ApostropheOn fait peau neuve ! Découvrez notre nouveau site PDLV.frApostrophe
Home
Home

La voiture volante... Est-ce pour bientôt où il faudra encore attendre 20 ans ?

Image: FPG/Hulton Archive/Getty Images

Image: FPG/Hulton Archive/Getty Images

La voiture volante, vous en avez certainement déjà rêvé étant enfant. Bercé par Retour vers le Futur ou Harry Potter, vous attendiez avec impatience de pouvoir, un jour, faire décoller une voiture. Sauf qu'aujourd'hui, rien ne semble concret. Les seules voitures qui ont décollé les quatre roues qui me viennent en tête, c'est lors des spéciales de Rallye et la folie d'Elon Musk. Les voitures volantes se font attendre... Mais pourquoi est-ce si long ?


La voiture volante... Ce vieux rêve !

Mon premier souvenir d'une voiture volante remonte au tome 2 d'Harry Potter. Ce n'est pas si vieux, me direz-vous, mais c'était tout de même en 2002 ! Avant cela, il y avait bien la DeLorean DMC-12 de Marty, dans Retour vers le Futur et bien d'autres films plus anciens encore : l'Homme au pistolet d'or, Starfighter ou Blade Runner.

C'est un fait : la voiture volante fascine. Dans les années '50, on imaginait que les autos pourraient voler librement dès les années 2000. Cela ne se produisit cependant jamais. Bien peu nombreux sont ceux qui peuvent se vanter d'avoir vu une voiture voler. Personnellement, cela ne m'est jamais arrivé.

La voiture volante... Est-ce pour bientôt où il faudra encore attendre 20 ans ?

J'ai eu envie d'en savoir plus et de répondre à une question simple : pourquoi n'y a-t-il toujours pas de voiture volante ? D'un point de vue technologique, nous avançons à pas de géant : nous maîtrisons l'intelligence artificielle, nous pouvons reconstituer des cellules, créer des robots pour faire le ménage à notre place, développer des voitures capables de rouler toutes seules...

Fichtre : pourquoi la voiture volante met-elle autant de temps à voir le jour ? Et surtout : quand est-ce que le grand public pourra enfin dire : "j'ai conduit/piloté une voiture volante". Nous étions déjà tout contents de tester une Autolib alors imaginez une voiture volante !

Pour commencer, nous allons nous intéresser un peu à l'Histoire avec un grand H, afin de voir ce qui a déjà été réalisé/expérimenté/raté/réussi en termes de voiture volante.


Une longue histoire...

Le début du XXème siècle marque le début de la production en série de l'automobile. Les premières Ford Model T quittent les usines, bien vite rejointes par des productions venant du monde entier.

Parallèlement, l'aviation dans son sens le plus large, se perfectionne. Tout comme l'automobile, c'est un univers qui fascine. Alors certains se prêtent à rêver de combiner les deux. Cela permettrait d'aboutir à l'allégorie de la liberté : pouvoir se déplacer librement sur terre ou dans les airs.

L'Autoplane, réalisé en 1917 par Glenn Curtiss fut le précurseur... Mais ne vola jamais !

L'Autoplane, réalisé en 1917 par Glenn Curtiss fut le précurseur... Mais ne vola jamais !

Il est difficile de définir avec précision quelle fut la première voiture volante. Les médias d'époque ne pouvaient avoir la même couverture qu'aujourd'hui. Toutefois, tout laisse à penser que la première tentative remonte à 1917, aux États-Unis quand un certain Glenn Curtiss, crée l'Autoplane. Un nom explicite qui trahit les ambitions de l'homme, mais qui se solda par un échec. Malgré de solides compétences en aéronautique, l'Autoplane ne décolle pas...

Vingt ans plus tard, en 1937, la Waterman Arrowplane est la première voiture volante a s'élancer dans les airs. Sa conception remonte à 1911. Waldo Waterman, son auteur, aura mis plus de vingt ans à donner vie à son projet. Concrètement, la partie voiture est un tricycle capable de voler en venant s'atteler au module avion, qui comprend les ailes. Une petite production de cinq exemplaires est lancée mais le projet coûte très cher et la rentabilité est faible.

