AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

Thomas DROUART      13 Janvier 2016       Citroën 2 cylindres Françaises Années '70

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

La "deuche", un mythe de l'automobile a elle seule. Moins diffusée, la version fourgonnette connut pourtant elle aussi un beau succès. Nous verrons ici la version AZU série B de 1974. Un modèle qui pour la première fois dans l'histoire de la 2CV, abandonne les phares ronds, au grand dam des passionnés ! Mais que vaut cette fourgonnette légère ?

 

Fiche technique
 Modèle Citroën 2CV fourgonnette
 Moteur 435 cm3 2 cylindres à plat 21 chevaux
 Dimensions 3,60 x 1,48 x 1,70 mètre
 Masse 575 kg
 Commercialisation 1974 - 1977
 Côte moyenne 3 000 €
 0 à 100 km/h /
 Vitesse max 85 km/h
 Consommation NC l/100 km
 Date et lieu 12 septembre 2015, Mayenne
AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

Inattendue. La 2CV, on la présente plus, nous l'avons déjà présentée de multiples fois sur le site et même tracé un historique sur cette page. Nous verrons ici la version Fourgonnette. Une déclinaison tenue confidentielle jusqu'à ce qu'elle soit dévoilée au Salon de l'Automobile de Paris en 1950. Elle trône aux côtés de la 2CV A traditionnelle dont elle dérive. Dénommée AU, cette première mouture de la fourgonnette arbore un avant similaire à la berline et une partie arrière entièrement tôlée agrémentée de deux portes arrière battantes. L'accueil du public est mitigée. Moquée et tournée au ridicule, la 2CV commence à se développer et ses ventes grimpent rapidement. Des artisans voient en cette fourgonnette un outil de travail à la fois pratique et pas cher. Certes, avec une charge arrière de 250 kg, elle ne s'adresse pas aux transporteurs de charges lourdes, mais des administrations se laisseront rapidement séduire, comme La Poste ou EDF.

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

À l'économie. En réalité, la 2CV Fourgonnette n'est pas de conception récente. Dès 1939, l'idée d'une version découvrable de la TPV (Très Petite Voiture, ancêtre de la 2CV) titillait Pierre Boulanger. La commercialisation devait même débuter en 1940. Mais la guerre a considérablement couper les élans, repoussant la 2CV A (berline) à 1939 et la 2CV AU (utilitaire) à 1951. Le design est assez simpliste et réalisé dans un objectif de réduire les coûts de fabrication. Les surfaces vitrées sont réduites au minimum avec de fins hublots à l'arrière et aucune glace latérale à l'arrière. Citroën communique rapidement et rassure les clients potentiels en confiant que si le moteur reste similaire, la cylindrée serait augmentée de 50 cm3 à 425 cm3 dans un premier temps. Pour un utilitaire, le poids restreint aux alentours de 500 kg garantit une consommation mesurée et un entretien facile et peu coûteux. Peu avant le début de la production, Pierre Boulanger, à la tête de Citroën, décède d'un accident de la route... Quelques modifications sont alors opérées juste avant le début de la production !

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

21 chevaux. Mais dans les faits, la cylindrée n'a pas été augmentée, seule la boîte de vitesse fut mieux étagée et est aujourd'hui très recherchée pour sa tonicité ! Dans l'habitacle, un unique siège conducteur qui libère une place considérable pour jusqu'à 250 kg de chargement. Malgré une unique teinte extérieure et un seul habillage de siège, la 2CV fourgonnette connaît un succès grandissant. À un tel point qu'au moment de lancer sa 2CV AZ (berline), Citroën dote également sa fourgonnette d'un second siège et d'un moteur plus généreux : la AZU. La cylindrée passe enfin à 425 cm3 officiellement pour une puissance de 12 chevaux. Les années '60 marquent un cap difficile avec l'arrière de la Renault 4. Une version allongée de la 2CV fourgonnette est créée, la AK 350. En 1970, l'AZU reste au catalogue mais évolue en passant à 21 chevaux, elle dispose désormais d'un bien meilleur agrément et se nomme désormais AZU-B. Les nervures sur la partie supérieure de la caisse arrière disparaissent avec la possibilité d'un vitrage latéral suivant les millésimes.

