AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

Thomas DROUART      2 Juin 2015       BMW 6 cylindres Allemandes Années '10

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

Née avec un 4-cylindres en 1986, la BMW M3 s'est forgée une image intacte qui perdure toujours de nos jours. Mais aujourd'hui, beaucoup de choses ont changé... Et le coupé M3 n'existe plus, changeant de série pour la 4. La M4 abandonne le V8 atmosphérique pour s'adonner à un politiquement-correct 6-cylindres en ligne suralimenté de 431 chevaux. Mais a-t-elle conservé sa fougue ?

 

Fiche technique
 Modèle BMW M4 coupé
 Moteur 3.0 6 cylindres en ligne turbo 431 chevaux
 Dimensions 4,67 x 1,87 x 1,38 mètre
 Masse 1 572 kg
 Commercialisation 2014
 Prix du neuf 82 300 €
 0 à 100 km/h 4"1
 Vitesse max 280 km/h
 Consommation 8,3 l/100 km
 Date et lieu 18 avril 2015, Le Mans
AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

La rencontre est explosive. Paré de sa robe au nom complexe de Yasmarinablau, le fauve semble prêt à attaquer. Il faut dire qu'on ressent immédiatement l'air agressif et ce n'est pas cette fraiche robe qui trompera le néophyte et le connaisseur. C'est un fait, nous sommes bien en face d'une BMW M4. Qui dit M4 dit Série 4 donc, et qui dit Série 4, dit nouveauté. Inéluctablement. Car oui, la firme munichoise a redessiné sa gamme et les versions Coupé (et cabriolets) des Série 1 et 3 occupent désormais les chiffres 2 et 4. Vous l'aurez compris, nous sommes donc face à la descendance de la M3 de la génération E92, celle produite à partir de 2007. Si le nom interpelle, on retrouve rapidement ses marques et le pedigree du modèle ne fait aucun doute sur la réussite du modèle...

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

Le profil de la M4 condense ce qui a fait le succès de la M3 depuis ses débuts. Apparue en 1986, la première génération (E30) a instauré cette ligne particulière, reprise de la Série 3 coupé mais embellie, avec des pare-chocs plus proéminents et un air plus agressif et sportif. Cela s'est poursuivi avec la E36 qui a allongé sa silhouette et la E46 qui a repris la recette en l'améliorant. Le 6-cylindres qui équipait ces deux dernières a disparu avec la génération E92 qui bénéficie d'un savoureux V8 atmosphérique comme on en fait plus. Cette génération reprend ainsi l'esthétique de la précédente M3 en y apportant sa touche de modernité, tant d'un point de vue cosmétique que sous le capot. Et cela se ressent, exit les teintes tristes, BMW ose le bleu, le rouge ou encore le jaune.

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

De série, la M4 est chaussée en 18 pouces. Moyennant 2 060 €, il est possible d'opter pour ce modèle en alliage léger (style 437M) en 19 pouces. Les quatre étriers de freins sont peints en bleu, caractéristique des modèles M et pincent quatre disques ventilés. Alors que la M3 pêchait par un freinage peu endurant, la M4 compense cette lacune. BMW a voulu effacer les lacunes de la précédente monture. Cela se vérifie avec un poids en baisse de 80 kg grâce à l'utilisation d'un toit en fibre de carbone et des capot et ailes en aluminium. Ainsi, la M4 gagne en efficacité et en agilité. La volonté de repartir d'une feuille un peu plus blanche se ressent pleinement et ce n'est pas un mal forcément.

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

Le style résolument sportif se vérifie sur route et surtout sur circuit. Le 6-cylindres turbo n'a peut-être pas la noblesse du précédent V8 atmosphérique mais il ne démérite pas. D'une cylindrée de 3,0 litres, il élance dans un beau concert la M4 de 0 à 100 km/h en un tout petit peu plus de quatre secondes, c'est presque une seconde de moins par rapport à la M3 E92. Autant dire que le tempérament de notre Yasmarinablau ne fait pas dans la demie-mesure. Le couple camionesque atteint 550 Nm et permet d'atteindre 280 km/h, même si la bride appliquée sur les modèles français ne permettra pas d'excéder les 250 m/h. Les amateurs de sportivité apprécieront l'option freins carbone céramique à 7 400 € qui ne démérite pas (je ne parle pas de l'aspect financier).