La Waterman Arrowplane, de 1937, est la première vraie voiture volante de l'Histoire. C'est une convertible.

La Waterman Arrowplane, de 1937, est la première vraie voiture volante de l'Histoire. C'est une convertible.

Les années qui suivront marqueront une succession de voitures volantes se présentant sous la forme de convertibles : une partie voiture pour rouler sur route et un arrière d'avion qui vient se greffer sur l'avant pour former un petit avion. Une solution pratique qui donne naissance à la Fulton Airphibian, en 1946, de Robert Fulton. Un prototype abouti, mais encore trop onéreux à produire en série. La carrosserie convertible est alors progressivement laissée de côté.

C'est alors que Moulton Taylor, un ex-pilote d'US Navy, eut une idée ingénieuse : que la partie avion ne soit pas qu'une extension amovible de l'automobile, mais qu'il y ait un ensemble. En 1946, il esquisse une voiture dotée d'une remorque. Cette remorque peut se déployer et forme ainsi les ailes nécessaires pour s'envoler. Sur route, l'encombrement est réduit. Voiture et remorque peuvent ainsi atteindre près de 100 km/h. Dans les airs, les 180 km/h sont possibles. Plusieurs générations de ce concept, l'Aerocar, virent le jour... Mais sans production en série !

L'Aerocar III, de Moulton Taylor, disposait d'ailes rétractables... Qui se pliaient pour devenir une remorque.

L'Aerocar III, de Moulton Taylor, disposait d'ailes rétractables... Qui se pliaient pour devenir une remorque.

Bien d'autres modèles ont vu le jour, certains étant plus atypiques que d'autres. Dans les années '50, le rêve de la voiture volante ne s'est pas estompé, bien loin de là. Mais il n'y a pas eu de concrétisation. Le septième art, en revanche, s'intéresse de très près aux voitures volantes. C'est bien simple : elles sont de plus en plus présentes. Le public commence donc, en toute logique, à vouloir une voiture capable de voler. La demande est particulièrement forte dans les années '60 et '70. Beaucoup attendent d'emmener leur voiture dans les airs dès l'année 2000.

La fin des Trente Glorieuses, au début des années '70, anéantit les rêves de grandeur, de démesure. Les voitures reviennent à la raison, s'assagissent et la voiture volante s'ancre dans la fiction. Bon, et aujourd'hui ? La voiture volante n'est-elle toujours qu'une utopie d'illuminé ?
 

La voiture volante aujourd'hui

De nos jours, la voiture volante refait parler d'elle. C'est dans la logique des choses : la digitalisation est aujourd'hui un enjeu capital pour les constructeurs automobiles. Tous les dérivés technologiques en découlent. Il faut impressionner, révolutionner, créer de nouveaux besoins tout en satisfaisant les existants.

La voiture électrique - même si cela existe depuis plus d'un siècle - en fait partie. Les voitures autonomes également. Mais cela ne suffit pas. À l'heure des réseaux sociaux et des réponses instantanées, pour attirer du public, il faut du spectaculaire. Il faut créer le "wahou" pour que des projets plus sérieux puissent se mettre en place.

La voiture volante fait assurément partie de la stratégie des constructeurs. Nous le verrons juste après, ils sont nombreux à développer, expérimenter, jusqu'à offrir la meilleure voiture volante du marché.

La voiture volante... Est-ce pour bientôt où il faudra encore attendre 20 ans ?

Le premier à avoir joué cette carte, c'est Elon Musk. Le 6 février dernier, ce riche PDG envoie sa Tesla Roadster personnelle dans l'espace, avec Starman au volant. Un symbole fort. Le public était ébahi et c'est compréhensible : la fusée Space-X est un monstre de technologie. Beaucoup se sont intéressés au devenir de la Tesla. Et la plupart d'entre nous se sont probablement mis à rêver de nouveau à la voiture volante.

Et c'est normal ! Doit-on y voir un signe des ambitions d'Elon Musk ? C'est pas impossible...
 

Tout le monde veut la sienne !

Parlons concrètement. Qui propose aujourd'hui une voiture capable de voler ?

À vrai dire, personne, mais voici quelques modèles qui se concrétisent petit à petit.

