AA47 • Honda NSX-T '95

Thomas DROUART      16 Novembre 2015       Honda V6 Japonaises Années '90

AA47 • Honda NSX-T '95

 En 1989, Honda présente un concept qui fit trembler de nombreux constructeurs. Ce modèle, c'est la NSX. Celle qui se fait fréquemment appeler la "Ferrari japonaise" a les arguments pour riposter, dont un V6 V-Tec particulièrement abouti. Avec une carrière qui s'est prolongée jusqu'en 2005, une longévité extrême. Que vaut concrètement la NSX ? Nous verrons une version Targa, nommée NSX-T.

 

Fiche technique
 Modèle Honda NSX-T
 Moteur 3.0 V6 274 chevaux
 Dimensions 4,40 x 1,81 x 1,17 mètre
 Masse 1 425 kg
 Commercialisation 1995 - 1997
 Côte moyenne 60 000 €
 0 à 100 km/h 5"9
 Vitesse max 263 km/h
 Consommation 10,3 l/100 km
 Date et lieu 13 juin 2015, Le Mans
AA47 • Honda NSX-T '95

Futuriste. Salon de Chicago, 1989. Les visiteurs affluent pour découvrir les nouveautés proposées par les marques. Sur les stands nippons, les gens se bousculent principalement pour observer deux modèles : la Mazda MX-5 Miata et la Honda NSX. Cette deuxième, Ferrari et Lamborghini la redoutaient depuis la présentation d'un concept signé Pininfarina en 1984 préfigurant une sportive chez Honda. Le résultat qui en est ressorti cinq ans plus tard, n'a vraiment rien à voir, hormis la ligne générale. La NSX saisit par sa ligne futuriste et séduisante et son soucis du détail. Les supercars nippones n'avaient jamais osé une telle ligne, un tel raffinement et une telle audace. La belle fait parler d'elle, les journalistes meurent d'envie de faire partager leur découverte, les essayeurs attendent de découvrir la motorisation et le public attend de découvrir le prix !

AA47 • Honda NSX-T '95

Ferrari japonaise. Durant cette même époque, Ferrari comprend trois modèles à sa gamme : la 328, la stratosphérique F40 et la vieillissante Testarossa. Chez Lamborghini, il ne subsiste que les Countach et Jalpa. On comprend mieux pourquoi l'arrivée d'une concurrente telle que l'Honda NSX a de quoi faire peur. Au style très anguleux de la Countach s'oppose la ligne douce et fluide la NSX tandis que la ligne assez chargée de la Testarossa est en contradiction avec la relative sobriété de la japonaise. Il faut dire que la NSX (siglée Honda ou Acura suivant les pays) a tout pour elle : une ligne incroyable et bien dessinée, un moteur éprouvé et puissant et surtout une image neuve et très désirable. Elle offre en prime un intérieur digne d'un cockpit d'avion avec une excellente visibilité. Elle arbore des phares avant escamotables qui améliorent l'aérodynamique et répondent aux canons du design de l'époque.

AA47 • Honda NSX-T '95

Open air. La commercialisation intervient dès 1990. En Europe, elle est affichée à partir de 495 000 FF, un prix équivalent à celui d'une Ferrari 328 bien équipée, ce qui, en dépit de l'image de marque de Honda, était très élevé. Mais cela n'a pas empêché de nombreux américains ou anglais de succomber au charme de la belle. Des évolutions arrivent rapidement, comme la version NSX-R, allégée puis une reprise encore plus radicale par Mügen. En 1995, la NSX-T voit le jour. Il s'agit d'une version Targa disposant d'un toit amovible, permettant pour la première fois à la NSX d'être pilotée cheveux au vent. Cela s'accompagne de quelques modifications esthétiques légères. Cette NSX-T ne se distingue pas vraiment d'une NSX "traditionnelle", si ce n'est par son toit amovible et ses jantes. Sous le capot, on y découvre un V6 de 3 litres offrant 274 chevaux à 7 300 tr/m et un couple de 284 Nm. Connu de nos jours, le système V-Tec fait son apparition, offrant un système de suralimentation inédit permettant d'atteindre 8 800 tr/m. Un dispositif directement inspiré de l'univers de la moto avec une optimisation sur le poids des pièces, beaucoup revêtant du titane.

AA47 • Honda NSX-T '95

Top modèle. Les performances sont excellentes, avec le 0 à 100 km/h en 5,9 secondes, une vitesse de pointe supérieure à 260 km/h et des scores globalement supérieurs à la Ferrari 328, même si cette dernière conserve l'avantage en reprises. La NSX-T dispose d'un intérieur assez inédit : parfaitement lumineux, il offre un bulbe arrière à la manière d'une Corvette C4 et de larges vitres. La ligne de caisse est dessinée sans aucune fioriture, comme Honda l'a fait en F1 quelques années auparavant. Aboutie technologiquement, elle offre un équipement très correct, comme les vitres électriques, la fermeture centralisée, des rétroviseurs électriques et dégivrants, une châine stéréo de belle facture et le réglage électrique des sièges et même un air-bag. Pour le début des années '90, c'est un must. Et même si l'image encore floue de Honda persiste, le public répond présent, surtout après qu'Ayrton Senna en personne ait jugé la NSX comme un excellent compromis entre sportive et voiture de luxe.

