AB85 • Dodge Viper GTS '99

Thomas DROUART      14 Mars 2016       Dodge V10 Américaines Années '90

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Viper aurait très bien pu être l'antonyme du mot "rationnel". Une cylindrée camionesque, une puissance élevée, une ligne incroyable et une consommation digne d'un autobus : la recette de la première Dodge Viper GTS est osée... Mais tellement savoureuse. Revue d'un modèle qui cause bien des torticolis sur son passage...

 

Fiche technique
 Modèle Dodge Viper GTS
 Moteur 8.0 V10 450 chevaux
 Dimensions 4,49 x 1,92 x 1,20 mètre
 Masse 1 520 kg
 Commercialisation 1996 - 2002
 Côte moyenne 50 000 €
 0 à 100 km/h 4"3
 Vitesse max 298 km/h
 Consommation 18,2 l/100 km
 Date et lieu 26 février 2016, Mayenne
AB85 • Dodge Viper GTS '99

Whaou. C'est souvent par un concert d'onomatopée que débute la rencontre d'une Dodge Viper. Il faut dire que ce modèle ne fait rien comme les autres. Vraiment rien. Pour mieux comprendre comment un tel engin a pu voir le jour, il faut remonter le temps. Et plus particulièrement en 1989 où Chrysler, qui a repris des couleurs, voit désormais l'avenir d'un nouvel œil. Au salon de Détroit de cette même année, on assiste à la présentation d'un concept car de marque Dodge. Une marque qui n'a alors plus vraiment la cote puisqu'elle souvent assimilée à des voitures dénuées de charme, pas très bien finies mais pas chères. Celle qui occupe la place principale du stand s'appelle le concept Viper. Une découvrable à la ligne futuriste. Certains n'y voient là que du bluff pour redorer un blason terni par les années tandis que d'autres voient en ce modèle une réincarnation de la marque et une belle voiture de sport. Ce sont ces derniers qui auront le dernier mot !

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Brute. Bien vite, ce concept aboutit sur un modèle en série : le roadster RT/10. Le style est agressif et conserve les lignes du concept. Le succès est rapide car la voiture est plait. Elle a de plus l'avantage d'être affichée à un prix relativement raisonnable tout en bénéficiant d'un moteur encore rare : un V10 d'une cylindrée de 8 litres affichant 376 chevaux. Certes, la finition n'a rien d'équivalent à celle d'une Porsche 911 et les performances sont bien moindres que celles d'une Ferrari F355... Mais le plaisir procuré est tout autre. Il faudra néanmoins patienter encore quelques années pour qu'un restylage rende la Viper encore plus désirable, il apporte notamment une version coupé, nommée GTS, dont fait partie l'exemplaire ici illustré. La gamme est désormais au complet et peut rivaliser avec la concurrente : Corvette. La GTS s'affiche comme un modèle intéressant sur bien des points. Son atout majeur, c'est sa ligne incroyable. Elle est massive et raffinée à la fois.

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Un modèle tendance. Les volumes sont bien dessinés avec un capot excessivement long mais un format qui reste relativement compact avec 4,5 mètres. Ce qui impressionne le plus, ce sont ces ailes galbées à souhait et l'habitacle repoussé le plus loin possible. Il en découle un bon équilibre des masses. L'image de Dodge a été considérablement dépoussiérée au point de devenir tendance. Surtout aux États-Unis. En Europe et plus particulièrement en France, les Viper sont jugées déraisonnables et se vendent modérément. L'exemplaire que nous avons ici est un modèle européen et son élégante robe grise n'est pas des plus communes. La plupart des Viper GTS ayant été vendues en bleu ou en rouge à bandes blanches. La Viper est un modèle assez complexe à appréhender. Cette première génération restylée a été vendue à la fois sous les blasons Chrysler et Dodge, suivant les millésimes et modèles d'importation et d'exportation. Mais c'est la même mécanique, enfin presque !

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Un style abrupt. Les ingénieurs en charge du projet Viper avaient un cahier des charges assez ouvert mais aussi très strict sur des points. L'objectif était de proposer un modèle plaisir, avec un gros moteur de camion, très coupleux et la possibilité d'engager des versions en compétition. Sur le plan du design, ils se sont fait plaisir, c'est clair. Le style est assez abrupt. Pas de subtilité, les lignes sont tracés finement. La finition est globalement bonne mais pas égale partout. Qu'importe, le plaisir proposé par cette Viper ne se juge passur cet aspect. Dotée d'un bon capital sympathie, elle intrigue, est plus ou moins reconnue... Mais toujours appréciée. Aux antipodes de la grisaille ambiente, la Viper est un modèle passion comme on aimerait en voir plus souvent. Et quelle courbure... Les aérations latérales n'ont rien de factice et contribuent à la bonne aérodynamique. Un point sur lequel ont longuement planché les ingénieurs américains.

