AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Thomas DROUART      27 Avril 2016       Ford V8 Américaines Années '60

AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Quand on parle de voitures américaines, il y a des noms qui reviennent presque naturellement. C'est le cas des Corvette, des Viper... Et de la Ford Mustang. Un modèle emblématique dont nous verrons ici la toute première mouture découvrable. Un modèle qui fait rêver petits et grands. Mais que vaut elle vraiment dans cette sage déclinaison à moteur V8 de 200 chevaux ?
 

Fiche technique
Ford Mustang
cabriolet

1965 - 1965
5 338 exemplaires
  Dimensions 4,66 x 1,73 x 1,30 mètre
  Poids 1 390 kg
  Boîte de vitesse Automatique, 3 rapports
  Transmission Propulsion
4.7 litres
V8

200 chevaux
282 Nm
  0 à 100 km/h 8"7
  Vitesse max. 186 km/h
  Consommation 15,6 L / 100 km
  Côte moyenne 30 000 €
AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

L'entre-deux

C'est durant les années '60 que naissent les plus grands mythes. Chez Ford, l'objectif est de produire un modèle peu coûteux et configurable à la demande du client. C'est ainsi que le projet Mustang voit le jour en 1964. C'est un modèle au style dynamique et très élégant. Parée d'une belle calandre, d'une ligne raffinée et de nombreuses pièces chromées, elle séduit rapidement. Les premiers exemplaires sont livrés dès 1965. Outre les coupés, les cabriolets sont aussi proposés, à l'image de l'exemplaire que nous avons ici. Dès le premier regard, on reste scotché par ce concentré d'élégance. Tous les canons de la beauté automobile des années '60 sont revisités avec grand soin. À l'époque des Muscle cars et des Pony cars, la Mustang joue l'entre-deux. Une position stratégique savamment étudiée par Ford et qui se traduit par une large palette de motorisations, oscillant entre le 6-cylindres de 101 chevaux jusqu'au V8 haute performance de 271 chevaux. Le modèle que nous avons ici dispose du V8 d'entrée de gamme, bien suffisant pour se faire plaisir et prendre du bon temps.

AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Formule à la carte

Ce cabriolet dispose de la motorisation 289 ci, qui permet de profiter d'un V8 de 4.7 litres de 200 chevaux. Une puissance raisonnable pour un modèle qui n'excède pas 1,4 tonne. Les possibilités de personnalisation sont très nombreuses car outre la motorisation, les coloris intérieurs et extérieurs peuvent être choisis, tout comme un toit en vinyle pour les coupés, la boîte de vitesse, le différentiel à glissement limité, le freinage, la direction assistée, l'air conditionné, le chauffage et bien d'autres. Autant dire qu'il est bien difficile de trouver deux Mustang parfaitement similaires tant les possibilités de configuration sont illimités. Ainsi paré, notre cabriolet 289 ci en impose. Il revêt une élégante livrée marron et un intérieur bi-tons sur lequel nous aurons l'occasion de nous attarder davantage après. Sur la route, la Mustang se conduit à l'ancienne, l'anticipation est indispensable. Si la puissance est correcte, les montées en régime n'ont rien de décoiffant, on est pleinement dans l'esprit GT, avec un 0 à 100 km/h en près de 9 secondes et une vitesse de pointe inférieure à 200 km/h. De toutes manières, les freins d'époque, malgré des disques à l'avant empruntés à la version GT, n'offrent qu'un mordant très limité.

AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Souplesse exigée

C'est surtout en roulant sur les petites routes de campagne que l'on prend le plus de plaisir. Inutile d'excéder les limitations de vitesse, la Mustang s'apprécie en cruisant. La boîte de vitesse automatique à trois rapports n'est pas des plus réactives, mais elle est d'époque. Et à cette période, l'étagement de ce type de transmission n'avait rien à voir avec ce que l'on peut trouver aujourd'hui sur le marché. L'ensemble est toutefois cohérent, il faut garder à l'esprit que cette voiture accuse un demi-siècle. Mais elle a de beaux restes et encore beaucoup à offrir. Elle garantit un sourire constant, même si le V8 aurait pu être plus démonstratif pour le plaisir des oreilles. Comme une Corvette, la conduite doit être souple et se faire sur le couple plutôt que sur la puissance, et à ce sujet, avec 282 Nm, notre convertible de 1965 est plutôt bien loti.

AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Le plaisir avant tout

L'intérieur d'une Ford Mustang de première génération, c'est une savante alchimie entre le canapé de votre salon et le fauteuil d'un ministre. L'assise y est mœlleuse et confortable. Le maintien est perfectible mais on s'y sent bien et on prend plaisir à bord de ce modèle typique de l'Amérique. L'habitacle brille avec les multiples touches de chrome et les matériaux bien assemblés. Le cuir est fin et de qualité. L'espace ne manque pas à bord et quatre adultes trouveront facilement leur place au sein de cet élégant cabriolet. C'est le genre de modèle qui se conduit une main sur le volant et l'autre sur le dessus de la portière conducteur. Et on se surprend à davantage apprécier le trajet à la destination. Rouler juste pour le plaisir de rouler. Soyons lucides, piocher dans le catalogue des options est relativement pratique. Il fallait compter 11.95 $ pour des haut-parleurs à l'arrière, 6.75 $ pour le rétroviseur droit et 2.49 $ pour bénéficier d'une serrure sur la boîte à gant !

AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Chère consommation

Bien évidément, il y a quelques sujets qui fâchent lorsque l'on est face à une Mustang de 1965. Outre le freinage discutable, il y a la consommation qui ferait s'évanouir plus d'un dieseliste, avec une moyenne supérieure aux 15 litres aux 100 kilomètres. Il faut bien nourrir cette Ford Mustang initialement conçue pour les États-Unis où le prix du super était près de dix fois inférieur à sa valeur actuelle. De même, l'entretien peut s'avérer assez coûteux. Comme toute voiture de plus de cinquante ans, le risque de panne est réel et il faudra bien dépenser régulièrement quelques centaines d'euros pour continuer à profiter pleinement de sa Mustang. Mais globalement, la fiabilité est tout à fait honorable et les blocs moteurs endurants. Un bon entretien est bien sûr un composant essentiel et conditionne la durabilité d'une voiture. Avec une Mustang de 1965, il faut être vigilant et contrôler régulièrement les niveaux.

AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Élégante et travaillée

Les jantes sont en 14 pouces à l'avant comme à l'arrière. Il s'agit de jantes en bitons chromé et anthracite, un ensemble plutôt élégant et travaillé et qui finit bien la ligne, elle aussi pourvue de nombreuses touches chromées. La tenue de route est relativement correcte tandis que les freins sont à tambour à l'avant comme à l'arrière, hormis pour les Mustang GT, qui bénéficient de disques à l'avant afin d'améliorer le freinage... Et l'esthétique ! De nos jours, les millésimes 1965 sont les plus recherchés car il s'agit de la Mustang originelle. Les versions ultérieures évoluent subtilement jusqu'en 1974 où la Mustang fait peau neuve, avec une esthétique entièrement revue, jugée bien moins attrayant et sportive. Elle n'est en fait qu'un retour aux sources et répond à ce qu'était destinée la Mustang : un modèle de grande série, raisonnable et abordable. La première génération s'étand progressivement éloignée de ses origines en grimpant en puissance, pour le plus grand bonheur de ses utilisateurs !

AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Succession rapide

Parallèlement aux modèles de série, la Mustang décroche de nombreuses victoires en compétition et se voit plébiscitée par des stars comme Johnny Hallyday, qui renforcent l'image de la sportive Ford. Les ventes sont alors rapidement succédés, la Mustang étant devenue un symbole de réussite et de bon goût, aux côtés des Chevrolet Corvette et Camaro. Sur le marché de l'occasion, les Mustang cabriolet de 1965 en motorisation V8 s'échangent aux alentours de 30 000 €. Cette somme peut croître davantage encore pour les configurations sortant de l'ordinaire et conforment à l'origine. Dans tous les cas, le choix est assez vaste et permet à chacun de trouver une configuration qui lui convient. Dans tous les cas, soyons intransigeant sur le carnet d'entretien, il doit être complet et limpide. Une voiture entretenue ne sera pas un gouffre financier et vous offre davantage de garanties pour profiter d'une voiture saine.

AC87 • Ford Mustang cabriolet V8 289 ci '65

Faut-il acheter une Ford Mustang cabriolet '65 ?

La Ford Mustang, c'est un mythe. Élaborée durant les trente glorieuses, elle a profité d'un contexte idéal pour séduire un public large. Aujourd'hui, le poste consommation n'est pas à négliger car la belle américaine est particulièrement portée sur la boisson. Mais à côté de cela, c'est un modèle hautement attachant et d'une rare élégance. Mais comme souvent, il ne faudra pas être trop regardant quant aux dépenses, qu'il s'agisse de l'entretien courant ou bien même d'une éventuelle restauration. Les modèles de 1965 sont les plus recherchés et ne craindront pas une décote dans le futur, c'est un bon investissement !

 

3 arguments 3 contre-arguments
Ligne d'une rare élégance
Moteur agréable
Intérieur confortable
Consommation
Freinage
Boîte automatique à trois rapports

Référence article : AC87 • Version 3.2


Commentaires