Comment réagir face à un road-rage ?

Anthony Perrier      27 Juin 2016       Vie pratique

Comment réagir face à un road-rage ?

Pour ceux qui, comme Thomas, ne pratiqueraient pas l'anglais couramment, la formule "road-rage" signifie rage au volant. Bon nombre d'entre vous ont déjà certainement été confrontés à une dispute au volant, lors d'un embouteillage ou lors d'un refus de priorité par exemple. Ce phénomène est malheureusement de plus en plus courant ! Voici mon expérience quant au road-rage et les différentes manières d'éviter ce genre d'incidents.

 

Mon expérience

 

Jusqu'à présent, je n'avais jamais été confronté à un cas concret de road-rage. Ma seule expérience avec celle-ci se faisait au travers de vidéos, majoritairement trouvées sur les réseaux sociaux ou sur les plateformes de partages de vidéos. Je pensais - à tort - que ce genre de comportements ne pouvaient pas réellement exister, ou était, en tout cas, très rare.

 

Je suis bien conscient que l'histoire que je m'apprête à vous raconter n'a rien d'extraordinaire, mais étant donné qu'il s'agit de ma toute première expérience, je me suis dit qu'il serait bon de la partager, afin de vous donner mes impressions sur mon cas ainsi que quelques conseils pour vous aider à sortir de ce genre de situations. Comme vous vous en doutez sûrement, je n'ai pas pris de clichés durant cette petite aventure et je vais donc illustrer cet article avec des photos de mon auto. Oui je l'aime beaucoup mon auto.

Comment réagir face à un road-rage ?

Sortons la 206 !

 

Tout a commencé un vendredi après-midi lorsque que j'ai pris la route pour faire un petit tour, paisiblement, afin de décompresser de ma dure semaine de vacances. J'habite en campagne lyonnaise, un petit coin de vie très paisible, et j'étais donc très loin d'imaginer ce qu'il allait se passer. Je ne roulais pas vite, simplement à l'allure règlementaire, j'admirais le paysage, les cultures, les priorités à droite... Au bout d'un certain temps, une Peugeot 307 blanche arrive derrière moi et commence à bien me talonner. Le conducteur semblait pressé, puisqu'il me faisait des signes "amicaux", me disant d'aller plus vite. Cependant, nous traversions un petit village empli de priorités à droite dont la visibilité de ces dernières était nulle, pas d'autre choix que de ralentir afin de vérifier si personne n'arrivait. Ma manière de conduire, très respectueuse des priorités et des vitesses règlementaires avait pour don d'agacer le pilote de la 307 qui me talonnait toujours de près.

 

Arrivé à la sortie du village dans lequel nous étions, le conducteur - vraisemblablement très pressé - de la 307 me dépassa à vive allure. Lorsqu'il arriva à mon niveau, je vis sa femme qui me regardait fixement. Je ne pu m'empêcher de lui lever le pouce, pour lui faire comprendre à quel point sa conduite souple et calme me plaisait. Nous sommes tous deux montés à la vitesse règlementaire, soit 90 km/h. L'homme, toujours énervé de ma bonne conduite, commença à me faire des signes haineux, tels que des doigts et des bras d'honneur. Quel comportement responsable, me direz-vous ! Et bien figurez-vous que c'est encore loin d'être fini. L'atroce conducteur de la 307 commença à me faire des break-check, comprenez des coups de freins violents pour me faire peur, et ceci sans aucune autre raison que mon pouce en l'air.

Comment réagir face à un road-rage ?

"Sale tapette"

 

Après ses manœuvres douteuses et surtout très dangereuses - tout cela sur une ligne droite à ligne blanche - nous revoilà à 90km/h. Je n'étais pas dans une humeur agressive, bien au contraire. Je roulais vitres grandes ouvertes, en admirant le paysage. Quand tout à coup, l'hurluberlu freina de manière très violente, jusqu'à l'arrêt total de son véhicule. Je n'étais pas du tout préparé à une telle manœuvre mais heureusement, j'ai eu le temps de m'arrêter juste derrière son bolide fumant l'huile de friture. A ce moment-là, j'étais choqué. Etait-il conscient de la dangerosité de sa manœuvre ? Imaginez qu'un semi-remorque arrivait derrière moi lancé à 90km/h. Il sorti de sa voiture, l'air très énervé. L'énergumène était impressionnant. Grand, large, dégarni, il ne faisait pas rire les mouches. Il arriva au niveau de ma fenêtre en hurlant et en m'insultant de tous les noms. Il avait facilement la quarantaine et était, à priori, père de famille. Vous parlez d'un exemple pour ses enfants.

 

Il m'a menacé à maintes reprises, en insultant par ailleurs la communauté homosexuelle - oui oui -, bravo monsieur ! Quelle tolérance et surtout, quel exemple ! Je lui ai gentiment demandé de se calmer, et je lui ai expliqué simplement pourquoi j'avais fait ce geste anodin et ce qu'il signifiait. Il est reparti, toujours aussi énervé en me bavant vulgairement le mot "Chugendarme" (ou tout au plus, à priori). Monsieur, si vous lisez ceci, sachez que vous êtes une honte pour notre communauté et que vous ne méritez en aucun point de conduire une automobile.

Comment réagir face à un road-rage ?

Comment éviter ce genre de situation ?

 

Maintenant que vous connaissez mon histoire, je vais tenter de vous donner quelques conseils pour éviter à tout prix ce genre de situations délicates. Avec un tel personnage, il aurait simplement fallu un mot légèrement plus haut que les siens pour que son pied finisse encastré dans mon phare avant gauche et pour que son poing finisse encastré à son tour dans mon visage.

 

Premièrement, ne faites pas de pouces aux autres conducteurs. Cela peut-être mal pris. Sauf peut-être aux conducteurs de Mégane 3 RS ou de Volkswagen Buggy, ceux-là répondent en général, ils sont sympas.

Sur un ton plus sérieux, ne provoquez pas les autres conducteurs, même avec un geste aussi anodin que le mien. Sachez que l'automobile agit comme une bulle sur les conducteurs, et lorsque nous sommes à l'intérieur de cette dernière, nous agissons souvent de manière non raisonnée lorsqu'il s'agit de road-rage. Restez donc vigilant. Si vous rencontrez un énergumène du même genre que le mien, restez zen. Ne cherchez pas à lui dire qu'il a tort, cela risquerait de l'énerver et vous pourriez le regretter...

La clé face à ce genre de situations, c'est tout simplement l'ignorance. L'agresseur se sentira délaissé et finira par reprendre son chemin. Certes, je suis bien conscient que c'est plus difficle à dire qu'à faire, car la colère l'emporte vite sur la raison. Mais croyez-moi que vous ne faites pas le malin lorsqu'un idiot de 50kg de plus que vous vous insulte, à tort.


Commentaires