Le joint de culasse, cet ennemi invisible

Thomas DROUART      11 Janvier 2016       Vie pratique Motorisation Informations

Le joint de culasse, cet ennemi invisible

Le joint de culasse, un élément du moteur redouté par beaucoup pour sa fragilité. En effet, une défaillance signe parfois le glas d'une voiture tant l'opération s'avère coûteuse. Voici un article pour mieux comprendre l'utilité de ce composant du moteur, voir comment s'assurer du bon état du joint de culasse de son véhicule et comment le faire durer un maximum de temps.


Le joint de culasse : qu'est-ce ?

Source photo : www.vlvautoparts.com

Source photo : www.vlvautoparts.com

Redouté comme la peste et aussi effrayant que Voldemort, le joint de culasse est la hantise de la plupart des conducteurs de voiture. Mais peu connaissent réellement sa fonction. La culasse est un élément structurant du moteur, nécessaire aux conduits d'échappement et d'admission, d'allumage, d'injection. Elle gère aussi les soupapes, le système de graissage. Autant dire, la culasse est vraiment polyvalente. Plus généralement, elle empêche le mélange entre le circuit d'huile, celui d'eau et la chambre de combustion.

Et pour étanchéifier le tout, il faut un joint ! Mais ne l'assimilez pas au modèle que pouvez trouver au niveau du siphon de l'évier, celui-ci est généralement en métal, plus rarement en amiante et occupe toute la surface de la culasse. Comme vous le savez, c'est une pièce fragile, qui peut céder à un moment ou à un autre et qu'il faut alors remplacer dans les plus brefs délais...


Les symptômes

Le joint de culasse, cet ennemi invisible

Il arrive malheureusement que le joint de culasse "claque", c'est-à-dire son étanchéité ne soit plus optimale et qu'il faille le remplacer. Il est assez simple de s'apercevoir qu'un joint de culasse soit à remplacer grâce aux cinq points de contrôle suivants. Cette liste n'est pas exhaustive mais présente les symptômes les plus faciles à repérer.

Surchauffe moteur : votre moteur chauffe davantage que d'habitude, laissant croire à un problème de refroidissement. Il s'agit généralement d'un problème d'huile dans le liquide de refroidissement, empêchant la tempérisation du moteur.

Mayonnaise : une surface huileuse semblable à de la mayonnaise s'est formée sur le bouchon du réservoir de liquide de refroidissement et/ou le liquide de refroidissement a viré au marron et est huileux : c'est le signe d'un problème d'étanchéité.

Huile très clair : vérifiez l'huile moteur, si elle devient très clair, c'est le signe d'un problème d'étanchéité également et qu'elle s'est mélangée avec le liquide de refroidissement.

Fumée bleue ou blanche : si votre voiture fume blanc ou bleu, ce n'est pas bon signe et cela laisse présager de nouveau un problème d'étanchéité et un mélange indésiré sous le capot !

Chauffage HS : ce n'est pas forcément anodin.


Remplacer un joint de culasse

Le joint de culasse, cet ennemi invisible

En soit, un joint de culasse est tout à fait abordable, aux alentours de 15 à 40 €... Mais c'est le prix de la main d'œuvre qui rend l'opération particulièrement coûteuse. En cas de défaillance, il faut alors démonter très méticuleusement la culasse des bloc-cylindres, nettoyer, contrôler, vérifier la rugosité des surfaces, ôter et placer le nouveau joint, vérifier l'étanchéité, pré-serrer puis serrer les goujons et vis. Enfin, un contrôle régulier durant les 500 premiers kilomètres est nécessaire afin de s'assurer du bon fonctionnement de l'ensemble.

L'opération peut coûter entre 400 et 1 500 € suivant le véhicule en question et le nombre d'heures nécessaires à l'opération. Certaines voitures ne disposent pas de joint de culasse, comme la Citroën 2CV en raison de son faible taux de compression.

À noter cependant, un défaut de joint de culasse n'est pas anodin et ne doit pas être laissé tel quel, sous peine d'entraîner une grave surchauffe et une possible casse moteur s'il n y a plus de liquide de refroidissement.


Comment le préserver ?

Dans ce cas précis, le joint de culasse est à contrôler au plus vite.

Il est bien difficile d'empêcher un joint de culasse de claquer malheureusement. Dans un premier temps, il faut savoir que plus une voiture est âgée et a de kilomètres au compteur, plus elle est susceptible d'avoir un joint de culasse fatigué. C'est souvent aux alentours de 200 000 kilomètres que le problème peut se faire sentir. Mais cela peut arriver bien après... Ou bien avant !

Faire les niveaux régulièrement, sans surcharger permet de limiter la casse, tout comme éviter les démarrages brutaux à froid permettent d'éviter une usure prématurée du joint de culasse. Malheureusement, il demeure une pièce d'usure et peut par conséquent être sujet à des paramètres qui ne demandent pas que de l'entretien et de la conduite plus ou moins agressive du conducteur.
 

En conclusion...

 

Le joint de culasse n'est pas une fatalité ni même une raison suffisante pour envoyer votre voiture en casse. Mais il ne faut pas négliger le problème pour autant tant les conséquences peuvent désastreuses. Soyez attentifs aux symptômes avant-coureur  et en cas de doute, n'hésitez pas à solliciter l'avis de votre garagiste ou concessionnaire. Mieux vaut prévenir que guérir, disait l'autre...


Commentaires