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

Cependant, la M4 conserve une polyvalence honorable. Certes, elle n'a pas la praticité de la version M3, stricte quatre-portes mais l'aspect arrière y est aisé et l'habitabilité demeure bonne. La qualité des matériaux est également d'un très bon niveau avec comme à l'habitude des assemblages rigoureux et fins. Le compromis passion et raison semble donc cohérent car la ville n'effraie pas la M4. Les 431 chevaux savent se contenir aussi bien qu'il peut s'avérer démoniaque sur piste si bien que Soheil Ayari en personne a souligné l'important couple qui peut déstabiliser... À ne pas mettre entre toutes les mains donc. Les deux turbos aident à fournir la puissance maximale entre de 5 500 à 7 300 tr/m. On imagine ainsi mieux les dires du pilote d'origine savoyarde.

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

Le style général est beaucoup plus agressif qu'une Série 4 "classique". Le département Motorsport a su y apporter sa touche pour la différencier radicalement d'une "simple" 420d. On redécouvre ainsi le bosselage du capot, initié sur la M3 E92 et son volumineux V8. Les prises d'air latérales sur les ailes avant accentuent le côté sportif et dessine un flanc marqué et marquant ! Le toit tout en fibre de carbone remplit son rôle d'allègement mais aussi pleinement l'aspect esthétique et donne fière allure à notre belle allemande. Du carbone que l'on retrouve aussi dans l'habitacle et sous le capot, avec par exemple l'arbre de transmission. Par ailleurs, on retrouve deux types de transmission : la boîte manuelle à 6 rapports ou l'automatique à sept rapports, bien optimisée et ne pénalisant aucunement les performances.

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

Ce qu'il ressort de cette BMW M4, c'est une sensation de vent frais, un toilletage bienvenu qui a peaufiné ce qui manquait à la M3. Le recours au downsizing via le 6-cylindres biturbo peut décevoir au premier abord et faire redouter un modèle optimisé pour avoir des consommations les plus basses. Vous aviez raison de le redouter, c'est le cas. Mais ce n'est pas si dramatique. Car ce L6 est plus léger, principalement sur le train avant ce qui améliore sensiblement la tenue de route. La sonorité est certes moins aguichante mais les performances distillées pardonnent le manque de noblesse du bloc moteur. Malheureusement, avec près de 1,6 tonnes et une multitude d'aides à la conduite (mais déconnectables), la BMW M4 est un modèle un peu trop aseptisé et les sensations sont bien loin de celles que l'on pourrait avoir à bord d'une Lotus Elise par exemple.

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15

L'arrière de la M4 ne déçoit pas. Les feux arrière profilés ont fière allure et dessine une courbure généreuse qui permet de se passer d'un aileron. Le pare-choc arrière reçoit des aérations latérales, enfermant un diffuseur simple mais efficace hébergeant deux doubles sorties d'échappement. Ce qu'il ressort de la M4, c'est la sensation d'un modèle abouti, dans la continuité de la M3, recentrant la problématique de sa conception autour du plaisir de conduite. Le retour du 6-cylindres marque aussi la volonté de renouer avec le passé de la M3, même si on se doute que c'est l'argument basse-consommation qui a du primé, mais nous fermerons volontiers les yeux.

AB82 • BMW M4 (F82) coupé '15
Faut-il acheter une BMW M4 ?

Digne descendante de la M3 E92, la M4 a revisité la recette pour n'en tirer que le meilleur. Rares sont les modèles à laisser de côté la course à la puissance au profit d'une réduction du poids, on ne peut donc que saluer l'effort consenti par la firme à l'hélice. Les atoûts, cette M4 en a incontestablement. Il ne lui manque d'un allègement encore plus prononcé et peut-être un intérieur un peu moins "cocon" pour mieux apprécier les sensations. Le 6-cylindres biturbo est rageur et ne demande qu'à s'exprimer, pourquoi s'en priver alors ? Pour les pères de famille, le recours à la berline M3 n'est pas forcément nécessaire, la M4 offrant une accessibilité intéressante et un bon compromis ! Vendue à partir de 82 300 €, la M4 est moins chère qu'une Audi RS5.
 

3 arguments
3 contre-arguments
Ligne réussie
Performances
Prix correct
Trop aseptisée
Poids encore trop élevé
Prise en main sur le mouillé


Référence article : AB96 • Version 3.1


Commentaires