Le Bonus-Malus fait son retour en 2014

Thomas DROUART      23 Octobre 2013       Actualité

C'est en 2007 que le Gouvernement instaure le "bonus-malus écologique". Ce dispositif a pour but théorique d'augmenter les ventes de voitures propres. Nous dénonçons depuis sa création l'absurdité de ce procédé arbitraire qui a conduit à une désastreuse diéselisation de l'hexagone.

 

Le bonus-malus entre dans sa septième année. L'occasion de le réviser de nouveau. Alors que le Gouvernement a pris conscience du problème engendré par la sur-dieselisation du parc automobile français, nous aurions pu nous attendre en toute logique à ce que le pistolet jaune s'oriente davantage vers le malus que vers le bonus !


Il n'en ai rien ! Seuls les rejets de CO2 (seul indice où les diesel prennent un léger avantage sur les essence) demeurent pris en compte. Nous sommes ainsi face à un dialogue de sourd. Une inéquation non résolvable : Le diesel pollue, il faut le taxer et réduire sa part de marché. Cependant, il faut continuer à lui attribuer un malus.

 

 Pour les électriques pisto-bleu.png

Bonus uniquement ! Néanmoins, il baisse de 10 %. Vous ne toucherez ainsi plus 7 000 € mais 6 300 €.

 

 Pour les hybrides pisto-bleu pisto-vert

Là encore, le bonus reste mais chute de 5 000 à 4 000 €.

 

 Pour espérer un bonus... pisto-jaune

Pour les véhicules émettant 50 g/km, le bonus de 7 000 € est conservé. Cela ne concerne cependant aucun véhicule, hormis des modèles électriques déjà éligibles à ce bonus.

Entre 51 et 60 g/km, le bonus régresse de 4 500 à 3 300 €.

Entre 61 et 90 g/km, vous ne toucherez plus que 150 € (550 € auparavant).

Entre 91 et 105 g/km, vous ne toucherez plus rien. Le bonus était de 200 € auparavant.

 

 La zone neutre pisto-jaune pisto-vert

Si votre véhicule rejette entre 91 et 130 g/km, vous n'aurez rien à payer... ni à gagner !

 

 La punition pisto-vert

Si vous achetez une voiture rejettant entre 131 et 135 g/km, votre malus est de 150 €. Jusqu'à maintenant, vous étiez en zone neutre.

Entre 136 et 140 g/km, vous ne paierez plus 100 mais 250 €.

Entre 141 et 145 g/km, la douloureuse passe de 300 à 500 €.

Entre 146 et 150 g/km, c'est non plus 400 mais 900 € qui vous seront réclamés.

Entre 151 et 155 g/km, la note s'alourdira de 600 €, soit 1 600 €.

Entre 156 et 175 g/km, ce sera 2 200 € au lieu des 1 500 €.

Entre 176 et 180 g/km, vous donnerez 3 000 € au lieu de 2 000 €.

Entre 181 et 185 g/km, le malus flanche de 2 600 à 3 600 €.

Entre 186 et 190 g/km, ce dernier passe de 3 000 à 4 000 €.

Entre 191 et 200 g/km, on passe de 5 000 à 6 500 €.

 

 Racket anti-supercar

Si vous souhaitez acheter une voiture sportive dont les émissions de CO2 dépassent 200 g/km, c'est 8 000 € qui vous seront demandés...

 

> La conclusion de ces chiffres demeurent la même. La France dispose d'un gouvernement qui dit vouloir régler le problème des diesel, mais qui à l'inverse promouvoit perversement les diesel en les rendant toujours faussement plus attractifs.

Le consommateur s'en retrouve perdu et noyé dans une propagande pro-diesel également distillée par les constructeurs automobiles eux-mêmes.

 

•• Chronique d'une fin pré-programmée.

Niva-Essence-4-places_2.jpg

Le Lada 4x4 (ex Niva) possède des émissions de CO2 à 256 g/km. Peu onéreux à l'achat : 11 990 €, il se voit affublé du malus maximal...  

Portant son prix à 19 990 € ! ••

 

Ces nouveaux chiffres seront effectifs dès le 1er novembre 2013.

 

À voir également :

 

Diesel : la vidéo de propagande de PSA

Le parc automobile français en 2013

Bonus-Malus 2013 : la grosse arnaque


Commentaires