'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Thomas Drouart      20 Juillet 2016       BMW 4 cylindres Allemandes Années '80

'88 BMW M3 (E30) Evo 2

La BMW M3, c'est une institution. Pour beaucoup, la première génération à moteur 4-cylindres (E30), est considérée comme la plus pure et la plus réussie. L'Evolution 2, produite exclusivement pour le millésime '88 est encore plus efficace et désirable. Mais qu'a-t-elle de plus ? Pourquoi fait-elle partie des meilleures sportives jamais produites par la marque ?
 

Fiche technique
BMW M3
Evolution II

1988
501 exemplaires
  Dimensions 4,35 x 1,68 x 1,37 mètre
  Poids 1 275 kg
  Boîte de vitesse Manuelle, 5 rapports
  Transmission Propulsion
2.3 litres
4 cylindres en ligne

220 chevaux
245 Nm
12 CV

 
  0 à 100 km/h 6"9
  Vitesse max. 244 km/h
  Consommation 9,8 L / 100 km
  Côte moyenne 60 000 €
'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Précurseuse

Pour beaucoup de puristes, la vraie M3, c'est elle. La première génération, nom de code E30, a en effet pas mal d'arguments. Tout d'abord, elle se distingue de la Série 3 dont elle découle par un kit carrosserie avec un spoiler, des ailes élargies, des jupes latérales mais aussi une lunette arrière davantage inclinée pour une meilleure aérodynamique avec un Cx de 0,33. La BMW M3 (E92) de 2007 fait à peine mieux avec 0,32. Autant dire que pour son âge, la M3 originelle était réellement aboutie ! Mais la M3, c'était aussi un 4-cylindres bien teigneux et pêchu qui offrait des performances de premier ordre. BMW prend rapidement note de l'engouement du public pour cette version débridée de la Série 3. Mais si une M3 (E30) est très rare de nos jours, c'est sans compter sur des versions encore plus poussées... L'Evolution 2, que nous voyons ici, en est la parfaite illustration.

'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Un rêve

Afin d'homologuer la M3 en Groupe A, il fallait établir une première série de 500 exemplaires d'une version plus radicale que la M3 de série. C'est ainsi que l'Evolution 1 a vu le jour, avec 505 exemplaires numérotés, que l'on identifie à sa culasse parée d'un "E", son collecteur d'échappement en deux parties et sa boîte à air spécifique. Des modifications assez discrètes qui conduiront pour le millésime 88 à la M3 (E30) Evolution 2. Et là, tout change, ou presque. Extérieurement, on découvre une lame de pare-choc avant assez volumineuse, un becquet plus imposant, la disparition des anti-brouillards au profit d'écopes (pour refroidir les disques de frein) et des seuils de portes siglés Motorsport. La carrosserie conserve sa largeur et reçoit des jantes BBS en 16 pouces. L'accueil du public est excellent : c'est la BMW à avoir dans son garage. Un rêve réservé à un public restreint cependant car seuls 501 exemplaires ont vu le jour durant cette seule année 1988.

'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Encore plus affirmée

Rencontrer une BMW M3 Evolution 2 est un moment riche en émotion. On est d'abord saisit par le gabarit de l'engin, petit mais trapu et avec une belle gueule. Et quand on est face à un modèle soigneusement entretenu et conservé par son propriétaire, c'est encore plus saisissant. Le modèle ici présenté est le châssis n°428 et dispose toujours de ses phares jaunes d'origine, introuvables de nos jours. Mais la belle ne prend pas la poussière, elle continue à rouler très régulièrement offrant toujours de bons moments. Revenons-en aux faits. L'Evolution II se distingue donc par une ligne plus affirmée mais aussi par sa couleur extérieure, puisque seules trois références étaient proposées : le Rouge Misano, le Gris Nogaro et le Bleu Macao, ici présenté, qui offre de sublimes reflets suivant l'angle et la position du soleil. Une teinte sobre mais efficace et qui permet d'apprécier au mieux les hanches généreuses de cette M3 améliorée.

'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Le soucis du détail

L'Evolution II se reconnaît aussi à son soucis du détail. Dans le but d'améliorer la tenue de route (et probablement l'esthétique aussi), les jantes BBS de série sont passées en 16 pouces. Elles cachent partiellement des disques ventilés de 280 millimètres à l'avant et des disques pleins de 282 millimètres à l'arrière. Le freinage ne manque pas de mordant, surtout qu'une cure d'allègement a été opérée afin de gagner quelques précieux kilos sur la balance : les vitrages sont légèrement plus fins que la M3 de série et les traverses de pare-chocs sont allégées. AU total, le poids est maintenu à 1 275 kg tout en profitant à bord d'un équipement assez complet : ordinateur de bord, sellerie semi-cuir, système audio, air conditionné, appuie-têtes arrière ou bien encore le système EDC, qui gère les suspensions sont de série. La belle reste donc assez polyvalente en prime ! Haut de gamme ? Presque !

'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Association gagnante

L'habitacle de ce 428e exemplaire a bénéficié de la sellerie semi-cuir à carreaux (code option : 0305) assez plébiscitée. Un intérieur relativement sobre orienté sur le plaisir de conduite avec des commandes judicieusement disposées. La plaque numérotée identifiant chaque exemplaire se trouve au dessus du cendrier. C'est un habitacle accueillant et lumineux, à l'assise confortable et agréable. Une seule envie : démarrer le sulfureux 4-cylindres et voir de quel bois cette M3 gonflée à la testostérone peut se chauffer. Et la belle ne demande que cela, bien qu'elle offre un parfait compromis entre confort et performances. Il n'y a guère que chez Porsche que l'on retrouve une si association si harmonieuse. Finissons par du plus général : on pourrait qualifier cet intérieur de classique mais le tout est assemblé avec finesse et rigueur, laissant la possibilité aux acheteurs d'enrichir la donne en recourant aux options, parmi le toit ouvrant, les sièges chauffants ou bien les essuie-glaces de phares dont profite cet exemplaire n°428.

