Pourquoi les peintures ternissent et les vernis s'écaillent ?

Thomas Drouart      4 Novembre 2016       Vie pratique Informations Astuces

Pourquoi les peintures ternissent et les vernis s'écaillent ?

Les années passant, c'est un phénomène qui touche de plus en plus de voitures. Les vernis de carrosserie s'écaillent et les peintures ternissent. Mais que peut-on faire pour éviter cela ? Existe-t-il des produits miracles ? Et surtout, comment faire pour retarder l'échéance ?


Les symptômes

Sûrement dû à quelques impacts de caillasse, le capot de ce Citroën Xsara Picasso à le vernis qui commence à cloquer.

Sûrement dû à quelques impacts de caillasse, le capot de ce Citroën Xsara Picasso à le vernis qui commence à cloquer.

Outre les petits bobos du quotidien (coups de portières, rayure, pocs...), les carrosseries sont soumises à rude épreuve tout au long de leur existence. Il peut arriver qu'une tâche blanche se forme sur le capot, le toit ou le coffre de votre voiture. Au fur et à mesure du temps, elle prendra de l'ampleur jusqu'à ce que le vernis s'en aille et laisse d'atroces cicatrices sur votre belle carrosserie. Ce sont les parties les plus exposées qui sont les premières touchées, bien que parfois, les portières et ailes soient aussi concernées. Plus le temps passe et plus les "lambeaux" de vernis vont se fragiliser. À terme, c'est le panneau entier de carrosserie qui aura perdu son éclat, qui sera plus vulnérable et qui vieillira d'une manière absolument pas uniforme. Voici des solutions qui s'offrent à vous pour que vous n'ayez plus à plisser les yeux en regardant votre voiture pour la rendre acceptable visuellement, quand il ne pleut pas.


Y a-t-il des modèles plus sensibles que d'autres ?

Le capot de la Citroën ZX de votre grand-mère s'apparente souvent à un mauvais film d'horreur. En pire.

Le capot de la Citroën ZX de votre grand-mère s'apparente souvent à un mauvais film d'horreur. En pire.

Vous vous demandez sûrement si votre voiture est sensible à ce problème ? Il faut bien l'admettre, certains modèles ont une carrosserie nettement plus sensibles que d'autres. Depuis le milieu des années '60, les constructeurs peaufinent les compositions des solvants pour les rendre moins polluants. Il en est de même pour les vernis. La conséquence, malheureusement, est que le vieillissement est parfois assez désastreux. D'une manière générale, les peintures non métallisées sont plus sensibles que les autres, mais ce n'est pas systématique. Chez PSA comme chez Renault, de nombreuses teintes perdent leur éclat parfois avant d'avoir atteint les 10 ans. Si les modèles allemands sont généralement épargnés de ce type de désagrément, il en est de même pour les japonais et les américaines. Chez Hyundai, en revanche, le problème est bien réel. Les Santa Fe, notamment, vieillissent très mal. Dans tous les cas, il n'y a pas de règle pré-établie et tous les modèles peuvent être touchés un jour...


Comment corriger cela dans les règles de l'art ?

La teinte Cassis/Violet (réf. D72) vieillit particulièrement mal. Difficile de maintenir un vernis clinquant.

La teinte Cassis/Violet (réf. D72) vieillit particulièrement mal. Difficile de maintenir un vernis clinquant.

Si vous consultez cet article, vous êtes très probablement directement concerné par ce problème, comme je le suis également avec ma lionne bleue qui perd de sa superbe. Vous attendez sans aucun doute la solution miracle qui vous coûtera au maximum le prix d'une dizaine de pains au chocolat selon Jean-François Copé. Soyons francs : la seule solution pour éradiquer le problème dans les règles de l'art, c'est de passer par un carrossier. S'il est possible d'opérer de discrètes retouches dès le début du problème, il faudra généralement passer par la case carrossier. Et malheureusement, on sait tous que cela engendre des frais puisqu'il faudra compter entre 100 € par élément (pour une retouche de vernis) jusqu'à 350 € s'il faut repeindre et éventuellement débosseler. Et si vous n'avez pas l'envie (ni les finances) pour cela, il faut alors intervenir vous-même. Et sur une voiture de quinze à vingts ans (peut-être même plus), personne ne vous en voudra.