La voiture volante... Est-ce pour bientôt où il faudra encore attendre 20 ans ?

Terrafugia Transition - le précurseur qui vole déjà !

C'est en 2009 que l'entreprise américaine Terrafugia est parvenue à faire homologuer officiellement sa voiture volante. Bon, dans les faits, il s'agit davantage d'un avion autorisé à rouler sur route. Les ailes rétractables se rangent sur les côtés lors d'un usage routier.

Le profil est bien celui d'un avion, avec une cabine deux places, des ailes compactes et des roues montées sur pneumatiques, rétractables. Capable de fonctionner avec du Sans-plomb classique, la Terrafugia Transition a fait l'objet d'une dérogation à cause d'un dépassement de poids autorisé de 50 kg. Un second modèle est d'ailleurs en préparation, proposant un décollage vertical façon hélicoptère : la TF-X.

Toute personne intéressée peut donc passer un examen pratique comprenant une vingtaine d'heures. Comptez 220 000 € pour acquérir un exemplaire... Sans aucune garantie de l'obtenir ! Mais n'espérez pas ramener votre bijou en Europe... La législation n'est pas prête...

La voiture volante... Est-ce pour bientôt où il faudra encore attendre 20 ans ?

Aeromobil - la voiture volante slovaque s'est remise sur roues

La marque slovaque Aeromobil s'est donnée pour mission de créer un enfin convertible, mi-voiture mi-avion, doté d'ailes rétractables. Après un incident sur prototype en 2015, le fabricant revient avec un nouveau modèle début 2017.

L'Aeromobile pourra atteindre 160 km/h sur route et 260 dans les airs.

Cette fois, la commercialisation n'interviendra qu'à partir de 2020, pour un coût compris entre 1,2 et 1,5 million d'euros. Les réservations sont toutefois déjà ouvertes, preuve que le projet avance.

La voiture volante... Est-ce pour bientôt où il faudra encore attendre 20 ans ?

Airbus Pop Up - le drone taxi

Airbus s'intéresse aussi à la voiture volante, mais sous une forme différente. Le projet Pop up comprend des cellules d'habitacles, qui pourraient être installées à la fois sur des châssis voitures autonomes, qu'attrapées par des drones géants.

Ce service prendrait la forme d'un engin en libre service, qui calculerait en temps réel le moyen de circuler le plus adapté parmi les airs, la route et même les rails.

Notons qu'il s'agit ici d'un prototype et qu'aucune commercialisation n'est à l'étude pour le moment.


Et ce n'est pas tout !

Le groupe Volkswagen travaille également sur un projet de voiture volante. Chez Porsche, cela prendrait la forme de taxis autonomes. Pour Audi, il pourrait s'agir d'un mode de transport orienté grand public.

PAL-V, une entreprise néerlandaise, travaille sur un gyrocoptère capable d'embarquer deux personnes sur route ou dans les airs. La production commencerait officiellement l'année prochaine pour un coût de 300 000 €.

Kitty Hawk, une entreprise américaine, travaille sur un prototype d'hélicoptère capable de rouler sur route ouverte à petite vitesse. Une commercialisation prochaine a été annoncée.

En juin 2017, l'entreprise française Pégase est parvenue à traverser la Manche avec un véhicule à mi-chemin entre le buggy et l'ULM. Une phase d'industrialisation est actuellement en cours.

À quand une voiture de volante de série ?

Pour répondre à la question que l'on se pose tous, vous aurez compris que la voiture volante n'est désormais plus une utopie, mais qu'elle se concrétise bel et bien. La mise en production tarde, surtout en Europe.

La vraie raison, c'est la législation : une voiture volante doit se plier tant au Code de la route qu'au Code de l'aviation. Un niveau de contrainte très élevé qui rend difficile l'usage d'un tel véhicule dans nos contrées.

Alors quand verra-t-on enfin des voitures volantes sur nos routes ? Inutile d'accabler les constructeurs, le souci vient de nouveau du gouvernement.

Partager cet article

Suivez-nous !

Facebook TwitterInstagram Youtube
Fiat Panda 100HP PDLV
 

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a bien prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 Type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Découvrez la team PDLV

 
Thomas Drouart

Partager cet article