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Bien fini. Quand on parle d'américaine, on pense souvent à un intérieur austère et mal fini. La Dodge Viper GTS n'entretient pas le cliché. Il est globalement relativement bien fini, avec des plastiques et cuirs assemblés assez rigoureusement. Les baquets offrent un excellent maintien et sont brodés finement tandis que la planche de bord, bien qu'un peu terne, est elle aussi bien construite. Seul le volant détonne un petit peu, on pourrait très bien l'imaginer dans une classique Dodge Neon. Mais au milieu des années '90, intégrer un air-bag dans un espace si restreint n'avait rien de commun et la forme du volant s'en trouvait impactée. Rassurons-nous, c'est un intérieur qui ne manque pas de charme. Une fois descendu à bord, il n'y a plus qu'à écouter les vocalises délicieuses du V10 atmosphérique. Un moteur tout ce qu'il y a de plus déraisonnable. Mais qu'est-ce que c'est bon !

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Efficace avant tout. Au niveau des équipements, rien ne manque pour un modèle qui se veut avant tout efficace. Les vitres sont électriques, la climatisation est de la partie et le verouillage des portes est centralisé. Stricte deux places, la Viper GTS dispose d'un beau volume de coffre, nous le verrons plus loin dans l'article. Malgré tout, cet élégant coupé ricain n'est pas léger et accuse un peu plus d'une tonne et demi. Le lourd moteur en est partiellement responsable mais la puissance n'est pas en reste, ouf ! Soumise à des normes américaines de plus en plus strictes, la Viper a vu la puissance de son V10 réhaussée puis diminuée. Initialement, elle était à 386 chevaux, avant de passer à 415 chevaux au lancement de la GTS puis d'arriver jusqu'à 450 chevaux à partir du millésime 1997. Certaines ont été réduites de nouveau à 386 dans le but de réduire les émissions polluantes. Quant au châssis, il est plutôt fin et réglé aux petits oignons, il retranscrit bien les informations de la route et la Viper tient sévérement le pavé grâce à des pneus particulièrement larges !

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Démoniaque. Venons-en au cœur de la Viper : son moteur. En ouvrant l'immense capot, impossible de le manquer. C'est bien un V10 qui a été choisi par les ingénieurs Dodge. Cette architecture moteur n'est pas très répandue, surtout pour les modèles américains. Sans surprise, c'est un moteur issu de camion. Avec une cylindrée de 8 litres, ce généreux bloc affiche ici une puissance de 450 chevaux et un couple très généreux de 665 Nm. La sonorité est rauque et réellement superbe. On l'entend venir de loin. Et juste à côté, on en prend plein les oreilles. Un concert inlassable offert par une mécanique noble et solidement construite. Même à l'œil, ce V10 atmosphérique est plutôt flatteur et facile d'accès pour l'entretien. Il offre des performances tout à fait honorable avec le 0 à 100 km/h en 4,3 secondes seulement et une vitesse de pointe de 300 km/h. On est à mi-chemin entre la sportive et la supercar. Dans le cas de cet exemplaire, la puissance a même été portée à 500 chevaux. Démoniaque, colossale.

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Usine à sensation. À bord, sensations garanties. La Viper GTS s'élance avec brio et procure de belles sensations. Collés au siège, on ressent le couple et les chevaux. Véritable usine à plaisir, la Viper est un modèle unique en son genre. Le type de voiture que l'on ne peut oublier... Et que même si cela devait arriver, on y reviendrait forcément un jour ! C'est une sportive "à l'ancienne" dans sa conception, qui malgré quelques aides à la conduite, se pilote. Pas de boîte automatique mais une boîte manuelle à six rapports bien étagée et un moteur onctueux à souhait. Bien sûr, cela se ressent sur la consommation, qui ferait palir plus d'un possesseur de Toyota Prius... Mais est-ce vraiment si important au final ? La Viper s'apprécie pour ce qu'elle est, la force qu'elle dégage, ses qualités mais aussi ses quelques défauts. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle a un sacré caractère !

