AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Thomas DROUART      3 Août 2015       Austin Healey 4 cylindres Anglaises Années '50

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Frog Eye, Bug Eye... Plusieurs noms mais un seul modèle : l'Austin Healey Sprite de première génération. Un modèle emblétique qui en plus d'une ligne atypique, s'apprécie pour son 4-cylindres tonique et les sensations qu'elles offrent. Un vrai roadster à l'anglaise qui continue de séduire. Mais quel est donc son secret ?

 

Fiche technique
 Modèle Austin Healey Sprite
 Moteur 0,948 cm3 4 cylindres en ligne 43 chevaux
 Dimensions 3,50 x 1,35 x 1,09 mètre
 Masse 650 kg
 Commercialisation 1958 - 1961          48 987 exemplaires
 Côte moyenne 20 000 €
 0 à 100 km/h 20"6
 Vitesse max 130 km/h
 Consommation NC l/100 km
 Date et lieu 10 juin 2015, Le Mans
AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Un retour à l'essence de l'automobile. C'est bien cette philosophie qu'incarne la Sprite. La belle anglaise naît en 1958 sous les traits de crayon du pilote Leonard Lord et Donald Healey. Ils s'associent à BMC (qui produit entre autres la Mini) pour créer Austin Healey. Ils esquissent une ligne de roadster très compacte avec une longueur de 3,5 mètres et lui donnent un style particulier qui fera son charme. À l'origine pourtant, la belle anglaise ne devait pas avoir cette plastique, des phares escamotables étant envisagés ainsi qu'un chassis séparé. Mais coût financier oblige, ce sera finalement des phares qui rappellent la grenouille qui sont adoptés. La Sprite est née.

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Grenouille sportive. Rapidement dénommée "Frogeye" en référence à son faciès rappelant le célèbre amphibien, la Sprite séduit par son concept et son caractère bien marqué. Appréciée pour son originalité, elle touche un public large dès sa commercialisation en 1958 grâce à un prix d'appel volontairement bas. Certaines sont même inscrites en compétition, comme pour des rallyes ou des sorties circuit où elles obtiennent des scores tout à fait corrects. L'Austin Healey Sprite Mk1, c'est avant tout un modèle coup de cœur, qui plaît tant à la gente masculine que féminine.

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Low cost sportif. La Sprite a du être conçu en respectant un cahier des charges très strict, imposant certains choix. C'est ainsi que le capot moteur (situé à l'avant) ne s'ouvre que d'un seul tenant, englobant phares, calandre et ailes. Pour le coffre, il n'y a pas d'ouvertures, seul un accès étriqué est présent derrière les sièges. Peu pratique mais cela permet de gagner du poids. Comme tout bon roadster, l'assise est à raz-le-sol et le format très compact donne l'illusion d'être tant collé à son passager qu'au sol. Inéluctablement, les sensations de vitesses sont bien là malgré des performances moins impressionnantes sur le papier qu'en vrai.

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

À part. La Frogeye Sprite est montée sur de petits jantes en acier avec enjoliveurs et plus rarement avec ces jantes à rayons et serrage papillon. Équipée de quatre freins à tambour, certains exemplaires, comme ici, peuvent recevoir des disques à l'avant. Il peut s'agit soit du montage d'un train avant d'une Sprite Mk2, d'une réplique signée Tifosi ou Banham Sprint bien d'une transformation visant à relooker une Sprite plus récente en Mk1. Dans le cœur des passionnés de la firme, la Frogeye occupe une place particulière.

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Légère et joueuse. Avec son "petit" 4-cylindres développant 43 chevaux, la Sprite Mk1 n'a pas l'apanage d'une sportive. Pourtant, on se rend bien vite compte que ce modèle sorti en 1958 ne manque pas de tonus. La raison ? Un poids contenu de 650 kg et un format compact. À la clé, une belle agilité et une tenue de route bluffante. Bien sûr, il ne faut pas omettre qu'il s'agit d'un modèle ayant un demi-siècle mais on apprécie déjà le plaisir distillé par ce modèle. Un retour à l'essentiel et à l'essence même de l'automobile. Pas de superflu, juste les ingrédients nécessaires au plaisir du pilote.

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Partie trop tôt. La production suit son cours et la belle devient rapidement le modèle le plus vendu par la firme. Dès 1960, soit seulement 2 ans après sa commercialisation, la Frogeye Sprite est arrêtée. Pourtant, avec près de 50 000 exemplaires écoulés, rien ne laissait présager l'arrêt de ce modèle à succès. La raison est simple et conduit Austin Healey à remplacer son modèle phare par un roadster au design plus sage, développé en collaboration avec MG. Les pièces des exemplaires non assemblés permettent de continuer la production des Mk1 jusqu'en 1961.  Il faut dire que la Frogeye n'était pas forcément la plus facile à vivre. Outre l'absence de coffre ouvrable, il n'y avait pas de poignées de portes à l'extérieur ni de vitres latérales, ajoutées ultérieurement par les propriétaires.

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Minimalistes et surmenées. Les options d'origine étaient limitées à un hard-top, un chauffage et un tonneau-cover. Beaucoup d'exemplaires sont rapidement exploités sur circuit ou d'une façon un peu brutale et on ne compte plus les modèles accidentés une ou plusieurs fois et ceux ayant été bricolés. Un historique limpide est nécessaire pour un achat serein. D'origine, le 948 cm3 est souvent remplacé par un bloc plus volumineux, notamment le 1275 cm3 que l'on retrouve sous le capot de plusieurs Austin Mini. Il faut donc veiller à ce que la carte grise soit modifiée en conséquence puisque si le bloc moteur conserve la même base, la montée en puissance exige des freins renforcés, avec au minimum des disques à l'avant.

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58

Inconfortable mais plaisante. La Frogeye Sprite accorde peu d'importance au confort mais mise sur ses performances et son look pour séduire. Simple de conception, les exemplaires vieillissent généralement bien pourvu qu'ils aient été entretenus correctement. La Sprite fait préférer le trajet à la destination et impressionne par son comportement et ses performances. Le 0 à 100 km/h demande plus de 20 secondes de série, un score élevé compensé par un très bon ressenti qui ne demande pas des vitesses trop élevées. Modèle coup de cœur pour beaucoup, la Frogeye Sprite est encore assez répandue en occasion, avec des offres aux alentours de 20 000 € pour un exemplaire en bon état.

AC12 • Austin Healey Sprite Mk1 "Frogeye" '58
Faut-il acheter une Austin Healey Frogeye Sprite ?

Pour les amateurs de sensations fortes et attachés à l'Automobile (avec un grand A), la Frogeye Sprite permet de prendre du plaisir sans dépasser les limitations de vitesses et rappelle qu'il n'y a pas besoin de 500 chevaux pour s'amuser. Un savant retour dans le passé qui incite à s'interroger sur ce qu'est vraiment une voiture et le nécessaire de pilotage. Toujours est-il que l'Austin Healey Sprite a cette faculté de procurer un sourire constant difficilement détachable, aux antipodes des modèles aseptisés proposés actuellement par la majorité des constructeurs. Attention lors de l'achat, mieux vaut préférer un modèle fort d'un bon historique et en état correct. Tablez sur 20 000 € comme prix moyen, vous ne le regretterez pas !
 

3 arguments
3 contre-arguments
Exclusivité
Qualité des matériaux
Décôte faible
Côte haute
Difficile à dénicher
Modèles trop associés à BMW


Référence article : AC12 • Version 3.1


Commentaires