AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Thomas DROUART      16 Janvier 2015       Toyota 4 cylindres Japonaises Années '80

AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Pour succéder à la Celica Supra, Toyota joue la carte de l'audace en créant deux modèles. La Supra joue la carte de la sportivité en adoptant des moteurs plus puissants que sa sœur Celica. La troisième génération est d'abord disponible en version atmosphérique avant de succomber à la suralimentation en 1987. C'est ce modèle que nous aborderons aujourd'hui.

 

Fiche technique

Modèle Toyota Supra Turbo
Moteur 3.0 6 cylindres en ligne turbo 235 chevaux
Dimensions 4,62 x 1,74 x 1,30 mètre
Commercialisation 1987 - 1989
Côte moyenne 5 000 €
0 à 100 km/h 7"5
Vitesse max 242 km/h
Consommation 10,9 l/100 km
Date et lieu 20 décembre 2014, Le Mans
AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Dans la seconde moitié des années '60, la Toyota 200GT fait face à une concurrence rude, tant japonaise (Skyline, 300ZX, GTO, NSX, RX-7), qu'allemande (944 S2) ou même française (Alpine V6 GT Turbo). Pour faire face, Toyota déploit un nouveau modèle, la Celica Supra. Basée sur la Celica "standart", elle reçoit un six-cylindres en lieu et place du quatre d'origine et affiche des performances bien supérieures ; jusqu'à 145 chevaux. Mais en 1981, la production se sépare et la Supra devient un modèle à part entière, plus imposant et puissant que la Celica. C'est en 1986 que naît la troisième génération de Supra, dont nous voyons ici un exemplaire de 1988.

AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Instaurée lors de la seconde génération, les phares rétractables sont de la partie sur cette Supra Mk3 : c'est un choix esthétique typique des sportives japonaises de cette époque. La ligne en revanche est plus étendue, plus fluide bien que constituée uniquement de droites et d'angles pointus. La ligne n'en demeure pas moins désagréable puisqu'elle bénéficie d'une belle harmonie et connaîtra le succès. La lunette arrière semble intégrée aux custodes à la manière d'une Corvette mais ce n'est pas le cas, il y a bien des montants.

AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

La troisième génération de Toyora Supra connaîtra trois phases successives. La première est une version strictement atmosphérique, à moteur six cylindres de 204 chevaux. On la reconnaît notamment à son bandeau continu noir sous la calandre. Notre exemplaire est de la seconde, il se reconnaît à son "nez" qui relie le pare-choc à la calandre au niveau du sigle. Sigle qui est désormais rectangulaire et mentionne "Supra". On notera des pare-chocs plus imposants qui intègrent des phares anti-brouillards eux aussi rectangulaires. Sous le capot, le précédent 6 cylindres 7M-GE cède sa place au 7M-GTE...

AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Bien que le bloc moteur demeure le même six cylindres en ligne de cylindrée 3 litres, il gagne un turbo, ce qui autorise une puissance de 235 chevaux. Pour satisfaire aux normes de pollution, un pot catalytique est installé de série. Et pour compenser cela, le moteur dispose de quatre soupapes par cylindre. Un système spécifique nommé ASIS a aussi été développé permettant de varier la longueur des conduits pour toujours fournir la puissance maximale. Quand à l'ajout du turbo, il améliore de façon importante les capacités de la belle nippone, avec le 0 à 100 km/h en 7,5 secondes et des reprises nettement meilleures.

AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Les jantes de la version Turbo sont directement reprises de la version atmosphérique, en 16 pouces. Bon point, l'ABS est fourni de série et les quatre roues héritent de freins à disques ventilés. La tenue de route en revanche est moins glorieuse, avec un amortissement trop souple, davantage adapté à une routière qu'à un modèle sportif et un poids important, qui excède la 1,5 tonne. La version Turbo, grâce à son couple supérieur et sa suralimentation a un comportement plus joueur que son homologue atmosphérique.

AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Mais bien que la version Turbo apporte un apport de puissance non négligeable, les ventes déclinent. Et ce n'est pas la phase 3 de 1991 qui inverse la donne. Cette dernière se contente d'un nouveau logo, de nouvelles jantes et de trois chevaux supplémentaires. Bien maigre pour palier au déclin d'un modèle pourtant doté d'un réel potentiel. La troisième génération de Supra s'éteindra donc dans la plus grande discrétion et cédera sa place à la quatrième génération qui revisite de fond en comble les codes stylistiques de la marque pour faire oublier la triste fin de cette Supra Mk3.

AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Aujourd'hui, les Supra de troisième génération souffrent d'un problème majeur : une décôte particulièrement sévère. Certes, cela permet d'acquérir un prestigieux coupé, généreusement motorisé mais ils ne finissent pas toujours dans les bonnes mains. Et quand c'est entre les mains d'un amateur de tuning ou d'un pistard du dimanche, il n'y a bien souvent qu'à faire le deuil d'un exemplaire supplémentaire... Notons également que cette génération de Supra a connu des croisements ! Des Supra Mk3 phase 1 ont ainsi été vendues d'origine suralimentée tandis que des phase 2 étaient à moteur atmosphérique. Ces versions sont cependant rares et se trouvent majoritairement au Japon.

AA37 • Toyota Supra Mk3 Turbo '88

Rouler en Toyota Supra Mk3 n'a rien d'impossible de nos jours. À condition de trouver le bon exemplaire. Privilégiez un exemplaire d'origine n'ayant pas fait de piste. Et malgré les discours récurrents sur l'"increvabilité" des blocs Toyota, mieux vaut ne pas prendre de risques, le joint de culasse est fragile, par exemple. Comptez 5 à 8 000 € pour un exemplaire en bon état et un budget d'entretien moyen, car la consommation, par exemple, peut fréquemment tutoyer les 15 litres aux 100 km.
 

Référence article : AA37 • Version 3.0


Commentaires