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Exclusive avant tout. L'exemplaire ici illustré est un modèle de 1999. Par rapport aux modèles antérieurs, il dispose de jantes en 18 pouces, une monte surtout impressionnante quand on sait que les pneus arrière atteignent 335 millimètres de largeur ! Stricte propulsion, la Viper GTS démarre fort et affiche une tenue de route relativement bonne. Les masses sont bien équilibrées, Dodge ayant profité du restylage pour peaufiner certains composants, en allégeant par exemple les collecteurs d'échappement et l'arbre à cames. Quant au système de freinage, il ne souffre d'aucun reproche : les quatre disques ventilés de 330 millimètres freinent fort. Très fort. Dodge a également pris l'audace d'offrir pour chaque millésime, exclusivement 3 à 4 teintes dans le but de garder l'exclusivité. Dans le cas du gris acier porté par notre exemplaire, il n'a été porté que par des exemplaires du millésime 2000 alors que le rouge, par exemple, fut proposé indifféremment de 1996 à 2002 pour tous les exemplaires restylés.

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Optimisable. Les Dodge Viper GTS ont l'avantage d'être facilement optimisables. Certains modifient plus ou moins fortement leurs montures, en changeant par exemple les échappements, collecteurs ou autres composants mécaniques. Certains autres y ajoutent même un ou deux turbos, faisant passer la puissance du V10 originellement atmosphérique jusqu'à 700 chevaux. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y a pas besoin d'aller jusqu'à là pour ressentir des frissons à bord ! Au final, la Viper annonce ses prétentions dès le premier regard, et son côté brutal se vérifie à bord. Plumage et ramage ont rarement aussi bien cohabité !

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Un vrai coffre. Qui a dit qu'il n'était pas possible de partir en vacances à bord d'une voiture de sport ? La Viper GTS offre un volume de coffre tout à fait honorable, faisant cohabiter deux bonnes valises sans problème. À condition de ne partir qu'à deux, cela va de soit et de garder un œil bienveillant sur le compteur de vitesse ! L'exemplaire que nous avons ici est unique en son genre. Il a reçu des bandes noires portant l'appellation du modèle mais aussi les jantes noires, pour un résultat à la fois classieux et sportif. Deux adjectifs qui siéent plutôt bien à ce coupé Dodge Viper.

AB85 • Dodge Viper GTS '99

Très fiable. Pour beaucoup, la Dodge Viper GTS de première génération reste la plus pure, la plus brutale et même la plus sensationnelle sans être pour autant la plus puissante. C'est typiquement un modèle qui résume à lui seul le rêve américain. Bon, niveau entretien, le coût est un petit peu au dessus de la moyenne, les pièces n'étant pas très répandues dans l'hexagone. Mais comme bon nombre de grosses mécaniques, le V10 atmosphérique de la Viper est fiable et très endurant, aucun soucis de fiabilité n'est à déplorer tant que l'entretien est à jour. La consommation avoisinne quant à elle les 20 litres aux 100 kilomètres, ce qui est largement au deçà du domaine de l'acceptable pour le commun des mortels. Mais avec une Viper, le raisonnable, on le laisse derrière soit.

AB85 • Dodge Viper GTS '99

L'excellence, simplement. Vous avez craqué pur la Dodge Viper GTS ? À vrai dire, moi aussi. La cote est assez élevée, aux alentours de 50 000 € pour un bel exemplaire. La raison est simple : c'est un modèle qui privilégie l'onglet passion à la raison, et au milieu de la circulation, elle fait plutôt tâche. La plus belle de toutes les tâches. Il ne faut ainsi pas hésiter à importer votre Viper GTS et profiter enfin d'une automobile dans le sens le plus noble du terme : une voiture qui provoque un sourire presque impossible à retirer et qui vous fait sourire à la vue d'un conducteur de SUV diesel. Non vraiment, il est impossible de trouver des défauts rationnels à cette Viper tant le compromis offert frôle l'excellence.

AB85 • Dodge Viper GTS '99
Faut-il acheter une Dodge Viper GTS ?


Quand on cherche une voiture d'exception sans tomber dans les sempiternels standards, la Dodge Viper GTS est certainement l'un des plus beaux choix possibles. Un V10 atmosphérique plus coupleux que quatre diesel réunis, une puissance de Ferrari, une ligne à couper le souffle... Et une sonorité qui n'a rien à envier aux plus prestigieuses supercars de ce monde...
 

3 arguments
3 contre-arguments
Ligne incroyable
Puissance
Moteur onctueux et performant
Cote élevée
Consommation haute
Difficile à trouver en France


Référence article : AB85 • Version 3.1


Commentaires