AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92

Thomas DROUART      14 Février 2015       Alpina BMW 6 cylindres Allemandes Années '90

AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92

Pour beaucoup, les Alpina ne sont que des BMW vulgairement rebadgées, copiées ou plagiées. Mais en y regardant de plus près, il s'agit de modèles aboutis et disposant d'une philosophie unique, à coup de préparations moteur et intérieur exclusives. Nous verrons ici la B6 de 1992 avec la cylindrée portée à 2,8 litres. Tient-elle ses promesses ?

 

Fiche technique
 Modèle Alpina B6 2.8
 Moteur 2.8 6 cylindres en ligne 240 chevaux
 Dimensions 4,43 x 1,70 x 1,38 mètre
 Masse 1 383 kg
 Commercialisation 1992 - 1993          362 exemplaires
 Côte moyenne 8 000 €
 0 à 100 km/h 6"4
 Vitesse max 253 km/h
 Consommation NC l/100 km
 Date et lieu 10 février 2015, Le Mans
AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92

Avant tout jugement subjectif, il convient de rappeler brièvement l'histoire d'Alpina. Cette marque allemande est née en 1965 et officiait en temps que préparateur. Mais depuis 1983, c'est bel et bien en tant que constructeur automobile à part entière qu'Alpina vend ses modèles. Bien qu'ils soient basés sur des modèles BMW, le travail effectué est conséquent. Alpina revoit l'intérieur en améliorant sa disposition, ses lignes, la qualité des matériaux et l'assemblage. Le moteur reçoit également une upgrade. Car bien que les préparations soient opérées sur des modèles déjà sportifs, ce sont rarement les versions M. C'est notamment le cas de cette B6, tirée d'une version 325i et non de la M3.

AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92

Le modèle que nous avons ici se base sur la troisième génération de BMW Série 3, celle portant le nom de code interne E36 et étant produite de 1991 à 2001. Elle est déclinée en berline, coupé, break, cabriolet et compact. Pour Alpina, cette génération est l'occasion de continuer son travail débuté sur une bonne partie de la gamme de la marque munichoise. Elle porte alors une nouvelle dénomination : B3, B6 ou B8, avec plusieurs cylindrées qui se sont succédées. Quelques années plus tard (2003), on notera une concordance entre les dénominations Alpina et BMW, de quoi se repérer plus facilement. Dans le cas de cette B6, elle se base sur la version 325i de BMW. Moins puissance que la version M3, elle développe la bagatelle de 240 chevaux, soit une augmentation de 48 chevaux par rapport à l'origine.

AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92

Une Alpina se reconnaît aisément à ses jantes spécifiques à rayons d'un plus grand diamètre. Dans le cas de la B6 2.8, il passe de 15 à 17 pouces, de quoi améliorer la tenue de route sans dénigrer le confort puisque les suspensions ont été revues... Et que l'habitable repensé intègre des fauteuils encore plus confortables. Plus encore que la puissance, c'est sur le couple que mise beaucoup Alpina, d'où des performances supérieures à des modèles pourtant plus puissants sur le papier. Cependant, le circuit n'est pas le terrain de prédilection des Alpina, d'où une non-concurrence avec les modèles Motorsport de BMW.

AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92

Comme souvent, l'esthétique générale diffère peu de la version BMW de base. Pour cette B6, on notera un pare-choc légèrement redessiné, intégrant un spoiler avant afin d'améliorer l'aérodynamique. Les stickers et bandes Alpina sont la marque de fabrique de la firme. Le design des jantes, devenu typique est aussi repris sur la majorité des productions. Les modèles sont fabriqués en grande partie à la main, notamment pour le montage des pièces Alpina, intégrées dans la chaîne de production BMW mais nécessitant l'assistance de personnel qualifié. En 1992, moins de 800 Alpina étaient produites par an, et le tirage total de cette B6 2.8 n'a été que de 362 exemplaires, une rareté.

AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92

À l'arrière, les logos propres à Alpina prennent place. Si la Série 3 (E36) était disponible en cinq carrosseries, la B6 2.8 n'en a conservé que deux : le coupé et la berline quatre portes. Avec une production globale aussi faible, la côte reste soutenue et égale à celle de la version M3. C'est certain, c'est un bon placement d'autant plus qu'une partie des pièces d'occasion peut se trouver directement chez BMW. Alpina a également un précurseur quant à la boîte séquentielle, proposée sur une partie de sa gamme, nommée Shift-Tronic et proposée dès 1992, garantissant des passages de rapport bien plus rapides.

AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92

Un nouveau becquet prend place sur la malle arrière tandis qu'une double sortie d'échappement pare l'arrière. La commercialisation de ce modèle cessera dès 1993. Les versions coupé, comme ici, sont les plus rares avec moins d'une cinquantaine d'exemplaires écoulés dans le monde. L'entreprise compte aujourd'hui 210 employés et gère également une seconde industrie... Celle de la négoce de vin !

AA32 • Alpina B6 (E36) 2.8 '92
Faut-il acheter une Alpina B6 (E36) 2.8 ?

S'armer de patience est la clé pour dénicher un coupé Alpina B6 2.8. Tirée à moins de cinquante exemplaires dans le monde, elle est devenue un modèle rare et désirée. SI sa philosophie n'en fait pas une concurrence directe de la M3, elle n'en reste pas moins une voiture fabuleuse sur bien des points. Son équipement et sa finition méritent clairement le détour tandis que son moteur merveilleusement poussé convaincra les plus dubitatifs. Certes, l'esthétique est proche d'une Série 3, mais cela contribue à préserver une certaine sobriété... Et d'identifier rapidement le connaisseur qui y verra-là bien plus qu'une BMW Série 3 "classique".
 

3 arguments
3 contre-arguments
Exclusivité
Qualité des matériaux
Décôte faible
Côte haute
Difficile à dénicher
Modèles trop associés à BMW


Référence article : AA32 • Version 3.1


Commentaires