Réparer soit-même : trois possibilités

Le jaune Persépolis, chez Peugeot (réf. KAW) s'éclaircit avec le temps, mais pas uniformément.

Le jaune Persépolis, chez Peugeot (réf. KAW) s'éclaircit avec le temps, mais pas uniformément.

Pour limiter les frais, il est possible d'intervenir soit-même. Être carrossier, c'est un métier. Et il va sans dire que la solution proposée ici n'est pas parfaite. Mais elle limitera les dégâts pour un budget assez modeste.

>> Si le vernis n'est parti que modérément

Dans ce cas, vous n'aurez pas nécessairement de peinture à refaire. Il suffit de vous procurer du papier de verre grain 1000 et de poncer légèrement le vernis à l'eau, en veillant à ne pas atteindre la peinture. Il faut élargir quelque peu la zone avant d'y passer une couche de vernis. Motip propose un vernis en aérosol d'une excellente qualité, très simple à appliquer et à prix raisonnable. Une bombe suffira largement.

>> Si le vernis s'est fortement fait la malle

Dans le cas où un élément entier demande une réfection, vous n'aurez pas le choix. Il vous faudra tout d'abord poncer entièrement l'élément au papier de verre, en commençant d'abord par des grains épais (200-300) et en finissant au grain 1000 ou 2000, à l'eau. Il faudra retirer tout le vernis restant et dans l'idéal la peinture. Puis procéder à une mise en apprêt, une mise en peinture et un vernissage. Le tout est proposé en aérosol, avec un coût de revient d'une cinquantaine d'euros pour les trois bombes. Attention, cela part vite ! Une bombe ne permettra de couvrir qu'un élément. Le résultat dépendra alors essentiellement de vous et de votre habilité (ou non) dans la peinture en aérosol.

>> Si vous ne voulez pas le repeindre

Si vous n'avez pas envie de repeindre un élément de carrosserie, voici une solution qui mérite d'être étudiée : le covering. C'est très simple à utiliser ! C'est une grande tendance qui s'applique là aussi sous la forme d'un aérosol mais qui l'avantage de s'appliquer très facilement sans aucune préparation de carrosserie au préalable. Il suffit de recouvrir la zone. Et si cela ne vous plait plus, vous n'avez qu'à retirer cette couche. Il faut compter une quinzaine d'euros pour une bombe, mais cette fois, vous n'avez ni apprêt ni vernis à ajouter. Les économies sont donc bien réelles et votre carrosserie sera protégée pour 8 à 10 ans.


Pourquoi le vernis part et comment limiter la casse ?

Quand le vernis est parti entièrement, la surface n'est pas uniforme... Et s'avère nettement plus sensible.

Quand le vernis est parti entièrement, la surface n'est pas uniforme... Et s'avère nettement plus sensible.

La grande question que l'on se pose, c'est pourquoi la disparition du vernis au fil du temps ? La réponse est simple. Il y a plusieurs causes à cela que nous vous détaillons ci-dessous.

Les cailloux touchent très régulièrement la carrosserie, notamment le pare-choc et le capot. Ils forment de micro impacts qui fragilisent le vernis et entrainent un vieillissement prématuré. Au bout d'un moment, le vernis est trop usé et partira de lui-même, faisant une cloque.

Le soleil est aussi un coupable. Quand il pleut, de l'eau peut stagner sur le capot, le toit et la malle de coffre. Si cette pluie et suivie d'éclaircies, cela va cuire le vernis. Et au fur et à mesure du temps, la couche va s'amenuiser jusqu'à disparaître totalement. Les endroits où le vernis est le plus fin seront inévitablement touchés.

La lune émet des rayons ultraviolets très nocifs pour la carrosserie. C'est bien elle qui à terme rend nos carrosseries plus ternes.

Le temps, intercalant chauds, froids, pluie ou encore neige, fragilise progressivement le vernis et favorise son usure.

