ApostropheOn fait peau neuve ! Découvrez notre nouveau site PDLV.frApostrophe
Home
Home

Comment apaiser la circulation en ville ?

Photo de Lum3n sur Pexels

Photo de Lum3n sur Pexels

Circuler en ville, ce n'est pas toujours une mince affaire. Ces dernières années, nous avons assisté à la multiplication des ZFE (zones à faibles émissions). Des restrictions de circulation qui ont pour objectif d'évincer de la circulation les véhicules jugés comme étant les plus polluants et plus particulièrement les véhicules les plus anciens, des métropoles. À cela s'ajoute la réduction des places de stationnement au profit de voie dédiées aux nouvelles mobilités. Tout cela peut engendrer des tensions et même des incompréhensions entre les automobilistes et ceux qui ont fait le choix du vélo ou de la trottinette... Mais alors, comment peut-on apaiser tout le monde pour favoriser la cohabitation ?

L'importance de la signalisation

Avant tout, il est nécessaire que des règles soient établies clairement. Sur la route, cela passe avant tout par la problématique de la signalisation. L'implantation de panneaux de police permet d'indiquer clairement, aux véhicules motorisés, des restrictions diverses, obligations et éléments à prendre en compte pour un bon partage de la chaussée. Trop souvent, les municipalités ont tendance à surmultiplier ces panneaux, ce qui n'est pas toujours efficace puisque cela peut générer de la confusion. L'idéal est de favoriser la convivialité tout en évitant à la fois les dangers et les tensions. Dès lors, cela réduit le stress au volant (ou au guidon) et permet de limiter le risque d'accident. Ces restrictions ont souvent pour objectif de casser la vitesse des voitures. Cela pousse même certaines mairies à incorporer des ralentisseurs illégaux...

Les panneaux de police sont très nombreux, il en existe une multitude... En milieu urbain, ces derniers servent à avertir des dangers, des ralentisseurs, des rétrécissements de chaussée, le signalement d'une école, d'un passage-piéton ou d'un stop ou d'un céder le passage. Cette signalisation permet généralement de guider l'automobiliste, de maintenir son attention et de fluidifier le trafic tout en réduisant le risque d'accident. Cela implique de réfléchir méthodiquement à l'implantation des différents panneaux afin d'obtenir le bon compromis.

La législation des panneaux de signalisation

Les mairies sont responsables des voiries et de leur sécurité. Elles doivent donc gérer l'implantation et l'entretien des panneaux de signalisation (ou de police) leur revient. Elles doivent alors respecter des règles d'implantation, comme les dispositions suivantes régies par l'arrêté du 24 novembre 1967 relatif à la signalisation des routes et des autoroutes.

  • Le panneau de signalisation doit être placé à 0,70 mètre de la chaussée et laisser un minimum de 1,40 mètre de passage pour les piétons, en agglomération. Le panneau doit être situé sur un mat, de 2,30 mètres de haut. Il ne doit pas être dissimulé par un obstacle, pour rester visible auprès des camions, comme des voitures et des autres moyens de transport ;
  • Sur un ilot central, le panneau est situé à 1,00 mètre du sol ;
  • Les panneaux doivent être homologués et porter les bonnes couleurs, formes et motifs ;
  • Les dimensions varient en fonction du type de panneau et de l'implantation mais tout cela doit être conforme à la réglementation. Tout cela peut être défini par l'utilisation d'un logiciel dédié permettant d'obtenir les dimensions appropriées des différents types de panneau, en fonction de l'implantation et du contexte.

Combien coûte un panneau de signalisation ?

Il n'y a pas de réponse unique à cette question, car le coût peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs.

Tout d'abord, le matériau utilisé pour fabriquer le panneau peut avoir un impact sur le coût. Les panneaux en métal sont généralement plus chers que les panneaux en plastique, par exemple. Les panneaux lumineux ou réfléchissants peuvent également coûter plus cher que les panneaux non lumineux ou non réfléchissants.

Ensuite, la taille et la complexité du panneau peuvent également affecter le coût. Un panneau de signalisation simple, comme un panneau de limite de vitesse, peut coûter moins cher qu'un panneau plus complexe, comme un panneau d'intersection. La quantité de panneaux commandés peut également influencer le coût final. Les coûts unitaires peuvent être plus bas pour une commande de grande quantité de panneaux.

En règle générale, un panneau de signalisation peut coûter entre quelques dizaines de dollars à plusieurs milliers de dollars, selon les facteurs mentionnés ci-dessus. Il est important de noter que le coût d'un panneau de signalisation ne se limite pas à son prix d'achat initial, il faut également prendre en compte les coûts d'installation et d'entretien.

Il est donc recommandé de demander des devis auprès de différents fournisseurs pour obtenir une idée précise du coût d'un panneau de signalisation en fonction de vos besoins spécifiques. Il est également important de vérifier les réglementations locales relatives aux panneaux de signalisation pour s'assurer qu'ils répondent aux normes requises.

Quelles sanctions en cas de mauvaise implantation ?

Les autorités peuvent engager des poursuites pénales contre la mairie si elle n'a pas respecté les lois et les normes en vigueur en matière de panneaux de signalisation. Il y a donc un risque financier pour la mairie, car elle pourrait être tenue responsable de tous les dommages causés par les panneaux illégaux. Par exemple, si un accident se produit à cause d'un panneau mal placé ou illisible, la mairie pourrait être tenue responsable et devoir payer des dommages et intérêts. Et ça peut coûter très cher... Car les panneaux de signalisation illégaux peuvent causer de la confusion et augmenter les risques d'accidents routiers.

Il est donc très important pour les mairies de s'assurer que tous les panneaux de signalisation qu'elles implanteront sont conformes aux réglementations en vigueur et qu'ils respectent les normes de sécurité. Il est également important de les faire vérifier régulièrement pour s'assurer qu'ils sont en bon état et lisibles. En cas de doute, il est conseillé de consulter les autorités compétentes pour s'assurer de la conformité aux règles en vigueur.

Partager cet article

Suivez-nous !

Facebook TwitterInstagram Youtube
Fiat Panda 100HP PDLV
 

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a bien prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 Type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Découvrez la team PDLV

 
Thomas Drouart

Partager cet article