Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Thomas DROUART      13 Octobre 2014       Mondial de l'auto 2014 Paris Actualité

L'Argus a désigné Palais-de-la-Voiture comme Blog Officiel pour le Mondial de l'Automobile de Paris. Polo et pass étaient de circonstance, qui nous a permis de voir le salon et ses modèles les plus prestigieux d'un œil... on ne peut plus au cœur du sujet. Aujourd'hui, nous serons chez Ferrari.

Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Les modèles
 

Au fond du hall 1, les gens convergent en masse vers un stand : celui de chez Ferrari. L'ambiance est électrique derrière les "barrières". Car oui, chez Ferrari, ne rentre pas qui veut, il vous faudra disposer d'une invitation spéciale ou bien d'une carte grise... de Ferrari. Pour les autres, il sera possible d'apercevoir les modèles derrière les protections.

Mais le jeu en vaut la chandelle. La firme de Maranello expose tels des trophées ses dernières productions : une rutilante 458 Speciale rouge ouvre le bal, accompagnée de sa déclinaison découvrable (458 Speciale A) dans une robe jaune aux coutures bleues des plus originales.

Mais d'autres modèles sont aussi présents, comme la toute dernière California T, qui utilise désormais la suralimentation, dans une robe grise assez classique qui contraste bien avec les hautes performances de ce modèle. Dans les mêmes tons, une F12 se trouvait sur le devant de la scène.

Une Ferrari FF, à quatre places donc, et en robe de soirée noire pour un usage plus familiale prenait place sur la gauche. Elle est en quelque sorte la GT de la firme italienne. Mais je ne vous apprends rien...

Enfin, une dernière et cinquième 458 prenait place, il s'agissait d'un Spider rouge, intérieur fauve. Classique mais indémodable... Et ô combien désirable.

Plus que des Ferrari, c'est des rêves qui ont majoritairement été vendus...

 

Le stand
 

Spacieux et aéré, le stand est de plus éclairé suffisamment pour un rendu parfait des galbes des carrosseries. Les six modèles sont agencés afin de pouvoir être photographiés par n'importe qui d'une manière correcte et agréable.

Comme abordé précédemment, peu de personnes sont présentes sur le stand hormis des commerciaux et agents de sécurité. Derrière les barrières, les personnes s'aglutinent et commentent le savant travail des designers ; une chose est sûre : les modèles plaisent.

L'accès se fait par la droite, accueil aimable et professionnel et identification auprès des charmantes hôtesses obligatoire : c'est du sérieux...

Pour le reste, notre partenaire l'Argus nous a permis de réaliser à notre guise tous les clichés souhaités mais aussi de prendre place à bord des modèles.

 

Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Ferrari 458 Speciale
 

45 pour la cylindrée et 8 pour le nombre de cylindres, la 458 ne doit rien au hasard et ce n'est pas cette exclusive version Speciale qui niera les faits.

Limitée à 499 exemplaires, elle est ici présentée dans une rutilante robe rouge. Les pare-chocs arborent un design revu, plus carré et agressif qui donne un nouveau visage à la 458. Nous, on aime !

 

Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Ferrari 458 Speciale A
 

Après le coupé, le cabriolet ! Tout aussi raffiné, il donne suite à la F430 Scuderia 16M, un modèle emblématique. La succession n'est pas simple mais le tirage sera de 499 exemplaires.

Ferrari nous présente un exemplaire vêtu de la teinte Grigio corsa, un jaune un brin orangé éclatant sublimé par des bandes bleues et blanches. L'intérieur a reçu le même traitement. Bien qu'allégée, la notion de luxe et de prestige n'en est pas moins égratignée.

La 458 Speciale A fait partie de ces modèles qui marquent, qui impressionnent... Et qui suscitent l'irrésistible envie de presser ce bouton rouge marqué "Engine start" pour laisser rugir les 8 cylindres et écouter la cavalerie des 605 équidés...

 

Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Ferrari California T
 

Créée il y a maintenant cinq ans, la California est un coupé cabriolet doté d'un toit en dur. Idéale pour cruiser, la "petite" Ferrari n'en est pas low-cost pour autant.

Et ce n'est pas cette nouvelle mouture, légèrement revue esthétiquement qui en démordra. Sous le capot, deux turbos sont disposés permettant un gain de 100 chevaux (pour un total de 560) et des performances accrues. La sonorité a été particulièrement travaillée pour gommer le sifflement éventuel du turbo... Il faut dire que l'on avait pas vu de turbo dans une Ferrari depuis bien longtemps. En 1992 pour être précis, il s'agissait de la F40.

Alors oui, l'avenir de cette California T semble plutôt de bonne augure, nul doute qu'elle trouvera sa clientèle. Le cas échéant, nous avons déposé une carte de visite au commercial qui ne manquera pas, nous en sommes certains, de nous faire parvenir un éventuel invendu.

 

Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Ferrari F12 Berlinetta
 

La plus puissante des Ferrari présentée était assurément la F12. Avec 740 chevaux, la concurrence s'appelle uniquement Lamborghini Aventador. Stricte deux places à moteur V12 avant, elle a pour tâche de succéder à la 599 GTB Fiorano.

Elle est également présentée dans une sage robe grise et a reçu un accueil plutôt bon.

 

Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Ferrari 458 Spider
 

Parfaite incarnation du rêve italien, la 458 Spider est ici en robe rouge avec intérieur fauve. Une combinaison classique mais pas dénuée de charme et bien dans la tradition de la marque.

Difficile en effet de trouver le moindre reproche à une telle œuvre d'art, mélant authenticité, sportivité et raffinement...

 

Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Ferrari FF
 

Créée en 2011, la FF permet à quatre personnes de voyager confortablement dans une Ferrari. Et pas n'importe laquelle puisque la FF arbore une ligne particulière, celle d'un shooting brake.

Confortable et performante, elle est le parfait compromis entre famille et sportivité, même si le deuxième terme peut l'emporter sur le premier.

Mais les avis la concernant sont divisés. Si certains apprécient l'audace et les clins d'œil au passé, d'autres reprocheront une ligne indigne d'une Ferrari, voire même "moche" pour reprendre les termes d'un spectateur, après avoir dégainé son smartphone pour la photo-souvenir.

 

Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...
Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...
Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...
Mondial : il fait bon vivre chez Ferrari...

Laquelle prendre ?
 

À l'image de "Pourquoi le ciel est infini" ou encore "Pourquoi une fourchette s'appelle fourchette", il est bien difficile de devoir préférer un des modèles aux autres.

Chaque modèle a sa propre philosophie et une configuration qui lui est propre. La 458 Speciale A paraîtrait presque plus excentrique par rapport à la F12 dans sa robe sobre, qui pourtant est plus puissante.

Nous nous abstiendrons ainsi de tout avis subjectif mais avec une conclusion commune : les Ferrari sont réellement des modèles de prestige, d'un niveau de luxe vraiment incroyable, à la finition clairvoyante et réussie.

Alors certes, la ligne et la puissance entre en ligne de compte mais il s'agit de pièces d'orfèvreries, de pièces d'art configurables à l'envie et une chose est sûre : on s'y sent bien dans ces baquets savamment dessinés par les ingénieurs de chez Maranello.

Ne reste plus qu'à attendre de connaître les éventuels invendus (on y croit).

Un dernier merci à l'Argus pour l'opportunité mais aussi au personnel de ce stand Ferrari, aimable, courtois et toujours prêt à rendre service.

 


Commentaires