouart      21 Novembre 2016       Actualité

L'écobonus, c'est bientôt fini ! C'est le moment d'acheter une hybride

Pour diminuer le bilan carbone du parc automobile, le gouvernement a mis en place courant 2008 un système de bonus-malus écologique en place. Ce dispositif a été de nombreuses fois remis en question car il a engendré une dieselisation massive qu'il a engendré. Preuve la plus accablante : ce système a surtout fait perdre de l'argent à l'État. Aujourd'hui, l'écobonus sur les voitures hybrides connait ses derniers jours. Alors pourquoi les modèles hybrides n'auront bientôt plus ce bonus ?
 

Le bonus-malus : injuste et pas rentable

Initialement, le bonus-malus avait pour but d'améliorer le bilan carbone. Mais force est de constater que cela n'a pas eu l'effet escompté et ce car de nombreux critères n'ont pas été pris en compte. Le plus flagrant ? Seul le dioxyde de carbone conditionne l'attribution d'un bonus ou d'un malus. Les Diesel en rejetant moins, nombreux sont les automobilistes à s'être dirigés massivement vers ce type de carburant, qui rejette bien d'autres polluants encore plus toxiques dans nos poumons et dans la nature.

Le but du gouvernement, était d'orienter peu à peu les automobilistes vers les énergies propres, c'est-à-dire les modèles hybrides dans un premier temps, et électrique dans un second temps. Et pour cela, l'État a mis le paquet ! En 2012, un acheteur de voiture hybride recevait un bonus de 5 000 € au maximum. Et pour les voitures électriques, cela pouvait atteindre 7 500 €.

Avec le déploiement rapide de ces modèles électriques, les voitures thermiques ont perdu des parts de marché, notamment les Diesel, qui sont devenus moins avantageux et pointés du doigt et parce que les moteurs essence, eux, devenus plus compétitifs que jamais.

Ce qui devait se produire s''est produit : davantage de voitures neuves vendues en France bénéficiaient d'un bonus et non d'un malus, ce qui a créé un déséquilibre et une réduction progressive du montant des bonus. À l'inverse, les malus augmentent dangereusement, avec jusqu'à 10 000 € lors de l'achat d'un modèle considéré comme polluant. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce ne sont pas que des sportives pour multi-millionnaires : un simple Lada 4x4 (ex Niva) voit son prix doublé en incluant le malus.


750 € pour l'achat d'un hybride... Si on se dépêche

La Toyota Yaris hybride est un modèle très polyvalent et économe à l'usage, est disponible chez notre partenaire Qarson.

La Toyota Yaris hybride est un modèle très polyvalent et économe à l'usage, est disponible chez notre partenaire Qarson.

Les années passant, les bonus ont régulièrement diminué au fur et à mesure que, à l'inverse, les modèles hybrides se répandaient. La pionnière, c'est bien entendu la célèbre Toyota Prius qui a donné naissance chez Toyota à deux autres modèles mêlant moteurs essence et électrique, les Auris et Yaris HSD, que notre partenaire Qarson propose à des tarifs alléchants (dès 20 390 € pour un modèle neuf de dernière génération).

À l'heure actuelle, le bonus accordé aux modèles hybrides est de 750 €. Mais cela ne va pas durer. Car maintenant que ces modèles sont répandus, le gouvernement souhaite achever sa transition thermique > électrique en favorisant les modèles 100% électrique. Pour autant, les modèles hybrides sont tout à fait recommandables et répondent pleinement à la demande des usagers.

Ils conjuguent le meilleur des deux mondes, avec un moteur électrique qui officie en ville et à basse vitesse, à un moteur essence (ou Diesel...) qui prend le relai, passée une certaine vitesse. Nous avions testé brièvement dans le courant de l'année la Yaris HSD. Nous avions été séduits par cette petite citadine étonnamment silencieuse (sauf à haute vitesse) et très polyvalente, avec une consommation minimale.

C'est à la fin de l'année 2016 que le gouvernement supprimera officiellement le bonus actuellement appliqué à ces voitures mêlant thermique et électrique. Les modèles hybrides s'inscriront alors dans la drastique grille du gouvernement, avec des avantages nettement moins intéressants. Si l'hybride vous tente et que vous souhaitez bénéficier de l'écobonus, mieux vaut donc ne pas trop attente.


Un modèle hybride est-il vraiment adapté à mon usage ?

Nombreux sont encore ceux qui restent réticents à l'idée d'acheter un modèle électrique, ce que nous pouvons comprendre, car même si nous en avons essayé (dont la Nissan Leaf que nous avons fort appréciée !), il reste des points à affiner et des contraintes d'usage (comme l'autonomie).

C'est pour cela que les modèles hybrides font une bonne transition. En revanche, tous les constructeurs ne sont pas logés à la même enseigne. Toyota plus de 20 ans d'expérience dans le domaine avec ses quatre générations de Prius et des retours de fiabilité excellents, il n'y a donc aucune crainte à acheter une Yaris HSD ou une Auris HSD.

Chez d'autres constructeurs aussi, les modèles hybrides ont de bonnes retombées. À la clé, des économies de carburant et une conduite plus souple puisque ces modèles sont couplés à une boîte de vitesse automatique. Elles disposent en outre d'une instrumentation permettant d'optimiser sa conduire pour toujours gagner davantage en souplesse.

Pour le groupe PSA, en revanche, le bilan est moins glorieux. Nous déplorons la technologie employée pour leurs modèles hybrides, mêlant d'un bloc électrique (parfait pour la ville) à un moteur Diesel, pas adapté pour la ville, avec le risque d'encrassement que cela entraine. Les hybrides essence, comme chez Toyota, peuvent être achetés avec moins de crainte puisqu'ils conviennent à tout type d'utilisation, sans exception (à part le circuit, ceci dit) !


En bref

Acheter une voiture hybride, c'est bien. Acheter une voiture hybride au meilleur prix, c'est mieux. Qarson vous permettra de trouver la voiture hybride qui vous correspond et ce, au prix le plus juste. Et comme il est encore possible de profiter du bonus de 750 € jusqu'à la fin de l'année, autant en profiter. Car dès 2017, l'avantage sera nettement réduit.

Plus que jamais, le prochain barème, qui entrera en application au 1er janvier prochain sera hostile à tout ce qui contient un moteur thermique, qu'il soit petit ou gros, qu'il ait un dispositif électrique ou non. Pour éviter une énième surcharge financière, mieux vaut ne pas attendre.


Commentaires