AC62 • Ferrari California '08

Thomas DROUART      21 Juin 2014       Ferrari V8 Italiennes Années '00

AC62 • Ferrari California '08

Alors que la firme Ferrari demeurait experte en la fabrication de supercar et de modèles purement sportifs, elle décide en 2008 de présenter la California. Plus polyvalente, légèrement moins puissante qu'une F430 et de surcroît proposée en quatre places, serait-elle la Ferrari qu'il vous faut ? La réponse dans notre test.
 

 

Fiche technique

Modèle Ferrari California
Moteur 4.3 V8 460 chevaux
Dimensions 4,56 x 1,90 x 1,31 mètre
Commercialisation 2008 - 2012
Côte moyenne 100 000 €
0 à 100 km/h 3"9
Vitesse max 300 km/h
Consommation 13,1 l/100 km
Date et lieu 14 juin 2014, Le Mans
AC62 • Ferrari California '08

Afin d'élargir sa gamme à la fin des années 2000, Ferrari avait plusieurs choix : développer une berline sportive - mais accessible - pour rivaliser avec la Porsche Panamera, produire un SUV pour titiler le Cayenne ou encore développer une supercar...

Mais c'est finalement une toute autre piste qui sera étudiée : celle d'un véritable coupé-cabriolet avec toit en dur, affiché au prix d'une F430 avec quatre places et une réelle polyvalence. Et sur ce dernier point, c'est la Porsche 911 qui est en ligne de mire.

AC62 • Ferrari California '08

C'est au doux nom de California que répond le nouveau modèle Ferrari. Hommage aux Ferrari 250 cabriolet qui arboraient autrefois ce nom. Mais c'est en réalité un tout nouveau modèle que nous avons-là. La ligne de caisse est assez haute pour faciliter l'accès à bord et surtout pour pouvoir cacher un toit en dur rétractable dans le coffre : une première pour la firme de Maranello.

Et à cet exercice, bien que les puristes regretteront la noblesse de la capote en toile ou en cuir, il faut avouer que la California a fière allure.

AC62 • Ferrari California '08

En position centrale-avant, le 4,3 litres V8 développe 460 chevaux. Une puissance proche de celle de la F430. Mais en 2012, la California, à l'occasion d'un subtil restylage (grille de calandre grise) atteindra les 490 chevaux. Avec un 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes pour une vitesse maximale de 300 km/h, elle permet d'entrer dans la catégorie des GT dîtes polyvalentes à l'image de la Porsche 911 et dans une moindre mesure de la Maserati GranTurismo. Cependant, les places arrières restent destinées avant tout à des enfants...

AC62 • Ferrari California '08

Affichée à partir de 178 000 € en neuf, la Ferrari California offre de série des jantes de 19 pouces et même des modèles en 20 pouces en option ici illustrés. Les disques de freins qu'elles laissent apercevoir sont en carbone-céramique de série. Un "beau" cadeau de la part de Ferrari qui promet un freinage performant et endurant mais aussi un remplacement très onéreux. Ces disques sont pincés par de dignes étriers Brembo à 6 pistons. C'est du sérieux.

AC62 • Ferrari California '08

Ce qui participait à la polyvalence de la 911, c'est son chassis. Qu'en est-il pour la California ? Là encore, Ferrari a visé juste. La réparition du poids est bonne (47 % sur l'avant et 53 % sur l'arrière) et malgré ses 1 735 kilos, elle conserve des performances aguichantes et une maniabilité étonnante. En jouant avec les différents modes du Manettino (de "Confort" à "Sport"), la California peut se muer de voiture de tout les jours à pure sportive en un éclair.

AC62 • Ferrari California '08

À l'arrière, le cahier des charges imposant un toit en dur rétractable, il a fallu revoir différents éléments et adapter/rénover certains codes stylistiques. Ainsi les feux arrière s'inspirent de ceux de la Enzo tandis que les doubles sorties d'échappement sont superposées et non plus juxtaposées !

AC62 • Ferrari California '08

En temps que nouveau modèle au sein d'une gamme aussi prestigieuse que celle fondée par Enzo Ferrari, la California se devait de marquer les esprits. Véritable coupé-cabriolets, elle permet une utilisation au quotidien avec l'agililité d'une et la polyvalence d'une 911 pour emmener les enfants à l'école mais aussi une utilisation beaucoup plus radicale pour épater les chronos sur circuit.

Bien qu'entrée de gamme actuelle de la gamme Ferrari, elle nécessite toutefois un entretien assez onéreux doublé de disques de freins carbone-céramique au coût de remplacement particulièrement indigeste.
Pour le reste, elle n'en reste pas moins une vraie Ferrari, conjuguant passion... et raison !

 

Référence article : AC62 • Version 3.0


Commentaires