C'est la combinaison de ces paramètres qui entraîne les défauts de carrosserie dont votre voiture souffre. Pour pallier cela, il y a évidemment la solution de faire dormir sa voiture dans un garage mais ce n'est pas toujours possible. Il est aussi possible de passer par une société qui appose des films de protection de carrosserie ou de le faire soit-même car cela ne revient pas très cher. Et si votre voiture n'est pas trop touchée, pourquoi ne pas en parler à un carrossier ? En agissant à temps, vous limiterez considérablement les frais. Dernière astuce : ne laissez jamais des fientes d'oiseaux sur votre carrosserie  c'est très corrosif !


 

Agir soit-même : notre sélection

Le film protecteur


Si le problème n'est pas encore trop prononcé, vous pouvez limiter la casse en recouvrant par exemple vos pare-chocs de ce film de protection. Les projections de cailloux, inévitables, n'attaqueront ni le vernis ni la peinture de votre voiture. Dès lors, le vernis ne devrait plus partir sur ces parties. En revanche, il s'agit d'une mesure de prévention, si le vernis est déjà parti, il est inutile de réaliser cet achat...

Les chiffons microfibres


Nous l'avons vu dans l'article, la pluie suivie d'un fort soleil peut cuire le vernis ! En séchant votre voiture, vous éviterez ce désagrément et votre carrosserie vous en remerciera. Les chiffons en microfibre sont doux et ne causeront aucune rayure sur la carrosserie. Vous pourrez même les utiliser pour lustrer votre auto après un bon nettoyage.

L'apprêt de carrosserie


Quand une retouche n'est plus envisageable, alors il faut repeindre. Si vous comptez réaliser l'opération vous-même, vous devrez passer d'abord une couche ou deux d'apprêts, dans le but d'unifier le support mais aussi de créer une bonne accroche pour la peinture qui viendra ensuite. Cette étape est incontournable. Une bombe vous permettra de réaliser un à deux éléments de carrosserie.

La peinture


Si vous ne disposez pas de pistolet à peinture avec compresseur, la peinture est aérosol est une bonne alternative. Veillez à respecter scrupuleusement la teinte de votre voiture grâce au code à trois caractère inscrit sous le capot, sur le montant de la portière avant gauche et dans le coffre et choisissez en conséquence votre bombe. Prévoyez-en deux par panneau pour être large.

Le vernis


Après la peinture, il faut vernir. Avant cela, poncez très légèrement au grain 1000 et à l'eau la peinture sèche de la carrosserie avant de passer plusieurs couches fines de vernis. Cela offrira davantage de brillance. Polishez ensuite votre carrosserie vernie et sèche pour gomme les aspérités et obtenir un rendu uniforme. Les produits Motip sont d'excellents compromis.

Le plastidip


Nous l'abordions plus haut, le plastidip ne demande ni apprêt ni vernis, il suffit de dégraisser la surface à recouvrir. Ce film pourra se retirer au besoin et remplace parfaitement une mise en peinture à condition de bien retrouver la teinte d'origine de son véhicule avec la bonne finition (brillant, mat...). C'est certainement la méthode la plus économique pour camoufler un vernis sur le départ.

La bâche


Si votre voiture dort en extérieur, pourquoi ne pas opter pour une bâche ? La condition est qu'elle laisse respirer votre voiture pour ne renfermer l'humidité. Le cas échéant, cela ferait davantage de mal que de bien et ce n'est aucunement le but recherché !

 

Alors, que faire ?

Les Peugeot 206 ont été construites à l'économie. Une grande partie des couleurs sont sujettes à ce phénomène.

Les Peugeot 206 ont été construites à l'économie. Une grande partie des couleurs sont sujettes à ce phénomène.

Il est tout à fait légitime de se poser la question. Tout d'abord, est-ce qu'il est réellement nécessaire d'opérer les réparations ? Mais si vous avez une forte attache sentimentale à votre voiture, vous pourrez réussir à camoufler le problème sans trop de difficultés pour un budget bien moindre que ce que pourrait vous facturer un carrossier. Il faut simplement accepter le fait que la qualité sera probablement bien moindre. Mais une voiture plus toute jeune, ce n'est pas réellement un problème ! Et vous, que ferez-vous ?


Commentaires