'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Toujours en forme

Venons-en aux entrailles de notre M3 (E30) Evolution 2. Comme la M3 d'origine, le 4-cylindres possède une cylindrée de 2,3 litres. Mais la gestion en est revue. La culasse est reprise de l'Evolution 1, de nouveaux pistons dotés d'un taux de compresssion à 11:1, des poulies d'arbres à cames revues, une boîte à air avec une plus grosse admission sont de la partie. On trouve aussi un volant moteur allégé, une gestion électronique plus permissive, une ligne non catalysée ou bien encore un collecteur d'échappement séparé en deux parties. Il en découle une puissance de 220 chevaux et un couple à 235 Nm. Plus encore que sur le plan des performances pures, c'est au niveau du comportement que l'Evolution 2 s'apprécie le plus. La belle ne rechigne jamais à monter dans les tours et offrir des reprises à des régimes assez bas.

'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Clinquant

Le bloc S14 de la M3 Evolution 2 a une peinture spécifique blanche aux couleurs Motorsport, pour le cache culbuteurs et la boîte à air. Un moteur agréable à l'œil, surtout quand il est lavé régulièrement. Notons l'entretien irréprochable de cet exemplaire, qui malgré une utilisation quasi quotidienne, est toujours très bien conservée. La sonorité est belle, rauque à souhait et particulièrement démonstrative lors de chaque montée dans les tours. On regretterait presque que le 4-cylindres n'ait pas été reconduit dans les générations suivantes de M3. Aujourd'hui encore, les M3 Evolution 2 sont très recherchées pour leur moteur et l'optimisation qui en a été faîte. La valeur sur le marché de l'occasion de ces modèles n'a jamais été aussi haute, atteignant le prix du neuf d'une belle Porsche 911... Neuve !

'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Chère M3...

En 1988, la M3 Evolution II était vendue 299 000 Francs, ce qui, si l'on ramène au cours de l'euro en tenant compte de l'inflation, à 100 000 €. Un tarif élevé pour l'époque, légèrement supérieur à celui d'une Porsche 911. Les options pouvaient par ailleurs largement faire grimper la note. Aujourd'hui, les M3 de première génération sont les plus recherchées, pour leur authenticité, leur ligne et leur moteur. Les Evolution II plus particulièrement proposent un compromis très intéressant. D'autres versions ont vu le jour, sous la forme de séries spéciales, toutes plus rares les unes que les autres que vous pourrez retrouver en fin d'article. Toujours que plus jamais une autre génération n'a autant déchaîné les passions que le cru E30.

'88 BMW M3 (E30) Evo 2'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Chère M3

En 2015, toutes les M3 Evolution II ont désormais 27 ans, ce qui veut dire que certaines ont bien vécu, que l'utilisation soit sur piste ou non. L'entretien peut ne pas avoir été suivi scrupuleusement à cause notamment de certaines pièces spécifiques relativement chères. Des versions cabriolets ont vu le jour mais n'ont pas eu le succès attendu, à cause d'un manque de rigidité qui pénalisait le comportement. Trouver une M3 Evolution II de nos jours tient à la fois du miracle et de la chance, il faut y mettre le prix mais la belle en vaut la peine. À l'exception du becquet surélevé et de la double sortie d'échappement, l'arrière de la BMW M3 (E30) Evolution 2 est plutôt discret. Mais il suffit de démarrer le moteur pour se rendre compte que ce n'est qu'une impression. L'exemplaire ici présenté n'est pas à vendre mais s'échangerait sans aucun doute pour une somme assez colossale : elle fait partie des rares exemplaires n'ayant jamais fait de piste, de première main et étant parfaitement d'origine, jusqu'aux phares jaunes. Vous avez dit coup de cœur ?

'88 BMW M3 (E30) Evo 2
Les différentes versions
'88 BMW M3 (E30) Evo 2

Les appellations "Evolution 1" et "Evolution 2" sont des bêtises colportées depuis des années. Certains, ont voulu notamment différencier les exemplaires possédant la culasse spécifique sur laquelle est inscrit un "E" (exemplaires parmis lesquels ont été prélevés ceux qui ont servi à faire les M3 e30 Tour de Corse) et étant donné que ces modèles là n'avaient pas d'appelation spécifique, ils les ont appelés "Evolution/Evolution 1". Du coup, la vraie Evolution comme celle que vous présentez s'est vue désignée en tant que "Evolution 2" mais chez Bmw, il n'existe pas de M3 e30 Evolution et et 2. Il n'existe qu'une M3 Evolution et une Sport Evolution (en plus des Ceccotto, Ravaglia...).

M3 Passion

Faut-il acheter une BMW M3 E30 Evolution ?

La M3 originelle, c'est bien elle ! Si vous avez définitivement craqué pour l'Evolution II, armez-vous de patience pour toruver un bel exemplaire, sain de surcroît. L'entretien n'est pas particulièrement onéreux à l'exception de quelques pièces mécaniques. Tout reste cependant accessible facilement, ce qui peut inciter à intervenir soit même si on dispose des connaissances. Véritable joyau, c'est un modèle attachant, fiable et incroyablement polyvalent. Les quelques 100 000 € nécessaires pour un bel exemplaire peuvent paraître exagérés, c'est certain... Mais la belle ne se laisse pas approcher par le premier venu !

 

3 arguments 3 contre-arguments
Ligne très réussie
Performances
Fiabilité
Cote très élevée
Quelques pièces chères
Introuvable

Référence article : AA43 • Version 3.2


Commentaires