AA47 • Honda NSX-T '95

Élitiste. Spécialement pour la NSX-T, Honda redessine les jantes et adopte un modèle à sept branches plus aéré, en 16 pouces à l'avant et en 17 à l'arrière. Mais cela s'est fait au détriment de deux points : les quatre pneus sont totalement asymétriques et le freinage manque cruellement de mordant. Si quelques Honda NSX se sont essayées à la compétition, cela fut de courte durée et les modèles de série ne s'en sont guères inspirés, laissant penser que Honda s'est un peu trop reposée sur ses lauriers. Le succès de la NSX Targa est d'autant plus discutable que son prix atteint désormais les 650 000 FF. Un tarif élitiste désormais proche de celui de la récente Ferrari 348. Mais quand on achète une Honda NSX, la comparaison avec les italiennes n'est pas des plus judicieuses. Aux V8 et V12, s'oppose un V6 à la sonorité métallique et forte qui adore titiller la zone rouge. La NSX-T est arrêtée en 1997, mais la carrière du modèle à toit en dur est loin d'être arrêtée.

AA47 • Honda NSX-T '95

Des défauts. La ligne de la Honda NSX fut dessinée avec grand soin. C'est notamment ce point qui a décidé de nombreux acheteurs, mais aussi et surtout tout ce que l'on ne voit pas, comme le travail opéré sur les suspensions, directement dérivées de celles employées en Formule 1 ou les rotules de direction en aluminium forgé. Malheureusement, l'ensemble laisse un goût d'inachevé puisque le freinage n'est pas à la hauteur et que les suspensions deviennent trop souples dès que la vitesse augmente. La commercialisation du modèle NSX ira jusqu'en 2005, à coup de restylages successifs mais sans réellement apporter des nouveautés ou améliorer les lacunes (les disques augmentent de diamètre en 2002 mais n'améliorent pas concrètement le freinage) si bien qu'en 2005, la NSX prend enfin une retraite bien méritée mais qui laisse penser que les japonais se sont un peu trop reposés sur leurs lauriers. La NSX ne séduit plus et disparaît discrètement...

AA47 • Honda NSX-T '95

Soucis du détail. Les poignées de porte sont soigneusement dissimulées le long des vitres latérales. Le travail des designers a permis d'aboutir à un Cx de 0,32, un excellent score pour un modèle dont la conception remonte aux années '80. Avec un poids de 1 425 kg, la NSX-T n'est pas franchement légère mais compense par le tonus de son V6 suralimenté et ses reprises satisfaisantes. Première véritable supercar japonaise, l'Honda NSX aurait mérité une plus grande diffusion. Son prix très élevé et quelques défauts de fabrication non compensés ont malheureusement eux raison d'elle. Il faut dire que la belle partait de rien et que conquérir un public habitué aux taureaux et autres chevaux cabrés relevait de l'impossible...

AA47 • Honda NSX-T '95

Concurrentielle. L'arrière n'a pas bougé depuis 1989, il demeure moderne et efficace, intégrant parfaitement l'aileron. Extrêmement rares dans nos contrées, les Honda NSX demandent un budget entretien correct... Mais la moindre casse fera dangereusement monter la note, étant donné qu'il n'y a que très peu de pièces dans l'hexagone. Au final, on obtient un modèle équilibré, bien dessiné et qui aurait mérité d'être davantage connue. Par rapport à ses concurrentes, elle innovait sur de nombreux points et sa technologie embarquée valait le détour. Son prix aura malheureusement découragé les plus téméraires.

AA47 • Honda NSX-T '95
Faut-il acheter une Honda NSX-T ?

Il n'y a réellement de prix moyen en occasion pour une Honda NSX. La palette s'échelonne globalement de 30 à 90 000 €, suivant l'état, le kilométrage mais aussi le modèle. Pour une NSX-T, il faudra s'armer de patience et prévoir un gros billet (plusieurs, même). C'est un modèle attachant et avant-gardiste doté d'une mécanique très aboutie et d'un équipement bien supérieur à ses concurrentes. Pour trouver le bon exemplaire, mieux vaut franchir les frontières et pourquoi pas envisager l'importation ? Pensez aussi aux nombreux clubs de passionnés de NSX, ils ne manqueront pas de vous aiguiller.
 

3 arguments
3 contre-arguments
Ligne avant-gardiste
Équipement
Moteur
Hors de prix
Freinage discutable
Pièces très chères


Référence article : AA47 • Version 3.1


Commentaires