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

La France défigurée. Le millésime '74 a fortement marqué les passionnés. Un journaliste de l'Auto Journal lâcha "La France défigurée" pour qualifier le restylage de la 2CV, dont hérita aussi la fourgonnette AZU-B. Dans l'habitacle, on notera le volant issu de la 2CV 4, une nouvelle calandre à quatre barres qui accompagnera la deuche jusqu'en 1990. Mais ce sont surtout ces rectangulaires qui ont traumatisé bon nombre de fans de la 2CV nationale. Dès lors, la clientèle se compose alors majoritairement des administrations, les particuliers délaissant progressivement les 2CV AZU et AK. En 1978, la 2CV abandonne définitivement sa déclinaison fourgonnette, laissant place libre à l'Acadyane dont les volumes de ventes redonnent des couleurs à la firme aux chevrons. Paradoxalement, c'est la version la plus aboutie techniquement qui se vendra le moins bien.

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

Pratique et pas chère. Pratique à l'usage, la 2CV fourgonnette dispose sur sa partie gauche d'un rangement permettant de ranger à la fois le vilebrequin de roue, le cric et même une roue de secours, directement vissée sur un faux moyeux soudé à la tole. Le compartiment droit reçoit le réservoir d'essence. La 2CV AZU-B se reconnaît aussi à la partie supérieure de la cellule arrière lisse et non plus ondulée. Un rendu plus moderne qui permettait aux professionnels d'y apposer le logo de leur entreprise sans complication. Les AZU-B ne sont pas particulièrement recherchées de nos jours, elles ne symbolisent pas la 2CV authentique et ses phares rectangulaires lui ont largement terni l'image. Elle n'en reste pas moins un utilitaire très fiable et suffisamment performant pour le transport de charges légères. Bon nombre d'exemplaires roulent toujours sans soucis majeur. Une époque pas si lointaine où l'obsolescence programmée n'était encore qu'un concept abstrait.

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

3 000 €. Sur le marché de l'occasion, les exemplaires en bon état s'échangent aux alentours de 3 000 €. Quel que soit l'état, mieux vaut être regardant sur l'état du châssis et de la mécanique. À noter, les modèles d'avant 1964 disposent de porte avant à ouverture antagoniste. Après, il s'agit d'ouvertures traditionnelles pour satisfaire les normes de sécurité en vigueur. De nos jours, les 2CV fourgonnettes gagnent de l'intérêt auprès des collectionneurs. Les exemplaires en très bon état se font rares, à moins d'avoir subi une restauration... Car la vocation utilitaire des AZU a souvent laissé des traces d'utilisation.

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

1,88 m2. La capacité de chargement à l'arrière est de 1,88 m2 pour les AZU et 2,1 m2 pour les modèles AK (châssis allongés de 20 centimètres). Pour tout passionné ou collectionneur de 2CV, c'est le modèle à avoir dans sa collection. Ceux à phares obus d'origine sont les plus recherchés mais avec de la patience, il est possible de trouver le bon véhicule.

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74

250 kg. Vous n'avez aucune excuse si vous dépasser le poids maximal de chargement car un badge est disposé sur la caisse pour rappeler le seuil fatidique des 250 kg ! Les versions allongées AK disposent d'un seuil relevé à 350 ou même 400 kg pour des chargements plus volumineux. L'ensemble chargé demeurant toujours sous la barre de la tonne, une belle performance.

AE90 • Citroën 2CV AZU(B) '74
Faut-il acheter une Citroën 2CV AZU ?

Utilitaire pas cher et collector, la 2CV AZU est assurément un bon investissement. Mais privilégiez un modèle à phare obus, les rectangulaires ayant été fortement décriés. Après un examen attentif, comptez aux alentours de 3 000 € pour un exemplaire en bon état. Pour une base de restauration saine, vous trouverez aux alentours de 1 000 €. L'entretien très peu onéreux et la bonne disponibilité des pièces, dont certaines ont été reconstruites en font un véritable bon plan.
 

3 arguments
3 contre-arguments
Très fiable
Performances correctes
Espace à bord
Phares rectangulaires
Charge limitée à bord
Équipement chiche


Référence article : AE90 • Version 3.1


Commentaires