Conduire sans assurance : que risque-t-on vraiment ?

Conduire sans assurance : que risque-t-on vraiment ?

Il faut bien le reconnaitre, l'assurance automobile coûte cher. Très cher. Avec des augmentations régulières de tarif, il devient difficile de contrôler ce budget qui augmente sans cesse malgré le bonus annuel de 5%. Certains sont alors tentés de rouler sans assurance. Mais que risque-t-on réellement ? Par le biais de questions précises, nous analyserons les risques et vous guiderons.


Combien de personnes sans assurance en France ?

Conduire sans assurance : que risque-t-on vraiment ?

Selon le site officiel de l'administration française, 750 000 conducteurs circuleraient sans assurance en France. C'est un nombre qui augmente et qui pourrait bien être sous-évalué.

Pour pallier cela, une mesure a été prise. Elle vise à mettre en relation les contrats d'assurance en corrélation avec le fichier des cartes grises dès le début de cette année 2017 afin d'identifier rapidement les conducteurs sans contrat d'assurance.

Des caméras type LAPI, avec reconnaissance de plaques d'immatriculations, transmettent ces informations à un fichier centralisé qui identifie directement les conducteurs sans assurance. 2 % des conducteurs seraient ainsi en infraction en France.

Mais que risque-t-on à rouler sans assurance auto ?


Quels sont les risques en cas de contrôle ?

Conduire sans assurance : que risque-t-on vraiment ?

Auparavant, rouler sans assurance auto vous aurait emmené directement au tribunal, avec à la clé une amende pouvant atteindre 3 750 €, une suspension de permis de trois ans au maximum, un stage de sensibilisation et des travaux d'intérêt général (entre autres...).

Désormais, les peines ont été allégées... Mais en apparence seulement. La loi d'octobre 2016 proposée par Christiane Taubira punit de 500 € la conduite sans assurance, minorée à 400 € et majorée à 1 000 €.

Soyons honnêtes et faisons un petit calcul. En moyenne, un français paye 600 € d'assurance auto par an. Une amende minorée à 400 €, cela représente 8 mois d'assurance. Pour beaucoup, c'est la principale motivation à se passer d'une assurance...

Car même en se faisant arrêter une fois sans assurance, ils économiseront quelques euros. Sur le fond, c'est même plutôt véridique et c'est là le point le plus dérangeant de cette mesure. Un délit traité tel une contravention.

Sauf que les conducteurs sans assurance vont très rapidement être signalés et attaqués au porte-monnaie. Ce n'est qu'une question de temps...

Et vous le verrez dans le paragraphe suivant, en cas d'accident, vous risquez de le payer très cher.


Et si je cause un accident ?

Conduire sans assurance : que risque-t-on vraiment ?

Le véritable risque lorsque l'on roule sans assurance, c'est de causer un accident. Cela peut arriver à tout le monde, il ne faut jamais oublier ce risque, même pour les conducteurs les plus prudents.

Si un accident survient, il faut savoir que les dégâts infligés à autrui et autres biens seront bien pris en charge par le FGAO. Cet organisme réglera tous les frais avant de revenir vers vous pour mettre en place une solution de paiement.

Vous vous retrouverez alors avec une mensualité adaptée à votre situation financière actuelle et que vous devrez rembourser dans son intégralité. Si une personne a été hospitalisée, ou pire morte, les sommes seront faramineuses et la dette risque de vous suivre plusieurs décennies.

Si vous n'êtes pas responsable de l'accident, vous serez indemnisé normalement mais vous recevrez très certainement la contravention délictuelle énoncée dans le paragraphe précédent. En cas de récidive, aucun cadeau ne vous sera fait...


Je n'ai plus les moyens de m'assurer : que faire ?

Conduire sans assurance : que risque-t-on vraiment ?

La classe d'âge la plus touchée par l'absence d'assurance, ce sont les jeunes, avec un motif récurrent : le manque de finances. Il est certain que ce n'est pas un plaisir de rouler dans ces conditions...

Dans les faits, il est possible de réduire le coût de son assurance d'une manière simple : faire plusieurs devis dans diverses compagnies au moment de souscrire et ne pas hésiter à ouvrir les négociations.

Vous roulez peu ? Pourquoi ne pas opter pour une assurance au kilomètre. Souvent, ce seuil est fixé à 5 000 kilomètres annuels, mais il peut parfois être augmenté plus ou moins fortement. Les économies seront bien réelles.

Il y a aussi plusieurs moyens de réduire le coût de votre prime d'assurance, vous pouvez en parler avec votre agent. Installer une dashcam, faire dormir la voiture dans un garage ou bien avec un conducteur unique sont des moyens simples.

Vous pouvez aussi augmenter le coût de votre franchise, la prime descendra mais un accident vous coûtera plus cher...

Il n'existe malheureusement pas de solution miracle pour s'assurer à moindre coût mais en combinant ces astuces, vous pourrez faire des économies. En revanche, ne faîtes jamais de fausses déclarations. Ne vous assurez pas en second conducteur sur votre véhicule principal, par exemple.


Les assureurs ne veulent plus de moi : que faire ?

Conduire sans assurance : que risque-t-on vraiment ?

Les assureurs ont un objectif principal : leur rentabilité. Si vous avez été au cœur de plusieurs sinistres (responsables ou non-responsables, ça ne change rien), vous risquez d'être radié.

Et dans ce cas, trouver un nouvel assureur sera compliqué et vous coûtera plus cher (comme toujours !). Dans ce cas, vous pouvez vous adresser à un courtier, qui vous trouvera l'offre la plus intéressante.

Quand vous vous retrouvez dans une telle situation, la première chose à faire (et c'est plutôt désolant), c'est de repartir sur un modèle modeste, de faible cylindrée (4, 5 voire 6 chevaux), afin de limiter les dégâts.


Le bilan en 5 points clés

Le directeur d'Assurland répond à notre problématique

• Ne prenez jamais le risque de rouler sans assurance. Une amende minorée à 400 €, cela ne grèvera pas votre budget. Mais en cas d'accident, vous le regretterez très amèrement...

• Les conducteurs sans assurance seront rapidement identifiés et sanctionnés, sachez-le, il vous faut trouver une solution au plus vite.

• Si vous n'avez pas les moyens d'assurer votre voiture actuelle, partez sur un modèle plus modeste, de faible valeur, avec une couverture minimale. Vos mensualités seront nettement plus faibles et vous aurez toujours un moyen de transport. Exemples : Renault Supercinq, Fiat Panda, Citroën AX...

• Il existe des astuces pour payer moins cher votre assurance, parlez-en à votre assureur et faîtes jouer la concurrence.

• En cas d'accident sans assurance, le FGAO vous couvrira... Mais vous devrez le rembourser jusqu'au dernier centime...

Partager cet article

Qu'en dîtes-vous ?